West Point forme des hackers

Que se passe-t-il lorsqu'un hacker enfile un treillis? Il n'en devient que plus dangereux.

Figurez-vous que les cadets de West Point (l’équivalent américain de Saint Cyr) prennent des cours de sabotage d’information numérique:

C’est le NYT qui raconte comment les futurs officiers de l’armée de terre américaine travaillent sur des scénarios de mailbombing pour flooder des serveurs de mails.

Et ce ne sont pas les seuls à pratiquer la guerre numérique: lors d’un exercice mené à West Point, les cadets étaient en concurrence avec la Navy, l’Air Force, les gardes-côtes et la marine marchande pour déjouer des attaques lancées par la NSA. Clic boum! [NYT]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Eu… des Hackers je doute. Le Hacker ne prend pas de cours pour apprendre à faire des mailbombings.

    Il est un spécialiste disposant d’un savoir-faire exceptionnel dans la maîtrise de la sécurité informatique. (cf: Wikipédia)

    Je dirais plutôt des crackers avec des » autorisations légal ».

  2. La « grande muette » a un besoin structurel de réglementation poussée à l’extrême. C’est obligatoire pour faire réagir une « entreprise » de plusieurs dizaines de milliers d’employés rapidement en situation de crise. Et la situation de crise, c’est précisément son fond de commerce… D’où la nécessité de créer une hiérarchie forte (les grades) et une organisation sans faille.

    Le monde du « hacking » bien qu’il soit aussi en train de mener un genre de guerre, est complètement à l’opposé de cette vision…

    Voilà pourquoi je doute que cette improbable association de compétence tienne la route sur le long terme…

    En fait, le système va se gripper, et y vont se bouffer le nez entre eux en moins de deux…

  3. @aek
    non c’est vrai la France n’a pas attendu west point, elle ne fait rien :S
    Nos pays et leurs ministères sont de véritables passoires face aux chinois et russes ^^

  4. J’ai vu un reportage sur les hackers, sur Arte il me semble. Les petits gars de west point se confrontent régulièrement avec les vrais hackers lors de rassemblements de hackers et 9 fois sur 10 ils perdent.

  5. Où comment, entre l’article et les commentaires, passer totalement à côté du sujet…

    L’Académie Militaire de West Point ne forme pas des hackers, ni des crackers, ni des Belin, il forme des officiers, et une grande part des généraux américain en est issue.

    Ca signifie :
    – d’une part, qu’ils se forment au sabotage informatique non pas pour en être les exécutants, et donc les experts, mais pour en comprendre l’impact dans le cadre d’une guerre
    – que la guerre électronique et la cyber-guerre sont devenues (on le savait déjà, ceci dit) des composantes à part entière des affrontements actuels, et pas uniquement à des fins de propagande
    – qu’à terme, il y aura des exercices probablement aussi importants que Red Flag pour l’aviation, et que nous n’en voyons aujourd’hui que les prémices au travers de cette news

    Donc, qu’ils ne soient pas gagnants face à des hackers made in Underground, ou qu’on se batte pour savoir qui des US, de la France ou de la Chine a la plus grosse, ce n’est franchement pas le sujet.

    Quant à Bidul, essayer d’expliquer qu’une armée ne pourra jamais intégrer le « hacking » en son sein parce que son état d’esprit est soit-disant incompatible… euh…
    Le hacking, c’est un savoir-faire, pas une religion.
    Et les services secrets de tous pays ont suffisamment démontré il y a belle lurette qu’ils se sont affranchis de toute règle dans le cadre de leurs opérations d’infiltration / manipulation / intervention.

  6. @Gasp:
    [Le hacking, c’est un savoir-faire, pas une religion.]…
    Pas tout à fait d’accord…
    C’est la même différence qu’il y a entre un chauffeur et un pilote, ou entre MacGyver et le bricoleur du dimanche qui accroche un tableau au mur…

    Bon, c’est des exemples à 2 balles…

    Mais c’est l’idée..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité