Test du pico-projecteur Aiptek V10

Le gadget: Le pico-projecteur PocketCinema V10 d’Aiptek est tellement petit qu’il tient dans la main. Celui-ci a un petit truc en plus par rapport à ses concurrents, puisqu’il dispose d’un lecteur de carte SD intégré et d’un lecteur média lui permettant de projeter des images et des vidéos sans avoir à se connecter à une source vidéo extérieure.

Le prix: 300 €

Le verdict: Si vous avez l’argent et que vous avez vraiment envie d’un petit projecteur capable de vous accompagner partout, c’est lui qu’il vous faut. Il est non seulement mieux assemblé que le visuellement comparable 3M Mpro 110, mais il est aussi plus riche en fonctionnalités.

La principale différence est que, contrairement au modèle de 3M, celui d’Aiptek dispose de ce lecteur de cartes SD qui le rend immédiatement capable de lire quelque chose, sans être relié par aucun câble. Il vous suffit de transcoder vos fichiers en films MPEG AVI ou MPEG-4 ASF—vous pouvez utiliser n’importe quel logiciel de conversion, et si vous n’en avez pas, le projecteur est fourni avec le Media Converter pour d’ArcSoft, pour PC seulement— pour qu’ils soient reconnus par le projecteur, ainsi que les images JPEG et les fichiers musicaux MP3.

Le 3M, si vous vous en rappelez, disposait d’une entrée VGA ainsi que d’une entrée composite A/V, mais bien sûr pas d’un lecteur de carte SD. L’Aiptek ne dispose pas de cette entrée VGA et se contente de l’entrée composite A/V, mais cela reste un compromis acceptable.

Et vous en aurez encore davantage pour votre argent: le projecteur d’Aiptek est fourni avec un joli petit tripode pour une installation rapide et facile, ainsi qu’une télécommande pour le cas où vous feriez une présentation (à ce propos, le manuel vous recommande de convertir les fichiers PPT et PDF en JPEG et de les charger sur carte SD pour de meilleurs résultats. Simple et facile, on vous dit).

Passons maintenant à l’image projetée: on retrouve les mêmes limitations qu’avec le modèle de 3M. Vous ne pouvez pas vraiment reculer le projecteur de plus d’1,50 m. À ce stade, l’image qui fait environ 50 pouces de diagonale commence à vraiment devenir floue. Nous n’allons même pas aborder le contraste ou la précision des couleurs comme nous le faisons pour des téléviseurs high-tech, mais disons qu’avec une pénombre suffisante, il est possible de regarder une vidéo sur ce projecteur, tout comme c’était le cas sur le 3M.

En l’espace de deux semaines, notre point de vue a commencé à changer par rapport au mouvement pico. Initialement sceptiques, nous commençons à être fans de ses petits projecteurs de poche. C’est principalement la faute du PocketCinema V10 d’Aiptek: coûtant aux Etats-Unis 300 $, il est 50 $ moins cher que le 3M MPro110 pour une qualité supérieure, il est tout à fait recommandable et nous le recommandons donc bien volontiers. Notre seule réserve tient au fait que ces pico-projeteurs vont encore s’améliorer à l’avenir. Mais si vous avez pour habitude de faire partie des early adopters, vous savez quoi faire maintenant. [Page produit Aiptek]