Plus de trois ans d’enquête aboutissent à l’ouverture du procès Tiffany contre eBay

Bijoux Tiffany sur eBayMardi dernier, 13 novembre, le procès opposant le site d'enchères en ligne eBay au joaillier new-yorkais Tiffany s'est ouvert avec à la clé une possible jurisprudence au sujet de la contrefaçon sur les sites d'enchères en ligne. Les premières plaintes du bijoutier datent de 2004. L'enquête aurait prouvé que seuls 5% des produits estampillés Tiffany sur eBay étaient des vrais.

Les arguments des deux côtés n’ont pas beaucoup varié. Le premier rappelant que son site est garni d’avertissements sur la contrefaçon et qu’à la moindre alerte tout objet douteux est immédiatement retiré du site. Le second précise que ce n’est pas son rôle de partir à la quête des contrefaçons sur la toîle. Ce qui l’ennuie surtout c’est d’avoir du créer deux postes à plein temps pour détecter les 19’000 ventes frauduleuses repérées entre 2003 et 2004. Un joaillier aussi reconnu que Tiffany n’a visiblement pas les moyens de créer deux emplois à plein temps… Les temps sont durs.

Mais après les plaintes et différents procès des 400 entreprises de l’Union des fabricants, de L’Oréal, Hermès et LVMH l’industrie du luxe finira peut-être un jour par avoir la peau d’eBay ou du moins à parvenir à une forme de jurisprudence très attendue dans le domaine.

L’artiste Anna Conti avait même ouvert un site dédié à la vente de contrefaçons sur eBay, eBay Art Fraud, lorsque les premières plaintes ont été déposées par Tiffany en… 2004. [BloggingStocks via FashionMag (sur enregistrement préalable)]

Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité