Les secrets des missiles trouvés dans des disques durs vendus sur eBay

100 disques durs truffés de données aussi confidentielles que des plans et des procédures de tests de lancements de missiles de défense antiaérienne Lockheed Martin: voilà le genre de trucs que l'on trouve sur eBay de nos jours.

Les disques faisaient partie d’un lot de 300 disques durs vendus sur le site d’enchères et qui provenaient des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Allemagne, de la France de l’Australie. Certains d’entre eux étaient formatés, mais pas par un formatage destructif et la récupération de données était un jeu d’enfant.

Heureusement, les acheteurs n’étaient pas des méchants mais le centre de recherche en sécurité de British Telecom. Ils avaient acheté des disques pour une étude de sécurité en collaboration avec l’université écossaise de Glamorgan, l’université australienne Edith Cowan et l’université américaine de Longwood.

Les chercheurs ont également découvert des dossiers médicaux de patients, avec des radios médicales, des photos des patients et des lettres confidentielles. Et ce n’est pas tout: ils ont aussi trouvé des logs de sécurité d’ambassades et des informations d’entreprise relatives à des opérations de change de 50 milliards de dollars.

En d’autres termes, si vous devez vendre le disque dur sur lequel vous stockiez les photos coquines de votre petite amie imaginaire, commencez par effectuer un formatage destructif. Ou mieux encore: formatez-le, puis détruisez-le avec un marteau. [Daily Mail]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. J’ai du mal à comprendre la phrase suivante:
    « Heureusement, les acheteurs n’étaient pas des méchants mais le centre de recherche en sécurité de British Telecom. »

    Donc, les méchants n’étaient pas les utilisateurs. Alors, British Telecom? Si c’est le cas, il faut remplacer « des » par « les ». Mais à mon avis,  » le centre de recherche en sécurité de British Telecom » est le sujet, et il manque le reste de la phrase. Ou alors, le reste de la phrase est la phrase qui suit…

    Bref, faut revoir tout ça…

    Francècorèct

  2. Comprend pas ce que tu comprend pas :-)
    Les acheteurs n’étaient pas méchants puisque les acheteurs étaient le centre de recherche en sécurité de British Telecom.

  3. D’autant plus surprenant que dans toutes les entreprises travaillant avec l’Armée, il y a l’obligation d’avoir un formatage destructif suivi d’un passage pur et simple au pilon desdits disques à mettre au rebut.
    En aucun cas ceux ci ne peuvent être revendus d’une façon ou d’une autre.

    Cette opération étant la plupart du temps sous-traitrée, un broker sciemment ne ferait donc pas son boulot ou bien certains de ses employés prendraient quelques libertés avec les contrats ?

    Dans tous les cas, ça risque d’obliger les sociétés comme Lockheed Martin à assurer par eux-même la destruction de leurs disques, et tant pis pour les autres sous-traitants qui faisaient correctement leur travail.

    Comme quoi, l’étude de sécurité était pertinente à réaliser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité