Kindle testé dans la vraie vie (4)

Amazon_Kindle_Keyboard.jpg

(suite et fin)

• Les notes de bas de page sont pénibles. Il faut cliquer à chaque fois sur un mot se rapportant à la note, ce qui devient vite exaspérant. Constat fait sur deux livres différents.

• Les femmes semblent apprécier Kindle et sa bonne bouille. Elles trouvent l’E-Ink trop super cool et, qui sait, voilà peut-être un gadget de Geek piège à filles de plus après l’iPod.

• Comme dirait Colombo, ma femme trouve qu’il ressemble à un « appareil d’analyses médicales », mais ces 4 jours de test n’ont pas fait démériter Kindle. Il est sympa, sans être révolutionnaire. Jeff Bezos a dit de Kindle qu’on ne le regardait pas directement, mais qu’on y voyait le livre que l’on souhaite consulter à travers lui. C’est vrai, comme il et vrai que Jeff a sa boutique à tenir aussi.

Tant que les serveurs d’Amazon fourniront les livres que l’on a envie de lire, il n’y aucune raison de s’en priver. Les 399 premiers dollars sont difficiles à sortir, mais nul doute que son prix devrait baisser avec son succès.

Après avoir adopté Kindle, on peut dire qu’il est utile aux lectures urgentes. Les rats de bibliothèques qui aiment voir s’empiler les étagères de vieux livres poussiéreux pourront s’effrayer d’un changement à venir appelé progrès mais il n’est pas encore certain que le lecteur abandonnera de si tôt sa passion pour le papier. Kindle est une invention de qualité, et il n’est pas surprenant que la première livraison soit partie aussi vite. [Une vidéo et plus d’infos; Amazon.com]

Adaptation d’un article de Wilson Rothman pour Gizmodo

Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité