Les graffeurs vont pouvoir se prendre pour des lumières

Bon d'accord tous les graffeurs ne sont pas des lumières, même si certains sont plutôt adroits dans leur art.

Mais plutôt que de s’entraîner en peinturlurant des murs, un designer a imaginé employer des LED et des appareils photo en ouverture prolongée pour obtenir des résultats graphiquement comparables:

Halo est un concept imaginé par le designer français Aissa Logerot. Son dispositif lumineux reprend la forme bien connue des bombes de peinture aérosol et projette sa lumière grâce à une LED capable de changer de couleur.

Petit clin d’œil à la pratique des graffeurs: la bombe se recharge en l’agitant.

Combinez cela à de la photographie en ouverture lente et vous pouvez immortaliser des graffiti lumineux tracés dans l’air sans défigurer un mur ou un bâtiment. [Aissa Logerot via Halo via Core77]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « Combinez cela à de la photographie en ouverture lente… »
    … et à un peu de photoshoping parce que pour obtenir ce résultat, il aurait fallu que le graffeur ne bouge pas d’un poil pendant qu’il créait son oeuvre…

  2. « une LED capable de changer de couleur »
    Une LED ne PEUT PAS changer de couleur, en fait, ce sont simplement des embouts interchangeables équipés chacun d’une LED de différente couleurs.

    PS: Désolé pour le double post.

  3. Pour cette photo de light painting, nul besoin de photoshop. Le flash se déclenche en fiin de mouvement. C’est la technique habituelle.
    La led multicolor est effectivement constituée de 3 diodes RVB, ce qui permet d’obtenir toutes les couleurs, ça coute 2 euros.

  4. je suis graffeur et photographe bref on s’en fout, persone ne vas acheter ce truc l’important c’est la led pas ce qu’il y a autour que ca ressemble a une bombe ou pas.. et puis le  »light graff » ca existe depuis longtemp c’est plus un delire de photographe que de graffeur meme si de plus en plus en font pour le trip… le graffitti c’est autre chose (ne rentront pas dans la polemique…)
    cadeau de beau exemple pour ceux qui opn le temp.
    http://www.fotolog.com/spacewriting

  5. Il y avait la même chose a lyon a bellecour pour la fête de la Lumière, les « graffeurs » étaient habilles tout en noir et dessinaient autour de gens.
    Le rendu final sur écran geant était sympa!

  6. «Une LED ne PEUT PAS changer de couleur, en fait, ce sont simplement des embouts interchangeables équipés chacun d’une LED de différente couleurs.»

    Faux, les LED peuvent combiner les différentes technologies pour générer différentes couleurs… principe utilisé pour les couleurs composées (comme le blanc par exemple).

  7. Entièrement d’accord sur le fait que le graph et le light painting sont deux choses absolument distinctes. Sinon, Picasso est un graffeur…
    Et puis il faut aussi envisager que ces deux pratiques n’apportent pas la même chose. Si le graffeur choisi de s’attaquer à des murs, autremement dit au milieu urbain, c’est que sa démarche (si il en a une) est autre que de produire une création numérique et donc bien moins accessible au regard. Le street art reste du street art, la photo peut être du street art egalement (cf JR) mais l’un ne remplace absolument pas l’autre !

  8. Par contre en suivant le lien les autres photos sont *…
    C’est la qu’on remarque la frontière entre le light grapheur et un photographe
    :)
    tchao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité