Les ordinateurs nous feront bientôt prendre des vessies pour des lanternes

Les machines sont encore devenues un peu plus intelligentes: un ordinateur nommé Elbot a obtenu un taux de succès de 25 % dans sa capacité à convaincre un être humain qu'il était lui aussi humain.

L’expérience est connue sous le nom de le « test de Turing » (d’après le mathématicien Alan Turing). Six machines conversationnelles artificielles ont essayé de passer le test, et toutes sont parvenues à tromper au moins l’un des examinateurs en lui faisant croire qu’il parlait à une autre personne.

Strictement parlant, aucune machine n’a officiellement réussi le test de Turing, qui stipule qu’une intelligence artificielle doit atteindre un taux de succès de 30 % pour être considérée comme douée de sensations. Mais les progrès en la matière étaient notables:

L’organisateur de l’expérience, Kevin Warwick de l’école d’ingénierie systèmes de l’université de Reading, était très enthousiaste à la vue des résultats, qu’il comparait à la première fois où l’ordinateur Big Blue d’IBM avait battu le maître d’échecs Gary Kasparov en 1997: « c’était une journée très excitante et deux des machines étaient très proches de passer le test de Turing pour la première fois ».

« Les résultats d’aujourd’hui montrent que la situation ne se résume pas un simple succès ou échec de la machine. Lorsque les machines ont été identifiées correctement comme telles par les examinateurs, leur capacité conversationnelle était de 80 à 90 %. Ceci démontre à quel point les machines sont proches du point où elles pourront communiquer avec nous de manière naturelle. Ce jour marquera le début d’une nouvelle phase dans notre relation avec les machines, et nous rapprochera du moment où les robots commenceront à jouer un rôle actif dans notre vie quotidienne ».

Wahou et gloups. Note à Kevin: merci de bien lire tous les ouvrages d’Isaac Asimov avant de donner trop d’autonomie aux robots, d’accord? [Telegraph]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Personnellement je trouve ça vachement intéressant et en même temps complètement inintéressant.
    25% ça veut presque rien dire …
    Je peux dire a un gamin de 5 ans que je suis un super héros donc je serais considéré comme super héros à 100% parce qu’il m’a cru ?

    Je connais une personne ( 35 ans ) qui a parlé pendant 10 minutes avec Spleak ( le bot Msn ) avant de comprendre que c’étais un bot …

    Ce qui serait intéressant d’avoir comme informations supplémentaires de la part de ces scientifiques c’est de nous dire le nombre d’examinateur, le temps de dialogue, les historiques des dialogues ( afin de voir ce dont est capable le robot ).
    On ne sait même pas si les tests sont des test écris ou audio :(

    Enfin bref à suivre.

  2. moi jvous dit ca fait peur. on se rapproche de plus en plus de la fin de l’etre humain.

    de toutes facons ca , une guerre atomique ou bacteriologique on y aura droit dans tous les cas.

    et non je suis pas pessimiste juste realiste , l’homme est fou , il causera sa perte

  3. Comme pour l’histoire des échecs… ok c’est compliqué de battre un grand maître mais n’importe quel programme d’échec bat sans problème la majeure partie de l’humanité et depuis longtemps

  4. @Kalius

    Je suis allé me renseigner un peu plus sur le test et apparemment il s’agit d’un test écrit où un examinateur est face à une machine et un homme, les deux essayant de montrer qu’ils sont humain. L’examinateur doit repérer lequel est lequel.

    Au sujet des 25% je pense que ce score plafond est du au fait que si la machine était parfaite, on ne pourrait plus faire la différence avec un humain et donc il y aurait une chance sur deux (50%) de trouver l’ordinateur. Un score de 25% est donc un bon score vu que le score maximum est 50%.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Turing_test

  5. L’exemple de Deep Blue n’est pas réellement pertinent : un chercheur en IA avec qui je travaillais me disait que Deep Blue « battait bêtement Gary Gasparov » car il se basait sur la vitesse d’exécution et non sur une logique de réflexion plus fine que celle du champion d’échec…

    « nous sommes de machines plus quelque chose » disait ce chercheur…

  6. Clément: t’as tout à fait raison, il n’y a aucune intelligence artificielle, il n’y a que la programmation des ingénieurs, on peut pas parler d’INTELLIGENCE artificielle si il n’y a pas de conscience de soi … Alors c’est sur avec l’augmentation de la puissance, ils parraissent moins « bête » mais en fait ils font juste plus de test …

  7. @Reup : dans un sens oui. Mais pas seulement.
    Il se trouve que dans notre cerveau, nous avons des connexions neuronales. Et plus une liaison neuronale est sollicitée, plus elle se renforce, et devient une voie privilégiée de transfert de l’information. C’est ce qu’on appelle l’apprentissage.
    Eh bien dans l’informatique de l’intelligence artificielle, ces mécanismes existent aussi : on a des réseaux neuronaux et même des algorithmes génétiques qui permettent de favoriser l’évolution vers les modèles les plus performants.
    En clair, les machines apprennent et évoluent elles aussi. Ce n’est pas que de la rapidité de calcul. Elles se rapprochent de l’humain bien plus rapidement qu’on ne le croit, les progrès dans ce domaines et rapides et phénoménaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité