Le match DRM entre Universal et iTunes

Universal Music a décidé de fournir de la musique sans DRM à virtuellement tout le monde sauf iTunes.

Non seulement Amazon, Google, RealNetworks ou encore Wal-Mart, mais égalemnt des plus petits marchands auront accès à cette offre à laquele iTunes n’a pas accès.

Et l’explication est scientifique. Voyez-vous ça…

Renseignements pris auprès d’Universal, il s’agirait d’une « étude scientifique sur une période de six mois » pendant laquelle iTunes jouerait le rôle de « groupe de contrôle ». Mais ce qu’ils testent en réalité, c’est la viabilité du marché hors iTunes. Car iTunes n’est pas un groupe de contrôle valide si la seule variable testée est l’absence de DRM car la plateforme d’Apple vend plus de musique que toutes les autres boutiques du test. Par ailleurs, Universal introduit un biais dans l’étude en achetant des Addwords pour diriger du trafic vers des téléchargements sans DRM, introduisant une nouvelle variable. Tout cela ne me semble pas aussi scientifiquement rigoureux que ce que l’on m’a appris à l’école.

Il est en fait assez évident que ce teste Universal n’est pas le marché des téléchargements sans DRM, mais celui du marché hors iTunes, la question étant : est-il possible d’exister dans le monde de la musique numérique sans le duo iTunes/iPod ? Le corrolaire étant la capacité d’Universal à mobiliser ses muscles atrophiés sur ce marché.

La décision d’EMI d’abandonner les DRM voici quelques mois avait été perçue par certains comme un mouvement risqué et désespéré, le geste étant interprété comme un signe de faiblesse du plus petit des quatre grands. Mais Universal est le plus grand label au monde. Cela ne signifie pas pour autant qu’il ne s’agit pas là aussi d’un signe de faiblesse. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’iTunes n’est pas tout à fait le seul exclu, puisqu’aucun participant au test n’est lié à un quelconque appareil musical. Si iTunes faisait réellement figure de simple groupe de contrôle, pourquoi Zune ne fait pas partie de l’étude ? Il semblerait que la manœuvre vise surtout à maintenir la visiblité des labels quel que soit le support.

Mais au delà de cette expérience, les majors de industrie du disque commencent sans doute à réaliser qu’ils n’ont pas vraiment le choix, et que la musique sans DRM est le seul choix viable en matière de musique numérique, s’ils veulent espérer générer le niveau de revenus auquel ils sont habitués sur les canaux de distribution traditionnels. Et dans cette perspective, Universal serait bien inspiré d’envisager de fournir de la musique libre de DRM à iTunes à un moment ou à un autre.

Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité