La redmontisation urticante guette la pomme

Jusqu'à une période récente, Apple bénéficiait d'une image de marque un peu hippie, et représentait la contestation du modèle dominant. Au siècle dernier, dans un monde où le PC et Microsoft régnaient en maîtres, Apple était un choix alter-ordinateuriste.

A cette époque, il était de bon ton de détester Microsoft l’hégémonique si l’on voulait être dans l’air du temps. Mais les temps changent, et c’est aujourd’hui Apple qui concentre un certain nombre de réactions négatives.

Certes, Vista suscite aussi quelques crises d’urticaire. Mais surtout chez ceux qui utilisent ce système d’exploitation. Alors que les produits Apple déclenchent le plus souvent des réactions épidermiques chez des non-utilisateurs.

Alors au delà des symptômes, essayons de décortiquer les raisons de ce phénomène:
Les produits d’Apple ont un indéniable succès: l’entreprise, un temps moribonde, a su quitter son pré carré et innover, dans des domaines où on ne l’attendait pas. D’abord avec l’iPod, tellement emblématique du concept de baladeur numérique qu’aujourd’hui le mot est devenu un terme générique pour « baladeur mp3 », un peu comme Scotch pour du ruban adhésif ou Caddie pour un chariot de supermarché. Récemment encore, l’iPhone a jeté un véritable pavé dans la mare des smartphones.

Pourtant, Apple n’a pas tout inventé, loin de là, et s’est parfois inspiré de l’existant. Comme tout le monde sur ce genre de marché où chacun s’inspire de l’autre. Mais il faut reconnaître à la firme de Cupertino un vrai talent de mise en scène et une réelle légitimité à proposer des innovations de rupture et une vision de l’électronique grand public simple d’accès et fonctionnelle: ordinateur blanc ou tout-en-un, baladeur mp3, musique en ligne, smartphone tactile.

Dans chaque domaine, on peut trouver de meilleurs ingrédients que ceux rassemblés par Apple. Mais les ingrédients ne font pas tout, et c’est bien la recette qui est déterminante. Et de ce point de vue, Apple est plutôt un bon alchimiste. Surtout que la recette ne s’arrête pas aux éléments techniques, mais englobe aussi la présentation et la manière dont le plat est dressé dans l’assiette.

Et quand il s’agit de vendre sa soupe, Apple peut lorgner sans crainte du côté de chez Microsoft, qui s’y entend plutôt bien en la matière. Rappelez-vous (pour ceux qui étaient nés), lors de la sortie des premières versions de Microsoft Windows, il existait sur le marché des systèmes d’exploitation techniquement supérieurs (OS/2 d’IBM par exemple). Mais Microsoft a été meilleur sur le plan du marketing, avec les résultats que l’on sait. Le succès d’une entreprise et de ses produits est donc une savante alchimie d’innovation, de qualité technique et de savoir-faire marketing.

Paradoxalement, la part de marché d’Apple est très faible dans la plupart des créneaux qu’elle investit. Mais l’entreprise se comporte comme un leader de marché. Qu’est-ce qui le lui permet? Peut-être cette très forte image, qui permet également à Virgin de proposer aussi bien de la musique,  des billets d’avion, de la téléphonie et bientôt des vols dans l’espace.

Mais le succès agace. Et sortir du lot expose davantage à la critique. Ajoutez à cela des pratiques récentes pas vraiment hippie, qu’on avait plus l’habitude de voir chez Microsoft, comme la mise à jour secrète de Safari, ou plus récemment le verrouillage de la distribution des applications iPhone via le seul App Store).
Certains fanboys ont également déchanté depuis qu’Apple s’est acoquiné avec Intel pour mieux abandonner le PowerPC: une véritable hérésie aux yeux des vieux applemaniaques.

Enfin l’entreprise ne bénéficie plus de son image de start-up de garage ou de rebelle qui combat le côté obscur. Posséder un produit Apple n’est plus nécessairement réservé à une élite éduquée et revendicatrice d’une certaine différence. De ce point de vue, la marque Apple serait aujourd’hui plutôt proche de Sony, évocatrice de qualité et d’une certaine constance dans le design et l’innovation, mais a indéniablement perdu une part importante de sa connotation alternative.

Une entreprise, c’est aussi son chef. Alors que dire de Steve? Contrairement à Bill Gates, caricature de geek à lunettes (et qui joue volontiers avec cette image), Steve a l’air beaucoup plus normal. Il est même particulièrement charismatique, limite gourou, ce qui agace probablement certains geeks qui rêvent en secret de pouvoir être aussi cool que lui devant un auditoire qui boirait leurs paroles.

Steve Jobs avance avec la certitude d’avoir raison, entraînant l’entreprise avec lui, comme Bill Gates l’a fait à la tête de Microsoft pour installer Windows sur tous les ordinateurs de la planète.

Apple est donc en mutation: l’entreprise agace parce qu’elle a conservé le sens de la provocation parfois perçue comme de l’arrogance qui lui a permis de se hisser là où elle est, et elle fait moins rêver parce qu’elle s’est institutionnalisée. De bête curieuse, la firme de Cupertino devient aujourd’hui une entreprise de plus en plus normale. En toute logique, les réactions exacerbées à son endroit devraient d’ici peu se transposer sur une autre cible.

Alors qui subira demain cette vindicte finalement bien peu rationnelle? Peut-être Google, aujourd’hui très bien perçu pour son modèle social très avancé et ses actions philanthropiques, et malgré des craintes très justifiées de privatisation du savoir et de positions monopolistiques cumulées.

Sans doute redécouvrira-t-on ce jour là Apple sous un autre jour, peut-être lorsque Steve raccrochera les gants le col roulé noir, un peu comme Bill l’a fait récemment en fermant définitivement la fenêtre de son bureau chez Microsoft? [Image iAngel de Thimoty Tyson, extraite de notre concours Photoshop sur Steve]

Ah oui au fait, des commentaires?

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « Il est même particulièrement charismatique, limite gourou, ce qui agace probablement certains geeks qui rêvent en secret de pouvoir être aussi cool que lui devant un auditoire qui boirait leurs paroles. »

    Dommage, je pensais après en avoir lu le début que cet article ne tomberait pas dans l’analyse de comptoir :-/

    Sinon, une analyse très (trop?) simple mais juste du phénomène, a mon avis.

  2. C’est pas la marque « APPLE » qui agace tant à mon avis! Je pense qu’avant les produits apple étaient réservés à une certaine catégorie de la population et donc de ce fait, ils se souciaient peu du prix de vente et se concentraient plutôt sur la qualité du produit.
    ça marchait du tonnerre comme vous l’avez cité plus haut avec l’exemple des ipod ou des macbook tout blanc!
    Avec le temps, ces produits « élitistes » sont devenus grand public! De ce fait la société s’expose encore un peu plus aux critiques et, il faut pas se mentir rien qu’en prenant l’exemple de l’iphone 3g on voit que le choix de faire un produit grand public moins cher plutot qu’un vrai produit innovant (comme on a l’habitude de le voir avec apple) a été fait!

  3. Steve Jobs est un homme intelligent (et « ami » de Bill Gates dans la vraie vie). le probleme ne vient pas de lui ni à son génie marketing mais bel et bien à un héritage communautaire lourd de préjugé.

    Entre les anciens Macophile qui retourne leurs veste (intel) ou crie au plagiat instantanément dès qu’un concurrent bouge un doigt de pied, et les nouveaux utilisateurs qui se plonge aveuglement dans la sphere ikekchoz, et, pour un certains nombre de bug technos et site plus généraliste, un buzz envahissant avec le temps, on se retrouve avec une atmosphere de lassitude et ça crée fatalement des clans.

    Les Apple maniac se retrouvent et se complaisent dans certaines idées reçues:

    Perdu dans sa nostalgie et fier d’avoir toujours été visionnaire dans ses choix (« moi je le savais! »), il ne vois que le bon côté du produit mac en général (macgé).
    En gros tout ce que sort Apple est bien, tout ce que fait MS caynul.

    Véhiculant (aidé par SJ) l’idée que MS copie sans vergogne, n’innove jamais et fait des produits incomplets, il n’arrive pas à sortir de son rôle de victime du marché PC au lieu d’assumer son « nouveau » rôle de moteur de l’innovation/orientation.

    Il ne peut ni ne veux reconnaître la concurrence comme un client à la hauteur qui peut réagir soit rapidement soit dans le temps, et ce en adaptant les bonnes idées qu’il n’avait soit pas pensée, soit pas intégrée (MS dispose d’un excellent service de R&D) parce qu’il ne represente pas son coeur de marché à un moment donné.

    Loin de mettre en avant le fait qu’Apple renouvelle des marchés empêtrés dans une certaine morosité, il ne fait que geindre dès qu’une bonne idée ressemble de pres comme de loin à un produit Apple (ce dernier l’ayant inauguré ou pas!).

    Ainsi pour l’iphone on a pu voir que chaque téléphone qui sort avec un grand ecran, ou avec une interface tactile, ou une interface sympa sans bouton, ou les tous en même temps, etaient qualifiés d’iphone-like, de manque d’imagination etc etc… alors qu’Apple à ouvert (et domine pour le moment) un marché qui tardait à proposer de véritable avancée technologique.

    A côté de ça, il refutent toutes vu plus ou moins objectives qui dit que certe les produit Apple sont en rupture, innovant et interessant, mais demeure incomplet.
    Soit en appuyant sur le fait que l’enrobage est delicieux, soit en arguant que la concurrence ne fait d’enrobage aussi delicieux, ou encore en affirmant que les fonctionnalités manquantes ne sont pas necessaires.

    Comportement normal quand on aime son produit, sauf qu’il ne l’applique qu’au produit Apple. A côté, l’adversaire est en « retard », « copieur », « surchargés » etc, etc…

    Mieux, par exemple on a vu que l’iphone 3G avait des fissures. Dans les commentaires on peut lire soit des gens plus mesurés qui disent « c’est vrai qu’Apple à deja eu ce genre de probleme » et d’autres qui le réfutent -> « ce sont des sagouins, MOI j’ai JAMAIS eu de problemes avec x ou y produits Apple depuis 28 ans MINIMUM ».

    Bref, c’est ce mélange de mauvaise foi, couplé avec le sentiment de supériorité déplacé envers la concurrence qui définis un peu le ressenti d’un Apple fanboy.

    Pour mieux ciblé Gizmodo, je dirais que le redacteur est littéralement tombé amoureux de l’iphone. Chose tout a fait compréhensible au demeurant, mais que du coup, il s’est un peu laché et à publié certaines « infos » par forcement tres interessantes (ou qui pouvait être centralisées). L’agacement viens du fait que beaucoup de blog et sites ont suivis le mouvement.

    Le redacteur de Gizmodo maintenant, laisse non seulement libre cours à sa nouvelle passion, et de plus, s’amuse des commenteurs agacés.

    A côté de ça, je ne deteste pas l’iphone ou les produits Apple en général.

    Mais j’aime les produits qui on pris l’ancienne place d’Apple (Cowon par exemple pour les Mp3 et malheureusement pas encore de concurrent serieux pour l’iphone), et n’aime pas la politique de fermeture et de contrôle autour des interfaces magnifique de la compagnie de Cuppertino.

    D’ailleurs Gizmodo FR est moins à l’écoute de cette concurrence que tous gadgetophile raffole tant.

    J’aime Gizmodo, et je continuerai à raler jusqu’a ce que mort s’en suive.

    ++

  4. Très beau billet, j’adhère à fond. On sent l’amoureux de la fluidité légendaire de la marque qui se demande si les incidents à répétition (activation aphone 2, Mobile Me,…) ne sentent pas la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le beauf, et je comprends. Pas sûr qu’Apple ait la structure d’entreprise capable de supporter sa croissance élevée récente. Mais bon, on verra bien.
    Mais ce qui énerve le plus c’est ni les produits Apple, qui sont globalement très bons (bémol pour les emballages grand luxe complètement inutiles) ni même encore la philosophie de l’entreprise, ce qui rend le gars qui n’a jamais été groupie et ne risque pas de l’être (donc 99,99% d’entre nous) c’est, comme le souligne lossy et comme l’évoque Fred dans son billet, la bande de fanboys aveugles, méprisants, farouchement anti-Microsoft, généralement avec les moyens de dédaigner tous ceux qui ne les ont pas, complètement abrutis par tout ce qui sort avec un logo fruité, bien ou mal, bon ou mauvais (.Mac est un échec total dont même Apple ne veut plus entendre parler mais jusqu’à il y a peu les fanboys le revendiquaient comme étant la meilleure plateforme inventée depuis le mont Ararat), que le produit plaise ou pas si vous osez émettre la moindre critique vous n’êtes qu’un fan de Microsoft débile incapable de la moindre réflexion. Ça je te jure que ça énerve et cette attitude ne rend pas service aux produits Apple, car on se dit ben mince si je m’achète un naïpod je vais devenir comme ass, gloups alors. Ou si je m’achète un mieux vaut que je le planque des fois qu’ils voudraient me faire passer un test de psychologie comme les recruteurs de la sciento. Sérieux les fanboys, si vous ne voyez pas le rapprochement…

  5. je suis client apple et c’est vrai que je suis supérieur aux autres (mea culpa…) mais c’est surtout les autres qui sont terriblement médiocres… lol

  6. Je l’avoue, je l’avoue, Apple me donne de l’urticaire… Enfin, surtout une catégorie de leurs produits, j’ai nommé les ipods.

    Déjà, c’est un tel phénomène de mode que ça en est énervant. Ne dite pas « lecteurs mp3 », dites Ipod, c’est vrai dans 90% des cas. Quand j’ai voulu m’acheter un lecteur mp3, j’ai comparé. Vu son prix et son manque d’avantage, l’Ipod n’a rien de tentant à mes yeux. Je me suis décidée à l’époque pour un Archos Gmini 20Go, petit, mignon et pas cher et je suis l’heureuse détentrice à l’heure actuelle d’un Archos Gmini 30Go. Comme quoi, non, Apple ne fait pas tout! Le jour où ils proposeront un 30 Go au format et au prix d’Archos, on en reparlera.

  7. Il est même particulièrement charismatique, limite gourou, ce qui agace probablement certains geeks qui rêvent en secret de pouvoir être aussi cool que lui devant un auditoire qui boirait leurs paroles.

    XDXDXDXDXDXD

    Et bah les gars moi perso j’aime autant mon ptit minoin XD

  8. @ Cyril : faut voir à pas non plus trop généraliser, je n’ai pas l’impression que le portrait que tu dresses soit le mien, bien que certains points collent en partie 😉

  9. Je ne sais pas si vous avez remarquez. Mais le commentaire par Lossy est bien plus intéressant que le billet lui meme.

    ===> Serait-il possible que gizmodo soit devenu trop accro à tous les jus de pommes pour pouvoir faire des articles plus objectifs ? ?

    [mode coup de gueule]

    Aller un petit effort svp! On sait qu’ ils sont pas mal ses produits tous blanc ou tous noir mais c’est pas une raison pour en parler plusieurs fois chaque jours car on passe à coté de pleins d’autres choses à se focaliser comme ça !

    [/mode coup de gueule]

    [mode citation]
    il n’y à pas que le riz et les pâtes dans la vie, il y a ….
    [/mode citation]

  10. Ah non ! il faudret qu’il retourne à l’ecole aprendre l’ortografe !…
    si, si , sa s’aprend , l’ortographe… enfin, je panse…

  11. Arf, c’est ça d’écrire trop vite et de ne pas se relire! :p
    A quand une fonction edit sur Gizmodo?

    La phrase du jour:
    « Microsoft a démocratisé l’informatique au même niveau que le SMS a démocratisé l’orthographe… »

  12. bah … apple de toute facon va finir en echec de toute facon , pas mal de personnes du monde underground commence d’ailleur a ce concentrer dessus , ce que je ferai bien volontier le jour venu … bon je sait gizmodo si apple disparait … ca craint … bah ben tempis au moins se sera peu etre plus objectif …. (on parie que mon com va disparaitre ??)

  13. Pari perdu, Mick27! Les commentaires ne sont pas supprimés parce qu’ils sont anti-Apple, ils le sont lorsqu’il s’agit de flood manifeste, ou que le langage est vraiment trop cru ou trop sms.
    Mais il suffit de se pencher pour remarquer que nos archives regorgent de commentaires vraiment pas tendres envers Apple, leur point commun étant d’être écrits dépourvus d’insultes gratuites et rédigés dans un français intelligible.
    Là où ça devient cocasse, c’est que certains commentateurs anti-Apple trouvent le moyen d’en parler sur des notes qui n’ont rien à voir, ou de déterrer des notes anciennes pour râler contre Apple. Ce faisant, ils desservent leur propre but, en offrant un surcroît de notoriété à l’entreprise qu’ils veulent combattre, puisque les commentaires récents apparaissent en bonne place sur notre page d’accueil.

    D’autres nous suggèrent pour leur confort de lecture de regrouper toutes les news Apple dans un seul article, ou même une section séparée. Là encore, appliquer un quota ou un traitement différencié à Apple serait lui conférer un caractère spécial que d’autres nous reprocheraient. Sans compter qu’il faudrait par équité faire de même pour satisfaire les anti-Microsoft, les anti-Google ou les anti-bricolage du dimanche, ou encore les anti-paintball ou les anti-voitures.
    La recette est simple, sachant que nous n’obligeons personne à lire tous les articles de manière chronologique. Il suffit de ne lire que les articles qui vous intéressent: nos titres sont suffisamment explicites pour que chacun puisse décider de lire -ou pas- tel ou tel article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité