La Russie renoue avec les vieilles pratiques de la guerre froide

Oh re-bonjour Guerre Froide…

Comme s’il n’y avait pas assez de problèmes comme ça avec la crise économique et le réchauffement climatique, les Russes semblent décidés à tester la détermination du nouveau président américain en envisageant de positionner des bombardiers nucléaires stratégiques à Cuba et au Vénézuela:

« Il y a quatre ou cinq bases aériennes à Cuba avec des pistes de 4.000 mètres de long, ce qui nous convient parfaitement. »

Voilà ce qu’a déclaré le camarade Major-Général Anatoly Zhikharev —chef de l’aviation longue portée de l’armée de l’air russe— à l’agence de presse russe Interfax, ajoutant que « si les deux chefs de l’état montrent cette volonté politique, nous sommes prêts à voler là-bas ».

En clair les Russes ont décidé de titiller le nouveau locataire de la Maison-Blanche, qui a par ailleurs eu maille à partir avec les Chinois, qui ont récemment harcelé un navire océanographique américain dans les eaux internationales, et qui veulent construire des porte-avions. [Defense Tech]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Et ben voilà ! Depuis le temps qu’on se disait que ça allait pêter…. ça m’a l’air bien parti.

    World War 3 ? ou Cold War 2

    -__-

  2. En même temps, qui a des bases militaires partout ? qui envahit des pays ? qui a une base de la honte à cuba ? ce n’est pas la russie !

  3. Ça ne me surprend pas : les US sous Obama renforcent leur position dans les pays d’Europe de l’est, du proche orient, et du moyen orient. Bientôt en Inde et en Chine. En clair la Russie est en train de se faire encercler. Quoi de plus normal qu’ils réagissent ? Il ne sont ni aveugles ni stupides, les russes !

  4. Enfin un peu d’action ; le retour de la course a l’armement pour créer de l’emploi .
    Monde d’espoir…

    oh oh oh.. c’est la Saint Patrick aujourd’hui?? ou la Saint Troll?

  5. Bonjour

    Quand on connait l’état de délabrement de la Russie aujourd’hui (j’y suis allé) on est sidéré d’une telle décision.
    Ce pays perd 700 000 habitants par an car les russes ne veulent plus faire d’enfants ou n’en n’ont pas les capacités financières (pas d’allocations familiales comme dans le 93).
    La pauvreté (la vraie) est partout présente.
    L’espérance de vie d’un russe est de 59 ans (http://www.eurochallenges.com/431_homme-sante.html).
    C’est une société qui vit dans l’instant présent, elle ne se projette pas dans l’avenir.

    Quand on a des militaires au pouvoir on n’est pas surpris.
    L’armée, dans tous les pays, permet de « remonter » le moral de la population et de lui faire croire que son pays est puissant. Quand le peuple regarde les défilés militaires il ne regarde pas ailleurs.

    Le déclin et les menaces ne viennent pas de l’extérieur mais de l’intérieur mais peu de russes veulent l’entendre ou ont accès aux informations nécessaires.

    A+

    Olivier

  6. ben oui il faut bien trouver un but, pour que les citoyens russe ne pense pas a faire une révolution!!!! c’est la même stratégie que l’urss et on sais deja comment ca a terminé et donc comment ca terminera encore

  7. Heureusement qu’il y a les méchants russes, sinon on s’ennuierait.

    D’ailleurs, c’est bien simple, les gentils américains n’essayent absolument pas de placer leur bouclier anti-missiles en République Tchèque, n’ont pas de bases tout autour de la Russie (Kirghizistan, et Afghanistan, notamment, sans parler des pays d’Europe, du Japon, de la Turquie et le Moyen-Orient comme zones d’influence), n’ont pas du tout cherché à déstabiliser certains états qui servent de « bouclier naturel » à la Russie, par des Révolutions d’un goût douteux, quoiqu’on en dise (Géorgie, Ukraine), etc.

    Donc, si certains ne comprennent pas que la géopolitique, c’est d’abord et avant-tout une épreuve de force permanente (militaire, économique et/ou idéologique) où les affrontements et les intimidations sont incessantes et servent à stabiliser pour un temps le périmètre d’influence et le champs d’action de chacun des protagonistes, alors on ne peut définitivement plus rien pour eux.
    A moins de ne jouer les vierges effarouchées que par snobisme.

    Il n’y a pas de bons ou de méchants, mais une situation sommes toutes relativement claire pour une fois (du moins dans ses grandes lignes)

    D’une, les Etats Unis ont 3 épines dans le pieds :
    – La Chine, contre laquelle ils ne peuvent finalement que très peu, sur les 3 axes (militaire, économique, idéologique) ;
    – la Corée du Nord, qui se résume actuellement à un Deal Chantage nucléaire contre aide économique et énergétique
    – l’Iran, où l’option militaire Israël / Etats-Unis a quand même fini par leur apparaître la plus contre-productive et la plus coûteuse au regard des objectifs poursuivis

    De deux, la Russie s’oppose frontalement au déploiement du bouclier antimissiles américain, sensé protéger les États-Unis et ses alliés (OTAN et Japon) contre les « états-voyous » (Corée du Nord et Iran).
    Évidemment, lorsqu’une telle installation sera totalement déployée, il n’y a rien techniquement qui empêcherait les États-Unis de la « retourner » contre la Russie ou la Chine, mais c’est certainement un détail.

    De trois, après des années de passage à vide, la Russie a retrouvé une influence réelle sur l’échiquier mondial, et profite entre autres de l’Iran pour se ré-imposer comme un acteur incontournable.

    De quatre, il y a un nouveau président américain, dont il est « normal » de tester la détermination.

    De cinq, le président américain vient de proposer un troc à la Russie : Abandon du bouclier antimissile en République Tchèque contre Abandon par la Russie de son soutien nucléaire à l’Iran
    Ce qui pour la Russie reviendrait à lâcher le seul allié assez remuant pour faire peur aux États-Unis actuellement, et couper le robinet de la manne financière que représente la vente de centrales nucléaires et la fourniture de combustible à l’Iran.

    Conséquence : la Russie consolide nécessairement sa position d’influence sur ce dossier, en faisant également mariner les Etats-Unis et en demandant des contre-parties concrètes (normal en même temps : on est pas entre enfants de choeur, non plus.)
    Parallèlement, elle accroît la pression en annonçant sa volonté de déploiement de bombardiers à cuba et au Vénézuela

    Résultat : la pression revient doublement sur les États-Unis, contraints de céder sur le bouclier pour éviter l’escalade (les bombardiers), puis sur les garanties demandées par la Russie pour aplanir le dossier iranien (outre les aspects liés au nucléaire, sa commercialisation pour utilisation civile, et la renégociation du Traité de Désarmement Nucléaire, il y a aussi dans la balance entre autres le lâchage de l’Ukraine et la levée des pressions sur les approvisionnements en gaz notamment)

    En clair : le système d’étouffement qu’avaient mis en place les États-Unis face à la Russie est en train de leur revenir en boomerang.
    Il va être intéressant de voir comment le nouveau gouvernement américain se sortira du bourbier militaire et diplomatique dans lequel les a mis la précédente administration.
    (ou comment faire bonne figure, même quand on a les 2 pieds dans la m***)

  8. Je suis quelque peu surpris de constater que vous évoquiez le positionnement des avions nucléaires russes à Cuba et Vénézuela. Avez-vous aussi évoqué l’installation des Radar Anti-missilesAméricains en Pologne? Les américains sont partout autour de la Russie, au Khazakstan, en Afghanistan, en Georgie et le long de des frontières russes. Avez-vous eu la même inquiétude à cet effet? Je ne suis ni pro-américain, ni pro-russe, mais l’économie de marché ayant triomphé du communisme, personne n’a plus d’ennemie, personne n’est plus ennemie. Nous sommes tous des hommes et femmes à la recherche et/ou la protection de nos intérêts respectifs. Alors à chacun de se posiionner. Evidemment, c’est triste que cela arrive à l’ère d’un aussi pacifique que Barrack OBAMA, mais ce n’est qu’une autre matière à négociation pour lui. de toute façon, il se rend bientôt en Russie, il a tout le temps de négocier cette question, entre autres.

  9. Obama Unveils New Approach to Missile Defense Program
    By VOA News
    17 September 2009

    US President Barack Obama delivers statement regarding missile defense at White House in Washington, 17 Sep 2009
    U.S. President Barack Obama is dropping plans for a missile defense system with interceptors in Poland and a radar facility in the Czech Republic. It is a dramatic reversal of a Bush administration policy that created deep tensions with Russia.

    President Obama says he is scrapping the Bush administration’s proposal, and replacing it with a plan that is more flexible and effective.

    « The best way to responsibly advance our security and the security of our allies is to deploy a missile defense system that best responds to the threats that we face and that utilizes technology that is both proven and cost effective, » President Obama said.

    He says his decision was guided in large part by new intelligence that shows Iran is focusing on the development of medium and short-range missiles. The original missile defense policy was based on the assumption that Tehran was seeking a long-range capability.

    « This new ballistic missile defense program will best address the threat posed by Iran’s ongoing ballistic missile defense program, » the president said.

    Mr. Obama says the change in policy was also prompted by advances in technology, including improvements in land and sea-based interceptors and the sensors that support them.

    He says these improved systems will be gradually deployed, starting in about 2011. Under his plan the large centralized radar facility proposed for the Czech Republic will not be needed, nor will the earlier generation of ground-based interceptors planned for Poland.

    « To put it simply: our new missile defense architecture in Europe will provide stronger, smarter and swifter defenses of American forces and America’s allies, » he said.

    President Obama made the announcement at the White House after first informing the leaders of Poland and the Czech Republic. He said the decision to drop the old missile defense plan in no way lessens America’s commitment to their security.

    The policy shift is sure to be on the agenda next week when Mr. Obama is likely to meet, at either the United Nations or the Group of 20 economic summit, with Russian President Dmitiri Medvedev.

    Plans for a missile defense system in parts of the former Soviet bloc have been an irritant between Washington and Moscow. And in making the announcement, President Obama said once again the American drive for a missile shield has never had anything to do with Russia.

    « Our clear and consistent focus has been the threat posed by Iran’s ballistic missile program and that continues to be our focus and the basis of the program that we are announcing today, » President Obama said.

    Republican leaders in the U.S. Congress were quick to criticize President Obama’s decision. In a written statement, the top Republican in the House of Representatives, John Boehner of Ohio, accused the White House of empowering Russia at the expense of America’s European allies.

    Additionnellement: http://www.voanews.com/english/2009-09-18-voa10.cfm

    Les choses ne sont donc pas aussi mauvaises que nous tentons de le croire.

  10. La situation sociale et économique en Russie aujourd’hui est très différente de celle qui nous a été rapportée lors de la fin de l’URSS et continue de s’améliorer. La courbe de la démographie est aussi en train de se redresser. Il est très peu probable que la « récupération militaire » que le gouvernement russe effectue soit une tentative de contrôle de la population. Le but est plutôt d’essayer de retrouver une certaine puissance (pas uniquement militaire) afin de pouvoir de nouveau s’opposer aux Etats-Unis.

    Aussi, le gouvernement russe a en effet tendance à recourir à la propagande et au contrôle de l’information. Mais il est assez hypocrite d’utiliser cet argument quand on sait qu’une grande majorité des gouvernements (y compris celui des Etats-Unis) sont tout aussi menteurs et manipulateurs que celui de la Russie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité