A 62 ans, Michel Fournier tente le grand saut à 40 km d’altitude

leshit.jpgA 62 ans, Michel Fournier va à nouveau tenter le grand saut au-dessus du Saskatchewan.  Les $13.25 millions dépensés pour tenter un saut de 7 longues minutes à 40 km d'altitude méritent bien l'appellation de "Grand Saut" que le français a donné à son exploit et à son site web (le lien est valable mais le site est indisponible pour l'instant, suite à des problèmes de capacité). Il tente de battre le record du pilote de l'USAF Joe Kittinger établi en 1960. Entre eux se trouve le "Sonic boom" historique (Mach 1) réalisé à 35 km.En 2003, l'ancien colonel de l'armée de l'air française a vu le ballon qui devait l'emporter en altitude exploser avant le vol. En ce moment Michel Fournier bénéficie d'une fenêtre de trois semaines pour repartir dans l'espace avec un nouveau ballon.

L’entraînement pour Michel Fournier a commencé en 1988 alors qu’il devait participer à feu la mission Hermès. Depuis, il a quitté l’armée et il réunit argent et équipement abandonné par l’armée française afin de finalement s’envoler dans l’espace avec une mission perso à la clé.

Ses 8’500 sauts en parachute et multiples séjours en chambre hyperbar ainsi qu’en chambre froide ont été agrémentés de passages en eau glacée afin de s’habituer aux -100º centigrade régnant à 40’000 m. d’altitude. L’air y est si rare que Michel Fournier doit respirer de l’oxygène pur pendant des heures avant le grand saut afin de débarrasser son corps de tout le nitrogène contenu dans son sang.

Il chutera dans l’espace pendant 7 minutes avant d’ouvrir son parachute à 1’000 mètres pour huit minutes de récupération moins infernale avant de toucher Terre. Lorsqu’il passera le mur du son sa vitesse aura atteint 1’500 km/h, et la température avoisinera -115º C.

Bonne chance à notre astronaute de l’impossible! [Canada.com]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Wiki:
    « Le nom latin « nitrogenium » provient du grec nitron gennan, ce qui signifie « formateur de salpêtre » (nitrate de potassium). Le symbole chimique N provient de cette origine.

    Le terme anglais pour désigner l’azote est nitrogen. Il existe aussi le nom nitrogène en français, mais l’appelation azote est la plus fréquente. »
    Le terme nitrogène est tout à fait permis M. je-sais-tout, seulement on l’emploie moins.
    USAF aussi n’existe pas, ni indiens, ni esquimaux, ni blog, ni dock ni iphone ni rien de ce qu’on discute ici car vous avez pénétré une porte spatio-temporelle à réaction négative inverse, mais ça non plus ça n’existe pas alors vous n’existez pas non plus.
    Pour les autres, nitrogène et azote même combat, c’est exactement la même chose.

  2. sauf que y a qu’un blaireau qui n’y comprend rien pour employer le terme nitrogène à la place d’azote.

    Merci Pattt de rappeler qu’il s’agit juste d’une petite erreur de traduction « littérale »

    Cyril=énorme mauvaise foi
    un petit « oups » aurait suffi

  3. j’ai hate de voir sa performance, en tout cas c’est grace a des personnes comme lui que le progrès avance mais que de risques chapeau bas et respect monsieur ………a suivre……………………….:)

  4. Bravo MONSIEUR Michel.
    Je ne suis qu’un petit parachutiste qui n’a fait que 13 sauts (civils et armée) dans les années 69/70 mais je vous admire vraiment et vous souhaite bon courrage, bonne chance et bonne réussite dans votre tentative.

  5. C’est dans le Figaro de samedi dernier que j’ai appris la tentative de Michel Fournier.

    j’espère qu’il va réussir et que tout se passera bien pour lui.

    Je suis né en Bourgogne d’où ma famille est orignaire. Je suis Fournier par mon père et ma mère. Car elle aussi est née Fournier.

    Je pense et j’espère que tous les Fournier de France et de Navarre et du Monde Entier vont soutenir Michel FOURNIER.

    Jean Fournier

  6. Salut Michel,

    Nous nous sommes perdus de vue pendant une 10n d’année mais nous te souhaitons de réussir ce grand saut que tu attends depuis si longttemps. Il faut que tu puisses nous en parler après alors réussis le. Tes amis christelle et Georges de SATHONAY CAMP

  7. C fini le ballon vient de se detacher de la nacelle quelle grande deception. Peut-être faut-il s’entourer d’une équipe sérieuse et digne de se nom pour remporter un défit de cette taille. Ceci dur depuis plusieur année et aujourd’hui commence à faire amateur. Les premiers ayant réussi à monter a haute altitude non pas eu autant de problème. Le matériel est maintenant près depuis plusieur année, il faudrait vérifier les compétences de l’équipe, car un ballon qui explose sa passe mais un ballon qui se détache la il y a vraiment un problème dans l’équipe, a venir a ce demander si Michel est vraiment sérieux.

    Extrèmement déçus par le manque de compétence et de proféssionaliste

  8. ils ne manquent pas de professionallisme, ce sont des escrocs et lui un malade. ils font du tort à la famille des parachutisres dont je fais parti.

  9. Non ce n’est pas un fou ni un malade et ce projet lui tenait tellement à coeur que je vous défend de dire celà !!!! Michel est une personne on ne peut plus sérieuse et ce regrettable incident doit également le peiner !! un ballon qui lâche et alors ? il ne vous ai jamais rien arrivé à vous ? la famille des paras peut être fière de Michel

  10. Ca fait plus de 20 ans qu’il essaie (soit disant victime d’une mauvaise météo, d’un ballon déchiré (déja)et d’une escroquerie!! La prochaine étape sera malheureusement un problème malgè la longue préparation l’équipement qui résiste pas au décollage!

    Je lui souhaite franchement et honnetement de réussir mais j’en doute plus que jamais.

    Imposteur, escroc s’attribuant des records de vol en altitude qu’un autre français Patrick de Gayardon a vraiment réussit, lui, Michel Fournier est un homme pitoyable, un grand sot qui nous mène autant en bateau qu’en ballon.

  11. Moi, je vote pour la réussite future de ce saut formidable que très peu d’entre nous paras « d’occasion » pourraient réaliser. Ne faut-il pas être courageux, persévérant, tenace pour réaliser ce genre d’exploit. Scientifiquement et techniquement, je pense que beaucoup y trouveront leur compte. Le ballon qui s’envole, qui se détache incidemment, c’est la faute à pas de chance, pas celle de Michel. Dans la vie, il y a tant d’impondérables. Il ni a pas de science exacte et passer à côté du truc qui merde sans le voir, c’est arrivé à tout le monde. Dans notre vie de sautant, l’excès de confiance est synonyme de soucis à venir. Pour une nouvelle aventure de ce genre, tout doit être calculé de façon hyper précise. Il est dommage que ce saut soit remis en cause pour un incident fâcheux. A Michel, je lui dit bon vent pour le prochain départ et il a tout mon respect. Idem, mon admiration pour Patrick de Gayardon, hélas disparu, en réponse à Damien ci-dessus.

  12. Je lui souhait aussi de reussir mai
    Un petit document datant de 1997 sans réponse claire à ce jour de l’intéressé(!!) :
    Lettre ouverte à Mr. Fournier

    Le 21 mars 1997, lors d’une conférence de presse au sujet de votre future tentative de saut en altitude, vous avez prétendu détenir le record de France avec un saut à 12 000 mètres réalisé en 1992. C’est un pur mensonge.
    En octobre 1992, à Soulac, je suis monté dans le Turbo Mingo à 37 000 pieds, soit 2 000 pieds plus haut qu’il n’avait jamais volé, et cela avec les mêmes pilotes (Philippe Tarade et Nicolas Girardin) et les mêmes instruments utilisés par vous. Chose étrange, le calcul de compensation thermique donne 38 000 pieds ou 11 700 mètres, mais pas plus de 12 000 mètres. Alors je téléphone au radar de Mont de Marsan : « Pouvez-vous nous mesurer l’altitude de mon prochain saut, comme ils le font à Nimes ? » Réponse : « Non, nos radars ne peuvent pas faire ça. Ceux de Nimes non plus d’ailleurs ! » Donc quelqu’un a menti et se vente toujours d’avoir battu le record de Colette Duval (11 200 m le 24 mai 1956, à Rio, Brésil).
    Mr Fournier, vous ne l’avez pas battu, et moi non plus, pas à cette époque là. J’ai battu le record d’un autre parachutiste, Gil Delamare (9 600 m le 2 août 1962, à Fayence) car je n’avais pas d’oxygène. En 1994, dans les mêmes conditions, j’ai sauté à 12 700 mètres. Et là je suis sûr d’avoir été le Français le plus haut et d’avoir fait le plus haut saut sans oxygène.
    Respectez ce sport : tout le monde sait dans le parachutisme que vous n’avez pas 8 000 sauts et que vous n’avez été champion de rien du tout.
    D’autres vivent dans le ciel pour réaliser des rêves, et leurs noms, une fois dans l’histoire, doivent être respectés. Si vous voulez vous faire un nom dans notre sport, faites-le avec classe et pas par des mensonges. Bonne chance.

    Patrick de Gayardon

  13. la plus belle escrocerie dans le monde du parachutisme , ( voir l annonce dans wikipedia  » michel fournier  » cette personne se dit moniteur parachutiste ou encore pilote de chasse de l armée tout est faux comme sont projet seule les clics payant par paypal ou allo pass afin de voir une soit disante vidéo sont réelle, ( 200000 clic ) voila comment cette personne vit de son arnaque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité