Film : la vie d’un mineur sur la Lune avec lui-même pour seule compagnie, littéralement

Dans le film intitulé Moon, l’humanité tire son énergie de l'exploitation de mines lunaires avec l’aide robots. Et surprise, surprise, toute cette technologie crée de sérieux problèmes.
Réalisé par Duncan Jones (le fils de David Bowie), Moon suit les affres de Sam Bell (Sam Rockwell), un astronaute basé sur la Lune pour surveiller la mine d’Hélium 3, un composé nécessaire à la production d’énergie sur Terre. Son seul compagnon est Gerty, un robot du genre de HAL, avec un visage en smiley qui est là pour l’aider.
Le contrat de 3 ans de Sam est bientôt arrivé à terme et il est prêt à rentrer chez lui. A cause d’un satellite de communication explosé, il ne peut communiquer avec sa femme et sa fille que via des messages enregistrés, et son isolement commence franchement à le peser.
Les vrais problèmes commencent quand il a un accident de Rover pendant qu’il vérifie un des véhicules automatisés pour les mines. Il se réveille à l’infirmerie avec Gerty qui le veille. Quand il sort de la base pour essayer de comprendre ce qui s’est passé, il retrouve son véhicule accidenté… avec lui dedans, vivant.


C’est là que le film devient intéressant. Les deux Sam (celui de l’infirmerie et celui de l’accident) sont réels et aucun des deux ne comprend pourquoi l’autre est ici.
Le mystère se dévoile lentement et les meilleurs moments sont quand ils sont ensemble. Une des prouesses du film est de rendre immédiatement identifiable les Sam.
Les thèmes du film et son cadre rappellera 2001 et Solaris, et le roman Never Let Me Go de Kazuo Ishiguro (qui sortira l’an prochain au cinéma). Gerty est un hommage à Hal mais il arrive à nous surprendre constamment. Le film a bien quelques défauts, mais rien qui le rende insupportable.
C’est Adam de Giz US qui a vu ce film. Pour lui, si vous aimez les films de SF lent et cérébraux, Moon vaut le coup d’être vu. Le film explore les problèmes complexes auxquels on sera confronté quand la technologie de demain sera disponible pour autre chose que des explosions et des lasers.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=pIexG8179K8[/youtube]

La date de sortie de Moon en France est encore inconnue… Vivement qu’il arrive dans un cinéma près de chez nous…

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Wouah je sens que ce film va etre Awesome !!!!
    Et si il n’y pas de date de sortie française, est-ce qu’il y as une date de sortie en dvd/blu ray aux usa ?

  2. Créer des peurs irraisonnées autour de choses qui n’existes pas oui qui n’existerons jamais… Pffff… Ras le bol. En quelques mots : Ayez peur de tout, vivez dans la peur d’hier, d’aujourdhui et du lendemain. La peur à toujours été l’allié des dictatures. Voilà un thème qu’il serait bon de développer au cinéma; encore faudrait-il des cinéastes courageux.

  3. En effet, condamnons tous les films qui font peur :
    aliens => hop a la poubelle
    shinning => poubelle
    moon => poubelle
    terminator => poubelle (bah oui des gens vont avoirs peurs de skynet en regardant le film).

    et ya pas que les films :
    1984 d’orwell => poubelle toute façon cela n’arrivera jamais et les gens auront peur de big brother

    Franchement, sa devient ridicule la …

    Je suis d’accord avec toi au sujet de la peur, mais faut pas voir le mal partout.
    On ne vas pas uniquement faire des films tout gentils sur les bisounours ou des comédies.
    Après tu viendrai râler pour dire que les gouvernements font pression pour obliger les scénariste a faire des films présentant le monde comme parfait… je te vois déja venir :

    « Créer des illusions de bonheur autour de choses qui n’arrives jamais a personne oui qui n’arriverons jamais a personne sauf dans ces films… Pffff… Ras le bol. En quelques mots : Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, l’economie est génial, il n’y as que des beaux jours devant nous. La propagande à toujours été l’allié des dictatures. Voilà un thème qu’il serait bon de développer au cinéma; encore faudrait-il des cinéastes courageux. »

  4. @ CryHavoc : je reconnais que mon anglais est assez limité mais je ne vois pas vraiment dans l’article ou dans la bande annonce ce qui a pu te faire réagir sur la notion de peur.

  5. @ Ferlin sutton léo : tu as répondu finalement de manière plus complète que ce que j’aurais fait, même si je pense sincèrement qu’un film de Bisounours est avant tout un pousse-au-crime, et que tout Teletubbies est une bombe à retardement propre à générer chez nos charmants bambins ainsi barbapapa-isés en réaction des déchaînements de violence sans commune mesure avec Shinnning.

    Mais passons. Reconnaissons effectivement que nous manquons de films de dénonciation de l’utilisation de la peur comme arme de manipulation massive.

    D’ailleurs, c’est bien simple, ça n’a même pas été traité, Fritz Lang en 1932 dans « le Testament du Docteur Mabuse », ne dénonçait à l’époque pas du tout le contrôle total des masses par la peur…

    Franchement, c’est faire injure à Costa Gavras, Barry Levinson, Stanley Kubrick, Terry Gillian, David Cronenberg et plus récemment George Clooney ou encore James McTeigue (et j’en oublie beaucoup) qui ont tous réalisé un ou plusieurs films traitant de l’asservissement des peuples par la peur, et des fondements nécessaires aux dictatures.

    Plutôt que de prendre ces films au 1er degré comme étant de simples divertissements niaiseux, les spectateurs sont aussi autorisés à essayer d’en comprendre le sens profond… à utiliser leur cerveau, quoi.
    Pas comme lorsqu’ils s’abrutissent 3h25 par jour en moyenne devant leur télé, pour la plupart, en fait…

    Premier exercice simple : je vous invite à voir (ou revoir) « They Live », de John Carpenter (tout du moins, si l’on part du postulat que « Brazil » et « V comme Vendetta » ont bien été assimilés. Mais c’est le contraire pour le coup qui serait franchement inquiétant)

    Et vive les Bisounours à la sauce Chucky

  6. Moi ce qui me choque perso c’est les titres de certains film trop minimaliste : MOON !
    Va t’en taper ça dans Google et trouver le film…

    Bon… les habitués de la recherche pourraient taper « Moon + movie », mais même là il risque de ne pas trouver le bon film.

    Alors pensez référencement messieurs les réalisateurs. 2 mots clefs minimum.

    Voilà, mon troll du jour.
    Merci d’avoir pris de votre temps pour le lire. ^^

  7. @Desfossez Thomas

    Depuis quand le minimalisme est-il synomyme de mediocrité ? Si ils ont envie de l’appeller Moon, ils l’appellent Moon ! Qu’est ce qu’on en a à foutre des pélos qui vont chercher « Moon » sur Google ?

    Faudrait aussi penser à déposer la marque, le logo, à vérifier si ça ne choque personne, si la Nasa ne se sent pas insultée, si tout les gens qui ont Moon comme nom de famille soient daccord.

    En aprlant de ça, je propose qu’on renomme les « Fondations » en « Les Aventures d’Henri Seldon contre l’Empire », c’est plus classe, plus intellectuel, et beaucoup moins minable que le trop simpliste « Fondation ». Non mais…

    (Oui oui, je sais, j’ai cedé, mais j’aime les trolls…)
    ++

  8. J’pense pas qu’un artiste (parce qu’un realisateur est avant tout un artiste) en ai qqchose à foutre du nombre de mots clef necessaire pour le moteur de recherche … Pensez moins geek ^^

  9. @Mr.Yann : Je vois pas ou je fais allusion de médiocrité…

    A mon avis mon commentaire était la goutte d’eau qui a fait déborder ton vase rempli de haine envers les trolls. ^^

    Qu’ils appellent leurs films comme ils le veulent, c’est pas mon problème, mais le jour ou un réalisateur voudra sortir le film d’action sur des pommes mangeuse d’homme : « APPLE » qu’il ne s’étonne pas s’il a du mal a sortir de la masse sur internet.

  10. « Pensez moins geek ^^ »
    +1 excellent

    Mais j’avoue avoir essayé de le « trouver » sur des réseaux hadopiement surveillé (torrent quoi ^^) et avec moon bah franchement…

    En fait c’est voulu c’est pour enrayer le telechargement.

  11. @Cryhavoc

    si tu veux, avant de penser à avoir peur, prends ça comme un sujet de réflexion.
    Si tu est qqun de naturellement angoissé, peut être que tu décideras d’en avoir peur.
    Sinon, tu peux prendre ça avec philosophie, te questionner sur la probabilité qu’une telle chose arrive, te demander si tu veux faire qqchose contre ou pour, décider d’gnorer, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité