La peinture qui se guérit toute seule

Autonomic Materials entend commercialiser sa peinture auto-guérissante sur le marché d'ici moins de quatre mois. La peinture est conçue pour protéger des voitures, des ponts et des bateaux de la corrosion, mais ne vous emballez pas trop pour l'instant.

La peinture est malheureusement encore trop rudimentaire pour empêcher ces satanés gamins de rayer votre voiture avec une clé parce que vous leur avez confisqué un frisbee ou un ballon. Mais elle parvient déjà à se réparer toute seule:

La peinture contient des tas de toutes petites micro-capsules de deux types: l’un est constitué de blocs de polymères et l’autre est un catalyseur. Les capsules elles-mêmes sont en polyuréthane et maintiennent les composés chimiques isolés les uns des autres, et peuvent être utilisés dans toutes sortes de travaux de peintures, sauf celles où l’aspect esthétique est vraiment déterminant, car il faut prendre en compte l’épaisseur des capsules, de 10 à 100 micromètres de diamètre, qui rend la peinture rugueuse au toucher.

Lorsque la peinture est rayée, les micro-capsules éclatent et libèrent les substances chimiques qui se combinent entre elles et forment un matériau appelé siloxane. Ce matériau envahit les craquelures et régénère ainsi la peinture.

Les applications potentielles sont vastes, depuis les ailes d’avion (pour empêcher les fractures) jusqu’aux bâtiments et aux ponts. La peinture serait apparemment prête à être commercialisée, et les inventeurs en peaufinent actuellement les aspects financiers. Ils prévoient de lancer la commercialisation d’ici moins d’un trimestre. [Technology Review, crédit photo : Paul Braun]

Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité