Des courants faibles pour produire du courant domestique

On pourra peut-être bientôt utiliser les courants lents des rivières et des océans pour produire de l’électricité. L’université du Michigan a en effet mis au point un nouveau prototype d’hydro-production d’énergie.

Baptisé VIVACE (pour Vortex Induced Vibrations for Aquatic Clean Energy), le système est capable de générer de l’énergie avec seulement deux nœuds de courant, ce qui le rend beaucoup plus efficace que des systèmes à turbine, qui requièrent des courants moyens de cinq à six nœuds pour fonctionner avec un rendement correct.

Le système fonctionne en exploitant les « vortex causés par les vibrations », c’est-à-dire les écoulements de liquides ou d’air que l’on observe autour des objets. Ainsi un cylindre placé sous l’eau est soumis à ces courants et commence à vibrer lorsque le liquide s’accroche et crée des tourbillons. C’est le même principe scientifique qui a fait s’écrouler le pont de Tacoma Narrows  en 1940.

L’idée du professeur d’architecture et d’ingénierie navale de l’université de Michigan Michael Bernitsas a consisté à exploiter ces tourbillons que les ingénieurs -y compris lui-même- ont passé les 25 dernières années à combattre.

Quelques cylindres pourrait suffire pour alimenter un bateau au mouillage ou un phare. Un champ de cylindres VIVACE de la taille d’une piste d’athlétisme pourrait produire de l’énergie à 4 cents par kilowatt heure et alimenter environ 100 000 foyers. L’université du Michigan travaille maintenant à essayer de déployer un projet pilote dans la rivière Détroit d’ici 18 mois. [UMich via Gizmag]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est le coût de production de l’énergie électrique avec le système VIVACE.

    Le professeur Bernitsas says le rapproche de l’éolien, qui coûte environ 5,4 cents par kilowatt heure, ou 3,6 cents pour le nucléaire. Il indique aussi qu’en comparaion, le solaire coûte entre 13 et 38 cents du kilowatt heure.

  2. Les algues seront vaporisées par les ondes symptomatiques créés par le moment du va-et-vient de l’énergie engendrée en cas forte pluie. Non je déconne !.
    Ok je sors de la salle.

    Trop bien comme technologie, on devrait tous avoir un champs de VIVACE dans nos baignoires.

  3. « Le système fonctionne en exploitant les “vortex causés par les vibrations”, c’est-à-dire les écoulements de liquides ou d’air que l’on observe autour des objets. Ainsi un cylindre placé sous l’eau est soumis à ces courants et commence à vibrer lorsque le liquide s’accroche et crée des tourbillons. C’est le même principe scientifique qui a fait s’écrouler le pont de Tacoma Narrows en 1940. »

    N’importe quoi !
    Le pont de Tacoma s’est effondré car le vent soufflait et a fait rentrer en résonance la structure…
    Je suis en train justement d’étudier ce phénomène et le vent soufflait à 70km/h ce qui l’a fait se balancer et il a atteint sa fréquence de résonance, ce qui fait que son balancement s’est amplifié, amplifié et il a cédé
    voici la vidéo : http://www.dailymotion.com/relevance/search/pont%2Br%25C3%25A9sonance/video/x2q3pb_catastrophe-effondrement-du-pont-ta_fun

  4. moi;je veux juste crèer ma petite centrale hydro je chreche en vain un site web j’ai le lieux la structure un peu de monnaie mais pas la technique qui peux m’aider?cen’est pas un projet de grande envergure mais pourquoi ne pas essayer de faire avancer ce courant!!!!

  5. Non, le pont de Tacoma ne s’est pas écroulé à cause d’un phénomène de résonance.
    C’est une idée très répandue mais fausse.
    Cette explication ne tient absolument pas car la fréquence de torsion du pont était d’un cycle toute les 5 secondes (0.2 Hz), tandis que celle des tourbillons dus aux vent de 63 km/h était d’un cycle par seconde (1 Hz). Le rapport de ces deux fréquences étant de cinq, tout risque de résonance est exclu.
    En fait le transfert d’énérgie du vent vers le pont est dû à un couplage aéroélastique amplifié par l’augmentation d’incidence du pont à chaque balancement.
    Pratiquement le tablier s’est comporté comme une aile d’avion dont l’incidence augmente progressivement et qui voit sa portance et la trainée s’accroîtrent .
    La torsion résultante a augmenté jusqu’a la limite de résistance du tablier.

  6. Its like you read my mind! You appear to know a lot about this, like you wrote the book in it or something. I think that you can do with a few pics to drive the message home a little bit, but instead of that, this is great blog. A great read. I’ll definitely be back.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité