2e journée de procès avec TPB: just mdr

Il y a de quoi être djeust mdr: à cause d'une grossière erreur de l'accusation sur leur incompréhension devant la façon dont fonctionnent les "trackers" de BitTorrent, toutes les charges à l'encontre des dealers, complices de vol,etc., comme les nomme notre cher Luc Besson, concernant "l'assistance dans la préparation d’un acte de violation du droit d’auteur", ont été abandonnées.

La bourde est apparue quand les plaignants ont tenté d’attacher plusieurs fichiers .torrent aux serveurs de traque de Pirate Bay, ce qui a permis à Fredrik Neij, l’un des co-fondateurs de TPB, de leur expliquer que ce n’était pas vraiment comme ça que ça marchait. Les preuves de connexions entre les torrents et The Pirate Bay se sont écroulées comme un château de cartes et ne reste plus de valables que les accusations de « complicité dans la mise à disposition » de matériel protégé par les droits d’auteurs.

L’accusation tente de s’en tirer par une pirouette en précisant que ça « simplifie l’affaire en permettant de se concentrer sur le problème principal qui est la mise à disposition de matériel protégé par le droit d’auteur. » Evidemment, la défense ne l’entend pas de cette oreille: sur Twitter, le message de Peter Sunde est: EPIC WINNING LOL (une victoire épique, mdr).

Comme nous le disions après la première journée de procès, on aimerait beaucoup que notre avocat adoré nous éclaire sur l’issue de ce procès. Par contre, on n’aimerait pas du tout que nos BitTorrent se retrouvent à genoux. Le procès doit durer 13 jours, les nouvelles vous parviendront petit à petit. [Torrent Freak, image: le bus des co-fondateurs de The Pirate Bay parqué devant le Palais de Jutice de Stockholm (pas vraiment, mais ils sont venus avec)]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Bien fait.

    Les majors n’ont que ce qu’elles méritent. Si ils vendent moins c’est pas par ce que les musiques circulent librement sur la toile (cf: voir NIN, Radiohead, etc…), mais par ce qu’ils vendent de la m****. Les gens en ont assez d’entendre à la radio et à la télé: « Achète ça », « écoute ça », « surtout pas ça », « tape sur ce type par ce qu’il écoute ça »…

    Bon, il est vrai que les gens téléchargent souvent plus que ce qu’ils n’écoutent, mais en même temps ce comportement de consommation excessive et irréfléchi c’est les Majors qui l’ont voulu afin de vendre plus. Et ça c’est retourné contre eux.

    A coté de ça, un modèle économique plus juste et équitable basé sur la libre diffusion de l’art et de la culture fonctionne extrêmement bien et ça les dérange. Comme ce marché « alternatif » utilise le même moyen de diffusion que le partage « illégal », étrangement ils veulent le stopper. Bizarre non?

  2. Je dirais même ROFL

    Le mec qui essaie de faire une démo sans s’être un minimum exercé avant… fantastique. J’aurais aimé être dans l’assistance pour éclater de rire devant un tel bide, lors d’un procès aussi suivi

    Bon apparemment ça va bientôt taper sur allostreaming… serrons les fesses

  3. Déclaration de l’IFPI: « En fait cela simplifie le travail du procureur en lui permettant de focaliser sur ce qui est important, c’est-à-dire la mise à disposition de contenus protégés par des droits d’auteurs »

    Alors l’IFPI a perdu d’avance, TPB ne met pas à disposition de contenus protégés. C’est comme si on accusait Google de la même chose: Google ne met rien à disposition, ce sont les hébergeurs des sites référencés qui le font.

  4. En France, devant le TGI de Paris, je suis sûr que l’accusation n’aurait pas été gênée. Décidément très intéressant ces pays nordiques : ils pourraient même nous faire une leçon de démocratie et nous apprendre ce qu’est la justice…

  5. @ fken :
    Oui en France on est liberticide , on se permet de museler la CNIL quand ça arrange certaines personnes proches du Nain. On bafoue la liberté pour donner encore plus d’argent à ceux qui ont financé la campagne présidentielle.
    Bah , les majors pourront otujours se reconvertir chez KNORR , ils ont tellement l’habitude de vendre de la soupe.

  6. Il n’est pas normal qu’à la suite d’un coup de bol qui n’a souvent rien a voir avec le talent, le fric coule a flot pendant des années, sans rien faire, sous couvert de droits d’auteurs. Les majors veulent que les oeuvres soient vues ou entendues: leurs voeu est exaucé grâce à Bit Torrent :-) Le prolo lambda, lui, est obligé d’aller tous les jours au charbon pour gagner en une vie ce que d’autres gagnent en une semaine en grattant une guitare et fumant des joints. Ce que veulent les Majors est un peu comme ceux qui voudraient truquer le loto pour que les bons numéros sortent tous les jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité