Il nous faut une unité verte globale

Ken Musgrave explique sur Fast Company qu'il nous faut une "unité" de mesure écologique pour les produits, de la même manière que nous mesurons les calories et le gras dans la nourriture.

Non, cela ne va pas être facile.

Comment mesurer le caractère écologique d’un produit? En prenant en compte le pourcentage du produit original utilisé dans le nouveau produit recyclé? En mesurant le nombre de joules en énergie qu’il faut pour le produire? En mesurant le nombre de grammes de CO2 qui sont utilisés?

Beaucoup de ces chiffres sont nébuleux, et il faut en combiner plusieurs pour déterminer si un produit est plus vert qu’un autre: un objet peut très bien réemployer 99% des matériaux d’origine mais nécessiter énormément d’énergie pour son recyclage, tandis qu’un autre sera constitué d’un matériau moins recyclable mais moins coûteux à produire.

Une unité verte globale prenant en compte l’ensemble des paramètres apporterait indéniablement la lisibilité qui nous manque aujourd’hui. Mais il faudra probablement encore un peu de temps avant d’y parvenir. [Fast Company]

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. On a déjà le système de lettres (de A à F non ?) pour les apparts et l’électroménager si je ne m’abuse, mais en effet une unité SI serait appréciable.

    Par contre, c’est la porte ouverte à toutes les désinformations publicitaires (comme le CO2 émis par les voitures). Par exemple, les énormes mensonges des médias sur les calories. Le coca à 1 calorie, les yahourt à 99 calories etc… Tout ça parce qu’ils ont appris à prononcer « kilo-calorie » : « calorie ». (d’ailleurs, c’est très clair sur les emballages : 1kcal, 99kcal…)

  2. çà sent la nouvelle taxe à plein nez, cette histoire…

    Pas de doute: au moyen age, on changait le plomb en or… Aujourdh’hui, industriels et politiques transforment le CO2 et Euros… Ou en Dollars… Et, magie, le gaz carbonique devient out à coup propre et inoffensif…

  3. Il existe déjà ce genre de mesures, c’est ce qu’utilise Eco emballages pour la taxe recyclage par exemple, ce sont des formules assez compliquées qui reposent essentiellement sur les volumes d’eau et d’air pollués ainsi que la puissance énergétique utilisés pour la production.
    Les formules sont assez compliquées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité