De moche mais pratique à joli mais utopique..

Que se passerait-il, si le centre-ville des petites agglomérations se voyait transformé en un véritable paradis écologique, avec courts d'eaux apparents et pas la moindre voiture à l'horizon ? Dans l'état actuel des choses nous aurions une équation impossible à résoudre. Cela n'a toutefois pas empêché le groupe Ecocity Builders de créer des concepts plutôt stylés de leur vision afin de convertir l'enfer urbain en un havre écolo dopé à la chlorophylle.

22.jpg

Selon eux, la méthode pour réaliser un changement aussi drastique de notre environnement urbain, serait de «restructurer les infrastructures tout en recyclant les matériaux, de déterrer les cours d’eaux naturels enfouis par la passé, d’ajouter des espaces piétons, et d’encourager la transition vers un environnement «d’utilisations mélangées» et de «développement équilibré» dans lequel les activités importantes du quotidien sont accessibles à courte distance ». Cool !

Enfin, toutes les voitures seraient léguées au règne animal pour l’instant majoritairement piéton, et les habitants des villes seraient transportés dans ces petits paradis verts à dos de libellules géantes..

Trêve d’ironie : avouons que ces projets de villes vertes font envie, et qu’il faut bien commencer quelque part!

[Ecocity Builders via io9]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. un centre ville ideal, c’est de la verdure partout, aucune voiture, des parking sous terrain aux abord du centre et un déplacement en tram, metro, pied, velo etc….

    Un hic, les magasin qui vendent des meubles ou autres choses lourdes auront du mal à suivre si les personne ne peut venir en voiture …
    ou encore les habitants qui n’ont pas la possibilité de s’approcher de la maison en voiture pour sortir les course du coffre ….

  2. J’ai le même avis avec le même exemple. Avoir une voiture ne sert plus à rien, le transport d’objets lourds (meubles, matériau travaux) tourne à la galère infernale compte tenu du manque de place.
    Pour ce projet, on est dans l’utopie, on reste dans l’empilage (structures lourdes, plein d’étage, verdure pour tenter de masquer la misère), et on ne tente pas d’aplanir la ville, lui donner plus d’espace en l’ouvrant sur les villes alentours. Mais pour ça faut démultiplier les transports en commun rapides et réguliers, et pas un bus qui passe toutes les heures.

  3. ca s’appele pas la campagne ca?
    non parce que dans mon petit village, il y a deja tout cela, pas besoin de prendre ma voiture pour aller à la superette, au boulanger, au boucher, ou aller cercher les enfants à l’ecole…
    ils viennent d’inventer un nouveau concept sans déconner… nan, j’deconne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité