Giz explique… les écrans tactiles

Les écrans tactiles. Ils sont partout, comme si un téléphone ou un baladeur numérique ne pouvait pas être cool sans en être équipé, et ce sera bientôt le cas aussi pour les ordinateurs portables. Les écrans tactiles ne remplaceront peut-être pas complètement la souris et le clavier d'ici un an ou deux, mais ils nous indiquent comment nous interagiront avec nos gadgets électroniques dans quelques années.

Le hic, c’est que « tactile » est utilisé pour décrire des technologies assez différentes qui y remplissent une fonction similaire. Voici une présentation des techniques les plus courantes pour réaliser la magie de l’écran tactile, ainsi que les nouvelles techniques qui révolutionneront vos gadgets dans les années à venir.

Globalement, ils remplissent tous la même fonction : détecter une perturbation dans la force, exercée par votre doigt ou par un stylet en contact avec l’écran, pour extrapoler l’endroit où vous appuyez et passer l’information à un logiciel qui saura quoi en faire. La différence réside dans la manière dont chaque écran détecte un toucher.

Les écrans tactiles résistifs sont ceux sur lesquels vous avez probablement déjà mis vos doigts gras, car ce sont les moins chers et les plus anciens. On les trouve dans la plupart des téléphones portables tactiles, beaucoup de tablettes ainsi que sur la Nintendo DS, par exemple.

Comment cela fonctionne : vous avez d’abord une couche de verre sur laquelle sont posées deux autres couches : une couche conductrice et une couche résistive, avec un petit espace entre les deux. Par-dessus tout ça, vous avez encore une couche : celle que vous touchez. Donc, lorsque vous appuyez sur l’écran, les couches conductrice et résistive entrent en contact, ce qui change la circulation du courant électrique et permet à l’appareil de détecter l’endroit où appuie votre doigt ou votre stylet.

Bien et moins bien : les systèmes résistifs sont de loin les moins chers à fabriquer actuellement, mais ils sont peu adaptés aux multitouch, à cause des contraintes et des limitations des systèmes fonctionnant par pression. L’autre problème est lié à la superposition des couches par-dessus l’écran LCD, qui bloquent énormément de lumière : regardez par exemple comment l’écran du bas sur une DS est beaucoup plus sombre que celui du haut.

Les écrans tactiles capacitifs sont un peu meilleurs. Longtemps très chers, leur prix commencent à baisser, et on en trouve maintenant dans plusieurs appareils, comme ce téléphone tactile d’Apple dont vous avez peut-être entendu parler, ou sur la tablette Dell Latitude XT.

Comment ça fonctionne: l’écran est recouvert d’une couche traversée par un courant électrique. Dans la mesure où vous générez votre propre courant électrique, lorsque vous touchez l’écran (on suppose que c’est avec votre doigt), celui-ci enregistre un changement électrique. En mesurant les perturbations de la Force du champ électrique, l’appareil peut déterminer à quel endroit vous le touchez.

Bien et moins bien: c’est beaucoup plus facile de faire du multitouch avec du capacitif, et moins de couches ajoutées signifient plus de lumière et donc un écran plus lumineux. Malgré tout, le système fonctionne avec des interactions de champs électriques et des histoires de conductivité: une main moite pourra donc avoir des difficultés à commander l’appareil, et si vous voulez employer un stylet, il vous faudra un modèle spécial.

La détection de toucher infrarouge, que l’on connaît principalement via la table Surface de Microsoft, emploie une approche légèrement différente. Comme elle fonctionne bien avec des produits plus grands, vous pourriez bien en voir un certain nombre en particulier de la part de Microsoft.

Comment ça fonctionne: l’image est en fait projetée sur la surface par le dessous, avec de la lumière infrarouge. Des caméras infrarouges, également situées sous la surface, peuvent voir quand la lumière est reflétée par des objets (comme votre doigt ou un téléphone portable par exemple), et ces images sont traitées et traduites lorsque vous bougez et faites des gestes sur des images et des objets virtuels.

Bien et moins bien: l’avantage de cette technique est qu’elle utilise des technologies existantes et peu coûteuses. La mauvaise nouvelle est que le l’appareil lui-même peut être encombrant, car il faut dissimuler tous les éléments à l’intérieur d’une table, ou au moins d’un gros globe. Enfin, le dispositif est sensible à la lumière, donc des flashes ou une lumière du soleil trop forte peuvent le perturber.

Encore, encore, encore ! ! Il existe des technologies tactiles beaucoup plus avancées qui ne sont pas encore utilisées au quotidien. Le système de surface à vagues acoustiques fait appel à des transducteurs et des réflecteurs qui détectent et si les vagues ultrasoniques qu’il envoie sont perturbées (ou plus exactement absorbées), ce qui signifie que quelque chose l’a touchée. L’avantage est que l’écran n’est absolument pas occulté ce qui garantit une luminosité et une clarté parfaites. Mais apparemment le système n’aime pas la poussière.

Sharp et d’autres ont mis au point des prototypes tactiles avec une technologie optique de détection de toucher directement intégrée dans l’écran. Ces systèmes sont suffisamment sensibles pour détecter le contact de votre doigt au pixel prêt. Ils rendent non seulement le multitouch facile, mais ils peuvent également servir de scanner du fait de leurs capacités optiques. Ils sont actuellement réservés aux petits écrans comme ceux des téléphones d’un d’ordinateur portable, mais pas plus grands. Bien sûr, comme pour les infrarouges, ils peuvent être perturbés par des fluctuations lumineuses de l’environnement.

Mary Lou Jepsen, l’ingénieur en chef à l’origine du concept de portable XO de l’OLPC et fondatrice de l’entreprise Pixel Qi LCD, nous a déclaré récemment qu’elle soutenait la technologie du tactile cellulaire, qui permettrait de proposer des écrans tactiles au même prix et à la même épaisseur que les écrans LCD, car la sensibilité au toucher serait directement intégrée à la matrice du LCD. Le seul problème est que l’écran ne fonctionnerait qu’avec des appareils spécifiquement programmés pour l’utiliser ; il ne s’agit pas d’un écran tactile plug-and-play que vous pourriez commander en ligne pour fabriquer un faux iPhone à la maison.

C’est à peu près tout ce que vous avez besoin de savoir à propos des écrans tactiles au jour d’aujourd’hui. Les écrans résistifs et capacitifs sont aujourd’hui les principaux types d’écrans employés, même s’il se peut que vous vous entendiez parler des autres d’ici quelque temps.

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Voilà que Gizmodo joue les Tom’s Hardware.
    Pourquoi pas, ça ne me déplait pas, et c’est toujours sympa d’avoir des (micro) dossiers de temps en temps. :)

  2. Sympa comme article ! Bravo !
    Sinon, je n’ai pas compris l’allusion à un appareil de téléphonie d’apple… De quoi s’agit-il ? Peut-on avoir des détails ?

  3. Me..de moi qui pensait pouvoir acheter un Apple Phone avec fonction MP3, mail et internet ! Mes rêves s’envolent …

    Sait on où l’on en est avec le projet OSX ? Apparemment Jobs reprendrait les rennes d’Apple ? FRED ?

  4. Difficile à dire… Je lui ai envoyé un sms, et il m’a répondu de manière un peu cryptique: « U will C what’s NeXT »…Comprenne qui pourra. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité