Les salons sont-ils condamnés à disparaître ?

Voir Apple se retirer de Macworld et entendre des rumeurs de faible fréquentation pour le CES nous amène à nous interroger sur l’avenir des salons. Se pourrait-il qu’ils soient sur la liste des institutions en danger, comme les journaux imprimés sur papier ou les constructeurs de voitures ?

Apple a justifié le retrait de Steve jobs de la keynote de Macworld et leur retrait du salon de la manière suivante:

« Apple touche un public croissant par des moyens de plus en plus diversifiés. Alors, comme c’est le cas pour de nombreuses sociétés, les salons ne représentent plus qu’un moyen infime pour entrer en contact avec ses clients…. Au cours des dernières années, Apple a progressivement réduit sa participation aux salons, dont le NAB, Macworld New York, Macworld Tokyo et Apple Expo à Paris. »

C’est vrai, même si personne ne considère vraiment Macworld comme un salon au même titre que le CES, le CEDIA ou l’IFA.

Bien sûr, c’est un salon, mais c’est surtout celui ou Steve est était la principale attraction. Macworld constituait un point important du calendrier et représentait une tribune privilégiée pour annoncer les nouveautés du début d’année. Macworld mourra probablement sans Apple, car Macworld est Apple.

La désaffection pour les salons tire probablement son origine dans la crise sur le plan conjoncturel, mais pas seulement: leur multiplication au cours des dernières années a certainement joué un rôle non négligeable. De plus les salons ont perdu leur position de monopole comme lieu pour les annonces officielles avec l’emploi croissant d’internet: les entreprises n’ont plus besoin de Macworld ou du CES pour lancer leurs produits, il leur suffit de diffuser l’information de manière bien organisée sur la toile.

D’autre part, les salons ne sont plus l’endroit où les détaillants viennent passer leurs grosses commandes de l’année: les fournisseurs préfèrent organiser de discrets événements privés sur des plages ensoleillées et y inviter leurs plus gros clients pour faire des affaires dans un contexte agréable. La concentration croissante des réseaux de distribution a réduit l’importance des détaillants indépendants au profit de chaînes de distribution dont le nombre restreint ne justifie plus la présence de coûteux stands sur les salons.

Les visiteurs ont également moins envie de trépigner dans des allées bondées, surchauffés ou glaciales, et de manger des sandwiches au pain rassis en faisant la queue sur des stands alors qu’ils peuvent acheter d’un clic depuis leur canapé où le siège de leur entreprise. Certains produits réclament toutefois d’être montrés dans un aménagement particulier, et tout n’est pas montrable sur un site web: les installations de home-cinéma en sont une bonne illustration.

Finalement, les salons sont peut-être une survivance du commerce tel qu’il était pratiqué au siècle dernier, et leur évolution est inévitable. Nous pensons qu’à relativement brève échéance, le CEDIA et l’IFA subsisteront. Le CES va changer et probablement rétrécir. Et Macworld va probablement mourir. Bientôt.

Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité