Dell va fermer toutes ses usines américaines d’ici 18 mois

D'après le Wall Street Journal, Dell restructure sa production dans un remaniement total de ses usines. Selon une source interne, Dell va se débarrasser de presque toutes ses usines américaines dans les 18 mois à venir pour externaliser ses chaînes d'assemblage.

Dell a été un pionnier de la technique de vente en ligne puis d’assemblage d’ordinateurs à la commande, une stratégie censée réduire les coûts d’inventaire et apporter des profits plus élevés. Dell assemble actuellement dans ses usines américaines des composants venus d’Asie. La transition, déjà amorcée pour certains portables, fera migrer toute la production à l’étranger, comme le font déjà HP et Apple.

La grande question restera de savoir si quelqu’un a envie d’acheter les usines de Dell laissée vides pour 2,6 milliards. [WSJ]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ce n’est que la suite logique des choses : les américains sont très forts pour la finance et le marketing. Mais quand il s’agit de réalisation et de production, ce sont vraiment des tachons. Ils sont pour cela très dépendants de leur immigration et de leurs importations.
    Alors tant qu’à faire, autant envoyer toute la production à l’étranger, ça se tient.

  2. Excellent ! Quand je pense que l’on se tape 5 années d’études supérieures en école de commerce pour aboutir a cela ! y aura bien un moment ou en europe ou occident plus personne ne pourra acheter … même pas le cd de carla bruni ! …

  3. @Marc : et tu crois que ça tiens à quoi, la baisse du pouvoir d’achat dont on parle tant en France ? Aux US on a exactement le même phénomène. A force de faire en sorte, dans nos sociétés occidentales, que l’argent permet de faire absolument tout, au final on n’est plus capable de rien faire. Le phénomène est d’ailleurs encore plus marqué aux US qu’en Europe, où la dette et les importations sont au contrôle de la Chine.
    Le résultat, c’est que quand l’économie va bien c’est merveilleux on peut tout acheter, mais dès qu’il y a le moindre chtouille, alors là c’est la catastrophe. C’est ce qu’on constate en ce moment, et c’est vraiment n’importe quoi. Malheureusement je crois bien que quand les financiers se seront réveillés et se seront rappelé que les chiffres sur leurs écrans traduisent une réalité bien concrète, le point de non retour aura été franchi depuis bien longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité