L’ancienne nouvelle star proposait 2 Mo sur son disque dur

C'est via io9 que nous vient cette série de pubs rétro-futuristes.

A cette époque que les plus jeunes d’entre vous n’ont pas connu, 18 Mbits (soit 2,25 Mo) était synonyme d’infinité sur un disque dur. Ne parlons pas de l’idée que des femmes puissent utiliser un ordinateur, suggérée sur d’autres pubs de l’époque, aussi loufoque qu’utopique. [WebUrbanist via io9]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « petite erreur : 18 Mbits N’est pas pareille que 18 MB » Exact, et la valeur en Mo était même plus proche de 2 que de 3 Mo. Il est vrai qu’à cette époque préhistorique, ce stratagème permettait à bon compte d’afficher des valeurs plus colossales. 😉

  2. Un disque dur de 500 Go fait bien 500 Go par contre il ne fait que 477 Gio que beaucoup confondent avec les Go (à noter que sous GNU/Linux l’erreur n’est pas présente, les normes sont bien respectées => 1 Ko = 1000 o et 1 Kio = 1024 o)

    Si vous voulez plus d’infos => http://fr.wikipedia.org/wiki/Octet

  3. @Vincent : Le problème c’est que les OS indique en Ko, Mo, Go, et non en Kio, Mio, Gio, etc…
    C’est clairement un abus commercial des constructeurs d’avoir décidé un 1Ko=1000 octets alors que c’est 1024 octets.

  4. Je crois que vous vous gourez tous.
    La distinction Mb MB est apparue après quelques années de marasme dans la casse …
    Sur cette pub, je dirais que si le lecteur de disquettes (double unité) faisait bien 720 kb (donc 720 kilo-octets en 3″1/2), alors il n’y a, a priori, pas de raison que le disque dur ait fait moins de 18 Méga octets.
    A cette époque, tout le monde savait exactement de quoi on parlait (les produits étaient bien moins nombreux), et les boites qui se seraient amusées à compter les pixels primaires à la place des pixels (comme le font les fabriquant chinois d’écrans photo) se seraient fait lyncher.
    Le bit n’a jamais (à ma connaissance) été utilisé dans des pubs pour des mémoires de masse. Le bit est apparu dans les pubs avec les modems, et dans le cadre de mesures de débit.
    Suite à celà, on a inventé le b, le B, le kilo-octet léger/lourd … le débit ATM et la résolution interpolée des APN 😉

  5. Correction : il s’agissait évidement de deux lecteur 5″1/4 double face, double densité (soit 720 ko par disquette).

  6. Ok, je sors … je viens de me renseigner … et les disquettes de la bète ne contenaient que 90 ko … on avait donc bien de la pub en bits en 1977 … desolé … avant les dinosores, il y a eu les amibes de l’informatique.
    Bon, pour la défense, je dirai que ça date d’avant l’époque du « tout octet ». On trouvait couramment à l’époque des machines fonctionnant en mots de taille multiple de 9 bits (à la place de l’octet) : cf. les PDP-1 et 7 (en 18 bits), les PDP-6 et 10 en 36 bits.

  7. @Kiwi : si tu lis la page de man de la commade Unix/GNU ls on y voit : « –si likewise, but use powers of 1000 not 1024 »

    Autrement dit, il faut activer une option pour avoir des Ko au lieu de Kio.

    Cela dit, il est vrai que les constructeurs exploitent les deux dénominations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité