Pourquoi Android va bientôt déménager

La présentation officielle du G1 de T-Mobile, que nous vous avions fait vivre en liveblog, n’avait pas le panache d’une keynote de Steve. Pas de « boom! », pas de « one more thing! », et au final beaucoup (nous y compris) étaient un peu déçus, interprétant dans la foulée de l’événement l’incohérence de l’interface utilisateur et d’autres défauts comme étant plutôt rédhibitoires.

Pour autant, nous n’avons sans doute vu qu’une petite partie de ce que le G1 sera capable de faire avec le système d’exploitation open-source Android. Et lorsque la machine conçue par Google tournera à pleine puissance, avec une armée de décodeurs pour alimenter l’Android Market,  les sceptiques d’aujourd’hui —dont nous faisons un peu partie— devront réviser leurs points de vue.

Les fanboys Apple doivent comprendre que tout ne se résume pas à de jolies icônes. Et les nerds supporters de Windows Mobile doivent accepter que les fonctionnalités d’entreprise ne soient pas le seul critère d’évaluation (surtout que les choses évoluent déjà de ce côté là). En réalité, il est ici question de fournir aux gens de véritables outils pour construire tout ce qu’ils souhaitent sans subir le couperet de l’App Store ni être entravés par les menottes d’un système d’exploitation propriétaire. La démarche consiste à proposer quelque chose de différent, de meilleur et de gratuit à ceux qui veulent développer des applis pour téléphones portables. Et qui s’en plaindrait?

Revenons un instant à Apple: l’iPhone nous a lavé le cerveau en voulant nous faire croire que tout ce qui était révolutionnaire et innovant se devait d’être beau. Nous trouvons le matériel d’Apple particulièrement léché, mais un téléphone ne sera jamais le meilleur s’il compte seulement sur sa partie matérielle, et Google le sait aussi. Android arrive d’ailleurs sur le marché au moment où la stratégie logicielle de l’iPhone commence à montrer ses limites. Si vous avez un peu suivi les récentes histoires à ce sujet, vous savez qu’Apple ne laisse pas les développeurs faire ce qu’ils veulent avec le téléphone. En conséquence, on trouve une tonne de jeux, de lampes-torches et de calculatrices très élaborées pour l’iPhone. Mais en ce qui concerne les applications révolutionnaires, on reste un peu sur notre faim.

L’Android de Google est aussi polyvalent qu’ouvert, et même si la version 1.0 pêche encore un peu sur certains aspects, les perspectives de développement sont très encourageantes. La possibilité d’ajouter gratuitement des fonctionnalités système à un téléphone constitue une avancée significative rendue possible par la nature ouverte de la plateforme.

Bien sûr, tout ce qu’Android propose aujourd’hui existe sur l’iPhone ou sur Windows Mobile, mais on voit mal Google en rester là et ne proposer qu’un équivalent à l’existant après avoir investi autant d’efforts dans le développement de sa plateforme. D’ailleurs, tous ceux qui ont manipulé le G1 lors de sa présentation se sont rendus compte que c’était encore une beta. La balle est actuellement dans le camp des développeurs tiers autant que chez Google pour donner une véritable consistance à ce téléphone.

Aujourd’hui, l’enjeu pour Android est d’atteindre une masse critique, à la fois côté consommateurs et côté développeurs, chacun renforçant l’autre. Les gars de Google sont suffisamment malins pour savoir comment faire émerger leur nouveau bébé, et sont parfaitement conscients qu’il n’y aura pas de campeurs faisant la queue devant les magasins T-Mobile pour acheter un G1. Ils doivent donc séduire d’abord la communauté geek. Ce n’était donc sans doute pas un hasard si lors de la conférence de presse de lancement, Sergey Brin  s’est montré sur ses Rollerblade, jouant avec l’accéléromètre grâce à l’appli qu’il avait lui-même écrite.

Cette première sortie a donc pour but de livrer l’Android à la créativité des développeurs, en leur proposant d’emblée une perspective suffisamment séduisante pour les inciter à se lancer dans l’aventure. Android propose dès maintenant une plateforme de développement dont les développeurs sur iPhone n’ont pas pu bénéficier avant la sortie de la version 2.0 et les mises à jour de firmware (sans compter qu’Android est largement plus ouvert).

Les plus critiques rappelleront, à juste titre, que bon nombre d’initiatives open source ont été des échecs. Mais Google ne tombera pas dans le piège, et nous a affirmé que leur priorité numéro un était d’établir les normes et standards qui permettront au projet de se développer efficacement. Il est donc relativement évident que les upgrades devront être assez encadrées (sans doute plus proche des mises à jour bi-annuelles d’Ubuntu que des « nouvelle version quand on le sentira » qui sont le lot de certains projets open source de moindre importance), pour faire en sorte que tous les membres de l’énorme Open Handset Alliance soient tous à la page. Il n’y aura donc pas de gars en train d’attendre que leur opérateur veuille bien lui proposer Windows Mobile 6.1 alors qu’il est disponible depuis des années. Android ne pourrait pas fonctionner ainsi, et aura donc besoin d’un calendrier de mises à jour régulières.

Google a une vision à long terme à propos d’Android. C’est pourquoi les réactions à propos de l’interface utilisateur un peu rugueuse et des fonctionnalités d’entreprise encore manquantes ne les inquiètent probablement pas trop. Leur priorité est vraiment de faire atteindre une masse critique à leur écosystème open source.

Et même s’ils échouent à vendre des tonnes de téléphones, ils ont déjà mis la pression sur l’ensemble des opérateurs et des fabricants de téléphones en créant une alternative libre qui n’a pas besoin de gagner pour avoir un impact sur les acteurs de ce secteur. Bien sûr, tout ceci se discute, mais il y a un point sur lequel les choses sont claires: il ne faut pas prendre Google à la légère.

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA COPYPASTA

    Bref en tout cas le dev sous android c’est fun, pas comme sous iPhun

  2. Un peu long, mais cet article se veut comme une excuse aux précédents qui disaient que android était en dessous de l’iphone.

    Interessent quand même.

  3. Bonjour,

    Article super objectif enfin sur Android et pour ce qui trouve cela trop long je suis mort de rires !!! cela veut dire Gizmodo ne pas faire d’articles trop long cela fait chauffer le cerveau de certains pfff c’est jamais trop long quand c’est interessant ….

    seb

  4. Il est clair que Google doit surtout avoir une roadmap pour Android (comme celle d’Ubuntu) afin que les développeurs puissent eux aussi prévoir leurs dév et pour rassurer tout le monde sur l’activité du projet.
    Il faut aussi qu’il vérifie la QUALITE (réactivité, bugs, …) des appli fait pour Android car ce sera toujours la faute de Google si ces appli ne sont pas satisfaisantes.

  5. Article très intéressant et très bien construit. Au lieu de nous resservir la sempiternelle suprématie de l’aphone face à Android, on comprend mieux le lancement du G1 et de ce qu’il implique. Contrairement à l’aphone, l’Android s’inscrit dans un projet à long terme et qui ne pourra aboutir qu’à un succès s’il parvient à allier compatibilité avec le maximum de matériel et bon OS mobile. On ne peut qu’espérer que Google réussisse son coup et qu’il sera suivi par les développeurs tiers.

  6. je crois que la cohérence d’une interface est d’une importance capitale pour l’utilisateur. parce que l’utilisateur pour pouvoir utiliser facilement un objet technologique ne doit pas être perdu. Je prends par exemple mon KU990 avec l’interface par défaut, il fallait parfois chercher au fin fond d’un dossier une application. j’ai changé l’interface par une autre et du coup, il y a des fonctionnalités qui deviennent plus attractives car rapidement et facilement accessibles. L’iphone est surement le plus abouti dans cette matière même s’il y a encore des défauts (par exemple : on ne peut pas écrire une note ou un email en mode paysage 0_o). Android doit aussi atteindre et même dépasser cette cohérence dans l’UI des différentes applications pour séduire autre chose que des geeks, ce qui sera vraisemblablement plus difficile en permettant l’installation sur différents téléphones.
    Enfin, dernière critiques contre Android, j’espérais que ce dernier puisse s’installer sur n’importe quel téléphone comme on installe une distribution linux sur un n’importe quel PC ou mac… Si cela devenait possible alors android pourrait rapidement prendre de l’importance et attirer plus de développeur et par la suite d’usager.

  7. très bonne article,et je crois qu’il ne tarderas pas a voir un apareil alliant design avec la puissance d’android d’ailleur nous travailon en ce moment sur
    « handset » très prometteur,reste plus qu’a trouver un constructeur pour le rendre concret.cette saine compétition que le mouvement android a créer est un plus pour tout le monde

  8. Sergey Brin s’est montré sur ses Rollerblade, jouant avec l’accéléromètre grâce à l’appli qu’il avait lui-même écrite.

    J’ai du mal à croire qu’un milliardaire comme Sergey Brin, à la tête d’une boite comme Google, ait vraiment le temps de coder quoi que ce soit…

    L’iphone est surement le plus abouti dans cette matière même s’il y a encore des défauts (par exemple : on ne peut pas écrire une note ou un email en mode paysage 0_o)

    Essayer l’application Firemail, elle est gratuite sur l’Apple Store

  9. Bonjour

    J’ai rarement lu un article véhiculant autant de clichés, aussi je vais essayer de le commenter du mieux que je peux, mais il y a beaucoup de choses à dire.

    « Les fanboys Apple doivent comprendre que tout ne se résume pas à de jolies icônes. »

    Cela fait longtemps que les « fanboys » l’ont compris, à tel point que l’OS d’Apple a changé de noyau (souvenez-vous les années 90, quand OS 9 était tout sauf stable) pour devenir un système d’exploitation solide, peu gourmand (2 Go c’est beaucoup pour Leopard, qu’en est-il de Vista ? Pourquoi on ne le retrouve pas sur les EeePC au fait ?) et sobre, à des années lumières de son homologue windowsien…

    « En réalité, il est ici question de fournir aux gens de véritables outils pour construire tout ce qu’ils souhaitent sans subir le couperet de l’App Store ni être entravés par les menottes d’un système d’exploitation propriétaire. »

    Il y a deux semaines Apple s’est engagé à ne donner plus de libertés aux dévelopeurs en enlevant la clause de confidentialité… Pour le coup du système propriétaire, à chacun son choix, pour ma part je préfère qu’Apple fasse le ménage pour avoir un OS stable et éviter les virus, mais à la limite c’est plus un choix « philosophique » qu’autre chose.

    « La démarche consiste à proposer quelque chose de différent, de meilleur et de gratuit. »

    Gratuit ? Google oeuvre pour le bien de l’Humanité ? Moi qui pensait que c’était une multinationale qui se finançait avec la pub, je viens d’apprendre quelque chose aujourd’hui ! Mouahahahaha ^^

    « Revenons un instant à Apple: l’iPhone nous a lavé le cerveau en voulant nous faire croire que tout ce qui était révolutionnaire et innovant se devait d’être beau. »

    Alors qu’Apple aurait pu nous proposer un iPhone moche… Quelle bande de salauds ! ^^

    « Si vous avez un peu suivi les récentes histoires à ce sujet, vous savez qu’Apple ne laisse pas les développeurs faire ce qu’ils veulent avec le téléphone ».

    Oui, fort heureusement. J’ai pas envie d’acheter Norton antivirus sur mon iPhone, ça risque de bouffer pas mal de ressources. Pauvres développeurs, ils sont bridés par le méchant Apple… L’article devient un peu manichéen là !

    « En conséquence, on trouve une tonne de jeux, de lampes-torches et de calculatrices très élaborées pour l’iPhone. Mais en ce qui concerne les applications révolutionnaires, on reste un peu sur notre faim ».

    C’est vrai que des applications où l’on peut savoir quels sont les événements culturels autour de nous, des clients pour quasiment tous les réseaux sociaux, Skype, un mode modem pour connecter un iPhone sur un ordinateur portable, Last FM qui permet d’écouter en streaming des morceaux (et bientôt Deezer), le VPN, les clients VNC, tous les chats (AIM, MSN, Gtalk etc), la Radio (VisualRadio), les MMS (hé oui !), un tableur, un mini-traitement de texte, l’accès aux Webcams sur le Net….. ce n’est pas révolutionnaire. Vivement l’iPhone Holo en 2029 ! ^^

    « Ce n’était donc sans doute pas un hasard si lors de la conférence de presse de lancement, Sergey Brin s’est montré sur ses Rollerblade, jouant avec l’accéléromètre grâce à l’appli qu’il avait lui-même écrite ».

    Cool. Ca c’est de la révolution !

    « Les plus critiques rappelleront, à juste titre, que bon nombre d’initiatives open source ont été des échecs. Mais Google ne tombera pas dans le piège, et nous a affirmé que leur priorité numéro un était d’établir les normes et standards qui permettront au projet de se développer efficacement. »

    C’est à se demander qui est fan de quoi… Mais si Google l’a dit, c’est que c’est vrai.

    Plus sérieusement, je ne vois pas en quoi le GPhone est un rival de l’iPhone tant les deux engins n’ont rien à voir ! Le Gphone se positionne surtout par rapport à Windows Mobile tant l’iPhone est pour l’instant trop en avance sur la concurrence.
    Je ne comprends pas cette idée d’opposer des machines qui sont complémentaires… Car de toute façon avec le choix qui s’offre à nous (Windows Mobile, Blackberry, GPhone, iPhone) c’est le client qui est gagnant… On a donc pas attendu Google pour avoir du choix dans le marché concurrentiel du Smartphone, même si l’arrivée de Google est une bonne chose.

    Alors au final, un peu d’humilité en ce qui concerne ce GPhone qui n’a pour l’instant rien prouvé : souvenez-vous le lapsus du patron de Google lors de la présentation, qui a évoqué l’iTunes Store….:), ça remet les choses à leur juste valeur….

    Cordialement

  10. C’est marrant d’avoir pris des icones mac pour illustrer l’article. Ceux de Windows n’étaient pas assez jolis. A moins que ce soient ceux de Goo…. Ah non, c’est vrai Google se concentre sur le fond des choses. Comme quoi la beauté, cela sert encore un peu…….

  11. C’est incroyable comment un article destiné à remettre les pendules à l’heure provoque malgré tout la colère des fanboys. Mais vous comprenez pas ou quoi ? Il est super votre iphone, certes, mais y a des gens qui veulent autre chose : vous voulez pas nous laisser tranquille ? j’ai le droit de pas vouloir passer par i-tunes, i-store, i-photo, i-movie, I-verrouillé/premaché ?…
    Je m’en fous des icônes jolies, etc
    Je veux juste pas l’univers Iphone : j’ai le droit ?
    Merci

    PS : et ne vous faitespas passer pour plus bête que vous êtes en prenant au pied de la lettre le gentil second degré contenu dans certains remarques de l’article

  12. +1 pour Molluk

    Sycophante, merci d’accepter que certaines personnes n’aiment pas les « prisons », aussi belles et dorée soient elles…
    J’ai envie de pouvoir choisir mon matos, de l’acheter à un prix convenable (et pas 3x le prix pcq il y a une pomme dessus), et d’y installer ce que je veux. C’est valable pour un pc, pour téléphone, pour un baladeur… C’est probablement pour ca qu’aucun produit Apple ne me convient, j’aime pas m’entendre dire « Nous, on sait ce qui est bon pour toi… » (Think Different ?… « We think for you », aurait probablement été plus juste)

    L’Iphone a été un des plus gros buzz de ce début de siècle (la Wii est probablement la place de numéro # 1), le commun des mortels a été introduit à des technologies qui existaient déjà depuis un certain temps… rien de révolutionnaire, ca a, par contre, le mérite d’avoir précipiter le monde du mobile vers le « tactile » + « interface » pour tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité