Des semi-sous-marins pilotés à distance pour passer de la drogue

Cela fait un petit moment que les barons de la drogue ont recours à des sous-marins artisanaux pour faire transiter la cocaïne entre la Colombie et les États-Unis.

Mais leurs machines commencent à devenir de plus en plus sophistiquées, certaines étant même pilotées à distance:

Les sous-marins ne sont pas véritablement sous-marins, dans la mesure où une portion du bâtiment reste toujours visible en surface. Mais avec seulement 45 cm au-dessus du niveau de l’eau, ils sont difficiles à détecter au radar, en dépit d’une longueur comprise entre 40 et 80 pieds (12 à 24 m), ils permettent d’embarquer quatre à douze tonnes de poudre blanche et jusqu’à quatre membres d’équipage (ou aucun lorsqu’il est commandé à distance).

Motorisés par des moteurs diesels, les semi-sous-marins des trafiquants de drogue sont lents puisque leur vitesse de croisière est de l’ordre de six à 12 nœuds. Construire un tel engin en bois et fibre de verre ou acier nécessite un an de travail et coûte 2 millions de dollars. Ce n’est pas si cher si l’on considère qu’un seul chargement peut acheminer presque 200 millions de dollars de drogue en une seule liaison entre Ecuador et San Diego.

Et voici de quoi s’inquiéter un peu plus:
« …Si vous pouvez transporter autant de cocaïne, que pouvez-vous me mettre d’autre dans ce semi-submersible. Pouvez-vous y mettre une arme de destruction massive? » Amiral Jim Stavridis, Commandant, U.S. Southern Command

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. [… Pouvez-vous y mettre une arme de destruction massive? …]

    Dis-donc, les ricains… ils les cherchent toujours leurs armes de destruction massive?
    A force d’en voir partout, ils vont devenir paranos…
    Ah bon? ils le sont déjà?
    Savais pas… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité