La police enquête aussi sur le web

Evidement, c'est une mauvaise idée d'écrire "Je viens de tuer deux flics" sur sa page MySpace.

C’est ce qu’un idiot a fait, et il a découvert à ses dépens que les forces de l’ordre ont redécouvert les ordinateurs personnels.

Les policiers connaissent MySpace ou Facebook, et se promènent même dans Second Life à la recherche d’indices pour faire avancer une véritable enquête.

La police a de tous temps possédé dans ses rangs de fins cyber-limiers. Les séries américaines -et françaises- adorent d’ailleurs mettre en scène un nerd avec un badge dans un labo de police scientifique, qui sait faire des trucs avec Google, et qui ouvre aussi les e-mails des autres flics moins doués.

Mais selon AP c’est l’ensemble de la police qui progresse en matière de cyber-enquêtes. Les gars de la criminelle e baladent de plus en plus sur la toile, piégeant les criminels trop bavards derrière leurs écrans et qui racontent leurs méfaits sur des pages visibles par tous.

Dans un exemple récent, un détective de Newark, dans le New Jersey, a ainsi traqué les assassins supposés de trois lycéens en cherchant des indices parmi les pages MySpace de suspects et de leurs amis. Dans une autre affaire, des photos et des textes en ligne postés par le tueur d’un adolescent ont permis d’établir un lien avec la victime et de découvrir le corps.

Les policiers ont sans doute fort à faire pour démêler le vrai du faux dans les innombrables pages publiées par des adolescents accros au clavier. Mais celui qui avait écrit « Je viens de tuer deux flics » sur sa page n’avait même pas complètement raison: l’un des flics a survécu. Mais il aura tout le temps de réfléchir à sa « deuxième vie » derrière les barreaux d’une prison fédérale. [AP]

Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité