Un nouveau type de nanotubes de carbone rendrait l’ascenseur de l’espace réalisable

L'idée d'un ascenseur de l'espace était encore le domaine des écrivains de science-fiction, avant que n'apparaisse une nouvelle forme de ruban en nanotubes de carbone qui pourrait rendre l'aventure possible.

Motivée par un prix de 4 millions de dollars financé par la NASA, une équipe de l’Université de Cambridge a développé un ruban suffisamment léger et flexible tout en étant apparemment le plus solide au monde. L’équipe produit actuellement 1 gramme de ce matériau par jour et entend atteindre une trentaine de kilomètres en longueur. Selon Alan Windle, professeur en Science des Matériaux à Cambridge, la NASA aimerait plus de 230’000 km de bousin, tout en faisant remarquer qu’une production à l’échelle industrielle est indispensable pour y arriver. Ah ouais?

Mais l’idée commence à soulever de plus en plus d’intérêt. Les Japonais considèrent très sérieusement la possibilité de bâtir un ascenseur de l’espace à l’aide de nanotubes de carbone et certains pensent que ce nouveau projet permettrait d’envisager l’ouvrage d’ici une dizaine d’années. On n’achète pas mais on garde l’oeil ouvert. [Times Online via io9]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. je sais pas ce qu’ils prennent, mais c’est de la bonne ^^

    Sérieusement, et il se passe quoi à chaque fois qu’un débris inter galactique tape dans le tube ?

  2. l’espace est trèès très vaste mais sur terre aussi y a des dangers ! les tempêtes, les avions, les tremblements de terres pour la base de l’ascenseur sur terre…

    puis de dépenser des millions pour que des fortunés aillent dans l’espace :/ ça sert à rien y a pas de but scientifique ?

  3. Les applications d’un ascenseur de l’espace sont évidentes, comme mettre les vaisseaux en orbite et ne plus les faire partir du sol en est une qui aurait d’énorme retombé que se soit niveau économique (la quantité d’énergie pour lancer une fusée est énorme), niveau scientifique (possibilité de faire des vaisseaux plus gros, le coût des expériences dans l’espace couterait bien moins cher, etc…) ou même niveau touristique (pas besoin d’exemple je pense).

    Après y’a un risque niveau sécurité mais avant de monter un projet comme celui ci, je pense qu’ils vont bien y réfléchir c’est évident.

    J’approuve totalement cet ascenseur.

  4. La question que je me pose, peut etre stupide mais ça me fait titiller : cette ascenseur ne risque t’il pas de ralentir la terre de tourner ne serait ce que des microns de secondes ? Tout le monde sait que la haut c’est une grosse poubelle ! Avant de mettre un ascenseur la haut il faudra nettoyer !

  5. Apres il faut savoir que la toxicite des nanotubes de carbones est extremement importante (bien plus que l’amiante). Sur terre il n’y a pas de grand risque etant donne qu’il s’agglomerent de maniere importante et donc qu’il y a peu de risques d’ingestion, maintenant cela risque d’etre different hors atmosphere.

    Je ne pense pas que ce genre d’applications pourra voir le jour d’ici peu

  6. Vouvs vous rendez compte qu’on a énormément de bol? Parce que si le temps nécessaire à la Lune pour faire un tour sur elle-même n’était pas EXACTEMENT le même que pour faire un tour de la Terre, on ne pourrait pas construire ce machin. Ou alors il faudrait un énorme rail qui ferait toute la circonférence de la Lune.

  7. @Mawh : Je ne vois pas le rapport, à moins que tu penses que le principe de l’ascenseur spatial est de s’accrocher à la lune ? Si c’est ça, je crois bien que tu trompes, et qu’il serait maintenu à la verticale (du point de vue du terrien au pied de ce gros machin) que par l’effet de fronde (force centrifuge).
    En effet, pour qu’on puisse l’accrocher à la lune, il faudrait que celle-ci soit sur une orbite géosynchrone pour qu’elle soit toujours à la verticale du même point sur Terre. Et elle en est loin :)

  8. Ah bon? Je pensais effectivement que ce machin était destiné à s’accrocher à la Lune. Ça change tout.

    Mais tout de même, il suffirait (enfin, il suffirait, tout est relatif) de construire un rail périterrestre qui guiderait l’ascenseur. Et surtout, la moitié du problème est résolue puisque comme je l’ai dit aussi, la Lune pointe toujours la même face vers la Terre!
    Enfin, c’est totalement fantasmagorique. Mais avec tes précisions je comprends mieux le truc. Merci.

  9. Un ascenseur d’accord, mais si on reste bloqué dedans on fait comment ?
    Tu peux toujours taper sur la porte, personne va t’entendre…
    Ou on appelle Kikone ?

    bon ok ->
    😉

  10. On en parle depuis un baille et cette une très bonne nouvelle.

    Effectivement beaucoup d’avantage mais je pense également aux centrales solaires. Un panneaux solaires produit plus dans l’espace que sur le sol terrestre et grace au cable, on peux imaginer faire transiter le courant.

    Avec de la chance je serai encore en vie pour aller en vacance dans l’espace.

  11. Ahh setsuna bravo ! J’ai lu les commentaires avec beaucoup d’attention et tu es le seul a avoir fait le rapport avec Gundam Zero.

    Ce qui est marrant c’est que toutes les hypothèses de la séries ont été évoquées dans les commentaires, comme quoi ca coule de source cette histoire !

    Toujours d’après la série, cet ascenseur spatial va causer une guerre mondiale, car forcément toute cette énergie et cette technologie va susciter des convoitises.

    On se revoit dans 20 ans pour voir si Gundam Zero avait raison Héhé

  12. Une chose est sur, vu vos commentaires de vieux aigris, l’ascenseur spatial ne sera pas français. Quel pays frileux et pathétique; vous avez peur de tout, et ne vivez plus.

  13. bon l’ascensseur il est a 230 000 km la haut, il faut qu’il aille a quelle vitesse le machin ? parcque passer 2H dans un ascensseur ca doit etre chiant, déjà qu’on rale quand il coince 2 min a un étage !

  14. @ Flyounet : euh… comme la première idée d’ascenseur spatial remonte à .. 1895 et qu’on la doit au scientifique russe Konstantin Tsiolkovsky lorsque eclui-ci vit la tour Eiffel, je dirais que qu’Arthur C. Clarke, écrivain génial au demeurant, n’aura fait qu’ « exploiter en roman » une idée qui trottait depuis longtemps dans la tête des chercheurs, et dans les parutions scientifiques.

    Pour le reste, l’ascenseur spatial fait face à de nombreux défis, et si le principe de la fronde est déjà acté, et que les débris ne sont quasiment plus un problème (hors les micrométéorites, pour lesquelles on étudie la possibilité de faire varier l’épaisseur du câble en fonction des altitudes), les questions liées à la structure et à la production du câble lui-même donc, mais également au phénomène de résonance et à l’énergie nécessaire à mouvoir l’ascenseur sont nettement plus problématiques.

    A noter qu’en cas de panne, les systèmes envisagés sont directement tirés des expériences d’évacuation de navette et/ou de module d’évacuation de la Station Spatiale.

    Le problème de l’énergie est lié au fait que la cabine doit être autonome, et doit donc emporter aussi bien les « moteurs » (quelque soit leur mode de fonctionnement) et le « carburant ».
    Avec une incidence sur le poids de l’ascenseur surtout pas négligeable. En fonction de la vitesse à atteindre, les études varient entre 20 et 100 tonnes par bestiole (20 tonnes, c’est le poids prévu par Brad Edwards, le concepteur actuel de l’Ascenseur Spatial).
    Lorsque l’on sait que l’énergie nucléaire est quasi-exclue de peur d’un accident en atmosphère, et que ce n’est pas avec des booster de fusée que l’on fera quoi que ce soit…

    Autre point de détail (très négligeable, vous allez sans doute être d’accord avec moi : ) :
    Des êtres humains ne pourraient pas survivre à la dose énorme de rayonnements ionisants qu’ils recevraient en traversant la ceinture de radiations de Van Allen qui entoure la Terre et s’étend depuis environ 1000 kilomètres jusqu’à 20 000 kilomètres d’altitude.
    Avex les fusées, cette zone est traversée particulièrement rapidement, mais avec un tortillard comme un ascenseur…(vitesse actuellement envisagée : environ 200 km à l’heure… ils baigneraient quelques jours là dedans et s’en prendraient 200 fois plus que nos chers astronautes).

    L’ascenseur apportera beaucoup, mais il y a encore quelques pas technologiques supplémentaires avant d’arriver à le mettre en œuvre.

    N’empêche, vivement qu’il arrive !

    (Pour toutes les autres questions métaphysiques, relisez la trilogie de Mars – la Rouge, la Bleue, la Verte de Kim Stanley Robinson, il en décrit un particulièrement bien, de sa mise en œuvre à l’ensemble des impacts économiques, écologiques et politique qu’il provoque)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité