Le nouveau brevet de Bill Gates pourrait lutter contre la formation des ouragans

Alors qu’il est déjà l’homme le plus riche du monde, Bill Gates souhaite maintenant étendre son pouvoir afin de contrôler la météo. Il vient en effet de déposer une demande de brevet pour un système qui, l’espère-t-il, devrait permettre d’éviter de nouveaux ouragans aux États-Unis. 

En collaboration avec Nathan Myhrvold, l’ancien vice-président de Microsoft, Bill Gates a déposé cinq brevets pour un procédé consistant à déployer sur la trajectoire de l’ouragan toute une flotte de navires spécialement équipés. Ces bateaux seraient en effet capables de réduire la température à la surface de l’océan en mélangeant les eaux de surface avec les eaux plus froides des profondeurs, ce qui permettrait de diminuer la condensation favorable à la formation des ouragans.

Bien sûr, l’effort nécessaire pour modifier de manière significative la température de surface d’une grande quantité d’eau va nécessiter bien des bateaux… et Bill Gates est tout à fait conscient du problème. La demande de brevet contient à cet effet quelques propositions pour assurer le financement d’un projet de cette envergure, et notamment la vente de polices d’assurance dans les zones où le risque de gros ouragans est très élevé. [Patent via Tech Flash via Slashdot via PopSci]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ce genre de news me laisse sceptique, j’attendrais de voir le brevet détaillé dans une revue scientifique avant réellement de me prononcer dessus.

    Ceci dit, Nibus, ce n’est pas nécessairement de la mégalomanie.
    Il existe déjà des solutions pour provoquer la formation des nuages et favoriser la pluie (iodure d’argent, neige carbonique ou… carrément de l’eau), ou au contraire les disperser (azote liquide, poussière de ciment, …).

    Traiter l’ouragan à sa source, à la base de ce qui lui donne naissance et/ou l’entretien, n’est jamais qu’une approche de plus pour essayer de dompter le climat.

    Je rappelle quand même qu’à très long terme, l’objectif ultime de cette forme de connaissance est la capacité à terraformer des planètes, et que de nombreux scientifiques, à la NASA et ailleurs travaillent sur tous les aspects du vivant et du minéral pour cela. (lire ou relire la trilogie de Mars, de Kim Stanley Robinson, ancien scientifique à la NASA, pour s’en convaincre)

    Mais la vraie question demeure toujours la même avec toutes ces approches : quel est l’impact sur la nature ?

    Baisser la température en surface en utilisant l’eau des profondeurs revient de facto à :
    – réchauffer l’eau des profondeurs en faisant y descendre une partie de l’eau de surface (simple mouvement de convection)
    – créer des remous et des courants supplémentaires, ce qui perturberait certainement de fait les poissons et crustacés peuplant ces eaux
    – endommager, voire détruire l’habitat sous-marin, en y brisant l’équilibre naturel, ce qui rendrait les dommages « permanents », ou en tout cas perdurer sur une longue période avant d’en voir résorber les blessures
    – potentiellement finir de perturber certains courants marin, comme le gulfstream, dont on sait que le moindre réchauffement impacte radicalement la planète (bon, n’exagérons rien, même 500 bateaux avec leurs battoirs à oeufs pendant 3 jours ne réchaufferaient pas durablement le courant en question. Les solutions dérivées par contre, avec plateformes « dédiées » à certaines zones pourraient éventuellement avoir cet effet, sur le long terme encore une fois).

    Mais d’ici à ce que les brevets soient validés, les solutions testés, les fonds trouvés, etc. on a encore un peu de temps pour voir venir et en savoir plus, à commencer par savoir s’il s’agit d’un canular ou réellement d’une étude sérieuse.

  2. @Nibus, et que disait-on de ceux qui, il y a 100 ans, voulais faire un avions, et ou en est-on maitenant? rien ne nous arrettera, nous pouvons tous faire

  3. Je crois qu’on a encore rien compris à la planète. Quand est-ce que mes gens comprendront qu’il ne faut pas et qu’on ne peut pas jouer avec la nature. En la détruisant on se détruit aussi. Il y aura forcément des conséquences.
    Il n’y aura plus d’ouragan aux Etats-unis mais des ouragans encore plus fort sur Cuba. Au lieu de s’adapter à la nature, on veut qu’elle s’adapte à nous. Quelle folie!!!!
    Il faudrait mieux déplacer les gens qui habitent dans les zones à risque pour les mettre en sécurité

  4. Génial… ça va pomper encore plus d’énergie et contribuer à réchauffer la planète.
    …comme les canons à neige.

    Super idée… allé…go !!!

    on explose tout !!

  5. C’est une idée mais son action favoriserais le déplacement de certaines espèces sous-marine.

    Mais il n’as pas tenu compte de la formation des cumulonimbus, puisque pour arrêter un ouragan il faudrait baisser de façon optimale la température de la surface de l’eau.

    Mais comme dit Gasp, une analyse de son brevet dans tous ses détail serais intéressante…

  6. Ah ah ah, elle est bien bonne celle là : Billou veut stopper les ouragans alors qu’il est le créateur d’un des plus beaux ouragans de la planète : Microsoft, cette petite société qui a tout détruit sur son passage ne laissant plus qu’une grosse bouze dans les mains de millions d’utilisateurs désemparés :-)

  7. « Commentaire par Thomacintosh — 15 juil 2009 @ 21:42

    Kotaro: t’as aucune idée de quoi tu parles, ça fait pitié. »

    -> très constructif en tout cas. C’est vrai que dernièrement on se rend pas du tout compte du réchauffement climatique. Et puis ca ne sera pas les populations du Sud qui seront touchées en premier et qui perdront tout en premier…

  8. Suis assez d’accord avec gasp sur un point ( je me prononcerais pas sur le reste, car, franchement, je m’en fous ), c’est que ça ça va pas faire du bien aux poissons…Même si c’est temporaire ça foutrait déjà le bordel.

    Quand on voit qu’on a déjà éradiqué un pourcentage de la biomasse des océans absolument phénoménal, j’suis pas sur qu’on est vraiment besoin de ce système. Qu’on construise résistant aux ouragans…

  9. « Commentaire par sliders_alpha — 16 juil 2009 @ 8:52

    @kotaro, tes argument sont tout aussi constructif, je ne vois que des speculation »

    Ce ne sont pas des spéculations: avec le rechauffement climatique on assiste à une augmentation du niveau de la mer (fonte de glaces) ce qui va inonder de nombreuses îles du pacifique et de l’océan indien (majoritairement dans le sud) et ces populations n’ont pas de solution de replis. Ve ne sont pas des spéculations mais des événements qui vont arriver. On essaye d’arreter des événements naturels dans les pays riches, et ca risque d’entrainer des modifications qu’on ne pourra pas controler et qui toucheront les pays pauvres (qui ont moins d’argent pour se protéger)

  10. Les ouragans ne sont qu’un rééquilibrage de la nature, si ce système fonctionne et qu’il en arrête plusieurs, il arrivera un moment où l’ouragan sera si puissant qu’il ne sera plus arrêté par l’Homme, et la ça fera très mal… Il vaut mieux laisser faire la nature, elle sait mieux que nous ce qu’elle fait.

  11. J’adore entendre dire que l’homme est responsable de tous les maux. Nous n’avons qu’une si faible influence sur la nature qu’en rien nous ne sommes responsables du réchauffement climatique.
    Comme Noel, la St Valentin, c’est un coup marketing pour consommer ou consommer différemment.Et ces enjeux nous dépassent.
    Arrêtons, par pitié, de « ******** ».
    Je ne suis en rien savant mais le réchauffement climatique est du à l’augmentation (il y a des années) des éruptions solaires qui se répercutent aujourd’hui.

  12. Chacun voit midi a sa porte. Les français sont bien contant quand on construit des digues qui empêchent les inondations dans les villages. Mais des cyclones qu’on ne voit jamais dans l’hexagone, faut pas y toucher !

  13. d’abord regardez bien le projet il ne s’agit d’arreter la « formation » des ouragans(c’est pas du tout la qu’ils se forment) mais plutot de les stopper ou les ralentir en effet une eau du surface chaude permet de grader la force et la vitesse d’un ouragan mettre de l’eau froide devant lui reviens a mettre un tapis antiderapant sur le trajet d’un carton lancer sur un trajet de roulement a bille :ca freine et perds de lenergie.
    donc ici le but n’est pas de controler la nature mais plutot comme un double vitrage ou une digue d’en limiter l’impact negatif.

    alors pitiez arretez 2 secondes de hurler MEGALOMANE quand vous apercevez bill gates dans une news

  14. Olala j’ai mis des guillemets et je suis quand même censuré, soit.

    Arrêtons, par pitié, d’effectuer des flatulences au dessus de notre postérieur, c’était plus abrupte la première fois il est vrai

  15. Le réchauffement climatique est quelque chose de tout à fait normal. Le problème c’est son accélération. La forte émission de gaz à effet de serre favorise une augmentation beaucoup plus rapide du changement climatique ce qui aura des conséquences importantes pour de nombreuses populations et qui commence à se manifester (avec des ouragans plus forts à Madagascar par exemple mais personne n’en parle).

    En France, on a construit sur des zones innondables et après on s’étonne qu’il y ait des inondations. On essaie de réparer ces erreurs mais on continue encore et toujours de construire dans des zones inondables.

  16. @kotaro

    je ne parlais pas du rechauffement climatique, mais de ça

    « On essaye d’arreter des événements naturels dans les pays riches, et ca risque d’entrainer des modifications qu’on ne pourra pas controler et qui toucheront les pays pauvres (qui ont moins d’argent pour se protéger) »

    ou encore

    « il n’y aura plus d’ouragan aux Etats-unis mais des ouragans encore plus fort sur Cuba »

    speculation

  17. Ou est passé mon premier commentaire ?? c’est de la censure ou quoi ??
    edit modérateur: les propos grossiers font l’objet de modération, merci d’employer un langage correct dans les commentaires

  18. Désolé je ne pensais pas que ce mot était si grossier, certains en dise de plus gros et personne ne bronche. Je metterais des belles **** la prochaine fois. ça evitera la petite censure.

  19. Bon, espérons que les bateaux soient assez rapide pour se mettre sur la trajectoire de l’ouragan, puis de refroidir la zone concernée ….

    Ca va etre ‘le chat et la souris’ !

    Autre point à prendre en compte … la theorie du battement d’aile de papillon … en clair, si on refroidi à un endroit pour éviter un ouragan …. n’y a t’il pas risque de syphon, ou autre risque de pluie dilluvienne ailleur ?

    Bill à certainement pris en compte qu’en protégeant les riches habitants de Miami, il pouvait sacrifier quelques nègres à la nouvelle Orléans !!!

    Tout cela releve du parfait alchimiste, quand je vois que Vista m’emmerde chaque matin, je crains vraiment pour la planete … l’écran bleu est proche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité