La Chine fabrique des briques de lait à la pelle

Ainsi que vous le savez probablement, la Chine doit gérer un énorme volume de lait contaminé. Maintenant que des centaines de tonnes de produits laitiers ont été rappelées, les autorités se demandent quoi faire de tous ces produits impropres à la consommation. Une ville du sud de la Chine a trouvé un excellent moyen de se débarrasser du liquide contaminé à la mélamine… en l’incorporant à des briques et du ciment:

Wang Fan, directeur des autorités sanitaires de Canton, a expliqué aux journalistes que le lait cuit dans un four produit un résidu qui peut être utilisé pour fabriquer des blocs de construction. En détruisant ainsi le lait, le gouvernement peut s’assurer qu’il ne finira pas versé dans les rivières (ce qui contaminerait les poissons) ou abandonné dans des décharges (ce qui pourrait contaminer les nappes phréatiques). Le coût est également beaucoup moins élevé: environ 700 Yuan par tonne en faisant des briques, contre 1800 Yuan par tonne avec un traitement classique en tant que déchet toxique.

Moralité de cette histoire: lorsqu’on vous donne du lait contaminé, faites-en des briques. Espérons que cette alerte de santé publique permettra de repartir sur des bases plus saines pour les productions alimentaires. [China Daily]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. ce n’est pas du lait contaminé. le terme exact est « frelaté ». la différence c’est que ça a été fait volontairement, alors qu’ une contamination est par nature accidentelle. le but était de rendre le lait plus consistant (donc plus vendeur) en y incorporant une résine chimique habituellement utilisée dans des colles ou des revètements. on ose à peine imaginer le genre d’idées qui traversent la tête des mecs qui ont lancé cette magouille.

  2. Une précision : le but n’était pas de le rendre plus consistant mais équivalant à un lait normal en quantité de protéines.

    J’explique le procédé :
    1) tu ajoutes de l’eau à ta quantité de lait normal dans le but de vendre une quantité plus importante, au même prix que le lait normal, donc de gagner plus d’argent.
    2) or il y a quand même des contrôles sanitaires (et oui, la vie n’est pas juste pour les entrepreneurs inventifs) qui mesurent la quantité de protéines dans le lait (dans le but de détecter du lait frelaté)
    3) donc, pour passer à travers ces contrôles sanitaires, il suffit d’ajouter un produit qui fera croire que le lait frelaté contient autant de protéines que le lait normal.
    Et là, tu comprends ce qui passe par la tête de ces mecs (du pognon, du pognon et encore du pognon).

  3. Je travaille beaucoup avec la Chine et croyez-moi, dès qu’il s’agit de gagner de l’argent tous les moyens sont bons pour eux, peu importe les conséquences sur les consommateurs. Dès qu’ils peuvent gratter un centime ils ne s’en privent pas et tant pis pour la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité