Les scientifiques coréens progressent vers la fusion

Les scientifiques coréens ont accompli un progrès important vers la maîtrise de la fusion. Dans une expérience menée par leur Institut National de Recherche sur la Fusion, ils sont parvenus à obtenir une forme superchargée de plasma pendant 249 millisecondes, presque deux fois et demi la durée escomptée.

C’est une nouvelle forme de plasma qui peut servir à produire de l’électricité d’une manière analogue aux centrales nucléaires traditionnelles, mais avec bien moins de déchets radioactifs. Nous pensons que c’est cool. Les ours et les loups aussi. [Korea Times]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. euh ! .. gizmodo faut etre un minimum scientifique… c’est un processus de fusion, qui dit fusion ne dis pas fision donc aucune radioactivité.

    la fusion .. c’est le soleil… la fision c’est les bombes c’est pas bien compliqué a retenir ^^

    pour la culture G … c’est une reaction de fusion à chaud par plasma situé dans un reacteur de type « takomak » (c’est pas de ma faute c’est le nom de ce type de reacteur). il y en a un autre du meme type en angleterre , le JET je crois. et le le futur reacteur d’essai ITER a caradache sera sur le meme principe

    voila voila voila .. gizmododiens , ce soir , mourer moin con 😉

  2. Mais le plasma bombarde la structure du tokamak de je sais plus quoi rendant les matériaux qui le compose radioactif ce qui produira quand même un peu de déchet radioactif … Mais le futur est la.

  3. A madmaker.
    Quand on est un « minimum scientifique » on sait que la bombe H est le produit d’une fusion nucléaire.

    En outre, au sujet des déchets radioactifs on peut se renseigner quand on est un minimum scientifique. (par exemple là : http://www-fusion-magnetique.cea.fr/fusion/surete01.htm)

    De plus, être un minimum scientifique permet d’avoir un minimum de rigueur grammaticale et orthographique (comment faire autant de fautes alors que les correcteurs orthographiques existent ?)

    madmaker vous mouRReZ moinS idiot ce soir.
    Sans rancune, l’erreur fait partie de la science et TOUT le monde peut en faire.

  4. Pour faire péter une bombe H, il faut une bombe nucléaire classique.
    Concernant la production d’énergie propre, il faut admettre le concept de diversité et de désentralisation des sources énergétiques. Tant qu’on gardera le principe de concentration, on sera obligé de construire des horreurs défigurant les paysages et modifiant durablement les cycles naturels. De plus, les hommes resteront dans un état proche de l’abrutissement intellectuel car individuellement, ils ne seront pas capables de prendre leur destin en main. Autrement dit, penser au futur implique que l’homme soit suffisamment responsable pour produire l’énergie dont il a besoin sans affecter outre mesure l’espace de ses voisins. Aujourd’hui, le problème ressemble à la quadrature du cercle.

  5. Pour les processus de fusion nucléaire on utilise un isotope radioactif de l’hydrogène : le deutérium. Certes les processus global engendre énormément moins de déchets radioactifs mais il ne faut pas dire n’importe quoi, il génère quand même des déchets. La bonne nouvelle, c’est que les déchets générés ont une durée de vie beaucoup plus courte que ceux générés par les réactions de fission. De plus il n’y a aucun risque d’emballement du processus du type réaction en chaine incontrôlée (Tchernobyl) et la plupart des autres risques sont minimes car les conditions pour obtenir la fsion sont tellement difficiles à réunir que le moindre accroc arrête la fusion.
    Le gros inconvénient actuel de ces technos, c’est qu’on en est aux balbutiements (même si des gens bossent dessus depuis des dizaines d’années) et qu’on n’aura probablement pas d’application commerciale civile avant plusieurs dizaines d’années.

  6. Merci Hal1 d’avoir corrigé…
    249 ms… waouh ! on va en faire du courant pendant ce temps ! hum…

    La fusion que tous ces gars envisagent produit des neutrons, libérés lors de la réaction, qui ont une forte énergie, s’arrachent du plasma malgrès le champ magnétique, percute la paroi et les matériau environnant, créant des poussières (radioactives) qui refroidissent le plasma, et stoppe la réaction. Tout le monde sait que ça ne marchera pas, les américains ont testé, les britanniques ont testé, les russes ont testé… et nous aussi ! (TORE SUPRA a Cadarache) personne n’a eu de résultat intéressant, et utile à une exploitation pratique de la réaction (la production à long terme d’électricité). Les réactions ne sont maintenues que quelques millième ou dixième de secondes.
    Et nous pauvres couillons ont se lance dans ITER…
    PS: les américains sont très forts, ils investissent du blé dans ITER pour nous faire continuer dans cette voie, sachant très bien, ces dernier ayant testé, que c’est une voie sans issue…

    La seule fusion intéressante est une fusion a-neutronique, avec d’autres éléments périodique, mais qui réclament des températures plus élevées (que les Américains atteignent, sur d’autres manip…)

  7. ahlala, ils sont trop fort ces américains !!
    heureusement que tous le monde ne pense pas comme toi, sinon il n’y aurait jamais eux notre regrété concorde, la carte à puce…
    qd tu dis Nous, il me semble que ITER c’est un projet internationnal, donc les américains, les japs..font parti.

    allé tchuss

  8. Si je me rappelle correctement d’un article de science et vie, dans le domaine de la fusion les américains explorent la voie des lasers haute intensité (ils ne partagent pas ces recherches car ils tentent également de développer des armes sur base de ces lasers) au lieu du plasma dans un champ magnétique qui est la solution recherchée dans le programme ITER. Ils ne sont pas bien avancés non plus car la stabilité n’est pas là… ils ont réussi a produire assez d’énergie pour allumer une ampoule pendant 20 millisecondes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité