Lisez ce que j’écris, pas ce que j’écris

kindlenyts.jpgOh, voici une très amusante contradiction: Jeff Bezos, le patron d'Amazon, dans une lettre ouverte à l'Author's Guild en 2002:

« Quand quelqu’un achète un livre, il achète aussi le droit de revendre ce livre, de le louer, ou même de le donner si l’envie lui prend. Tout le monde comprend ça. »

Conditions d’utilisation 2007 du Kindle d’Amazon:

Vous ne pouvez vendre, louer, prêter, distribuer, diffuser, céder sous licence ou de toute autre manière vous attribuer un quelconque droit sur ce Contenu Numérique ou un extrait de celui-ci à aucun tiers, et vous n’avez pas le droit de retirer les mentions ou indications figurant sur ce Contenu Numérique. De plus, vous ne devez ni tenter, ni encourager ou autoriser les tentatives de contournement, de modifications, de désactivation ou d’évitement des mesures de sécurité qui protègent ce Contenu numérique.

En clair, lisez ce que j’écris, pas ce que j’écris. Des réactions? [Dive Into Mark via Gadget Lab via BoingBoing]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Et c’est encore une fois qu’on se rend compte que les législateurs sont complètement largués sur les droits numériques.
    On prend tout les supports culturels confondus, les droits associés, on mélange tout, et on en sort des nouvelles lois.
    Résultat, rien n’est cohérent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité