Qui veut (encore) tuer la voiture électrique?

Vous savez que Gizmodo aime bien le site internet Treehugger et en première page aujourd'hui pas moins de quatre articles annoncent de gros problèmes pour le business des voitures électriques et écologiques dans le monde entier.

Premier de la liste, Toyota a annoncé retarder ses plans de construction d’une nouvelle usine dans le Mississipi pour les Prius. Ok, ce n’est pas une voiture électrique, mais la crise actuelle n’épargne pas les constructeurs qui se sont lancés dans l’écologique. Que la Prius soit une voiture écolo ou pas est un autre débat, c’est au moins un effort louable. Malgré les primes offertes par les gouvernements pour mettre à la casse sa vieille voiture polluante et tenter d’attirer le consommateur sur le maché du zéro émission, il semble que la mayonnaise ne prenne pas pour les fabricants. Peut-être devraient-ils alouer un budget publicitaire plus conséquent aux voitures non polluantes? On ne fait pas de bonne cuisine sans bonne volonté.

Deuxième sur la liste, la Tesla Roadster. Le constructeur Californien en cheville avec Lotus passe par des soucis financiers, on le sait, mais, en plus, l’excellente émission de la BBC Top Gear a essayé tant bien que mal de ne pas lui trouver de défauts. Râté. La Tesla Roadster fait rêver, surtout les geeks, mais si elle ne tient pas plus que cela la charge et les contraintes sur ses freins, elle risque de finir comme l’EV1. Et parmi les milliardaires capables de se l’offrir, combien en rêvent?

Puis viennent les constructeurs THINK (basé en Norvège) et maintenant le Londonien NICE, tous deux ayant une petite urbaine électrique au catalogue et criant à l’agonie financière. THINK avait déjà été sauvé de la faillite en 2006 et voilà que le gouvernement Norvégien annonce ne pas vouloir couvrir ses dettes de l’ordre de 20 millions d’euros.

Fondé en 2006 par un ex de Lotus, NICE commercialise au Royaume-Uni une version de la Française AXIAM Mega. Ses plans étaient de grossir le catalogue avec des voitures fabriquées en Chine, la deux places MyCar et la 5 places Ze-O. La G-Wiz a été testée par 1100 Londoniens, mais avec des ventes tombées à moins d’un véhicule par semaine, les administrateurs de la société tirent la sonnette d’alarme.

On sait aujourd’hui qui a tué la voiture électrique à l’époque de l’EV1, c’est désormais une deuxième vague de mornes perspectives qui touche ces rêveurs qui imaginent une planète libérée de la pollution automobile. Et c’est bien dommage. [Treehugger]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Hum, pour les freins il faut lire la réponse de Tesla. Il y a eu un pb sur un fusible remplacé rapidement par le technicien Tesla sur place. Il n’y a pas eu non plus de panne « de courant » pendant l’émission. D’après eux ils ont poussé la voiture par pur recherche d’effet.
    Quand au 16 heures de recharge ce serait exagéré (3,5h chez ceux qui en ont une et qui doivent jamais la décharger completement).

    Il faut savoir qu’a Top Gear on aime le pétrole. La plus part des remarques étaient quand même constructive. La prochaine génération sera la bonne… où celle d’près :-)

  2. Les constructeurs sont en train d’essuyer des pertes plus que notables. Pour restaurer leurs marges il faut par exemple que les voitures électriques « tombent » en panne au bout de 100 à 500 000 kms , ou bien créer des systèmes de location « longues durées  » pour rendre les clients captifs ou encore acheter des batteries à 10 000 €uros et les vendre à 60 000€ d’une manière ou d’une autre…ou encore « chopper » un petit constructeur inventif pour le dépouiller + ou -…C’est là la raison de ces atermoiements: il faut fabriquer qq chose d’économique pour le vendre le + cher possible.
    Je connais un certains nombre de procédés qu’il ne fait pas bon discuter en place publique. Le « citoyen » est complètement désarmé ou s’il ne l’est pas, acheté ou complice…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité