Une cabane dangereusement perchée

Certains n’ont manifestement pas froid aux yeux, comme le propriétaire de cette cabane à thé japonaise en équilibre précaire sur deux troncs. Histoire d’enfoncer le clou, elle s’appelle « Takasugi-an » (que l’on pourrait traduire par « cabane trop haute »). Vous serez à peine rassuré d’apprendre que le propriétaire, un certain Terunobu Fujimori, est architecte de métier. Son nid aérien est ainsi disposé dans la ville de Chino, prêt de Nagano. Au moins il ne doit pas être dérangé souvent par les démarcheurs. [Dezeen]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. @ bob : oui, les cabanes dans les arbres sont autorisées, et certaines en France sont même des gîtes louables au week-end, à la semaine, au mois…

    Pour plus d’info, notamment : http://www.lacabaneenlair.com/

    Pour le cadre juridique de ce type de construction, par contre, je ne saurais précisément dire.

  2. Il n’y a pas deux troncs, il y en a trois (et peut-être quatre). C’est l’ange de prise de vue (certainement voulu) qui fait croire que.

  3. Pour être allé voir le lien, l’équilibre ne peut pas franchement être précaire (sauf par gros vent, mais c’est une cabane à thé, pas un lieu d’habitation !), la cabane étant en appui sur 3 points, ce qui est le principe même de stabilité d’un plan.

    Les 2 arbres ne servent pas non plus directement d’appuis mais remontent à l’intérieur de l’habitation, ce qui suggère l’emploi d’un principe type « coque porteuse », avec une cabane ne reposant donc pas directement « sur » les arbres qui la soutiennent.

    La réalisation à l’intérieur est par contre beaucoup moins enthousiasmante, mais la sobriété quasi-monacale doit précisément correspondre au souhait de son architecte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité