L’industrie du disque veut toucher des royalties sur les extraits de chansons d’iTunes

Chères maisons de disques,

Allez au diable!

Les groupes ASCAP et BMI harcèlent les boutiques de vente de musique en ligne comme iTunes pour toucher des royalties non seulement sur les morceaux qu’ils vendent, mais aussi sur les extraits de 30 secondes utilisés comme prévisualisations. Vous savez, les trucs qui incitent les gens à acheter de la musique. Ils veulent être payés quand on diffuse de la pub pour leurs produits.

A quel point cette industrie est-elle dépassée? Combien d’années vont-ils encore continuer à marcher sur la tête et à chercher à aller à contre-courant en dépit du bon sens, arc-boutés à des modes de fonctionnement d’un autre temps? Toute l’industrie musicale semble dirigée par des gens qui ne comprennent pas l’internet, mais qui sont agressifs vis-à-vis du réseau des réseaux.

Ils ont leurs bonnes vieilles manières de faire des affaires, qui fonctionnaient très bien dans l’ancien monde, et rien ne semble pouvoir les faire évoluer vers la réalité d’aujourd’hui et la manière dont les gens ont envie d’acquérir et d’écouter de la musique.

C’en serait presque risible si les gens qui vont en pâtir à cause de ces dinosaures n’étaient pas d’abord les artistes. Ce ne sont pas les groupes ou les chanteurs qui réclament ces royalties, mais cela n’aboutira qu’à une chose: la meilleure forme de publicité pour leur travail va disparaître de l’iTunes Music Store: car soyez-en certain, Apple préfèrera retirer ces prévisualisations plutôt que de payer pour des extraits à caractère publicitaire.

Pour résumer, les gars: vous vous tirez une balle dans le pied. Et ce n’est pas la première fois. Cela fait même un bon moment que cela dure. Vous avez besoin de trouver un nouveau modèle économique adapté au monde actuel, mais essayer de faire payer pour des trucs qui ne doivent pas l’être n’est pas une bonne réponse. Méritez votre paie, parce que contrairement aux groupes que vous êtes supposés représenter, vous la touchez encore.  [CNET via Electronista]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. ils ont surtout besoin de gagner moins.

    A l’époque leur métier c’était troubadour, et ils ne roulaient pas sur l’or à part quelques élus.
    Puis l’enregistrement est arrivé …

  2. Si c’est vrai, ils sont magiques. Ils osent! C’est dingue.
    Prochaine étape: demander de la tune à Amazon parce qu’ils utilisent les pochettes de disques sur leurs sites.
    Génie!

  3. Prochaine étape, faire raquer ces hérétiques de TF1, M6 et compagnie qui osent mettre nos musiques sur les publicités de nos disques sans nous payer !!!!

    LE CAPITAL VAINCRA !!! …. et la ** aussi :p

  4. non mais….ils sont ** ou quoi ????? quel idée débile. et bientôt quoi? ils vont faire payer les images vignettes des albums du catalogue en ligne aussi. comme ça, on se fera une idée de l’album juste avec son nom? pffffff…. j’aimerai bien savoir quel est le ** qui à eu cette idée (de **)

  5. Prochaine pour sortir de la crise:

    Faire payer les gens qui sifflent des airs connus.
    Ben oui. Z’ont acheté les droits d’écouter sur leur PC, leur iPod mais pas de l’offrir comme ça là en le sifflotant.

  6. Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha !

    Ils s’auto-détruisent …

    Continuez messieurs !! Vous nourrissez le piratage !!!

  7. heu comment dire…
    Vive le partage! Et puis ne craignez rien HADOPI ne changera rien >_< » bande de naze!

    Quand tu vois comment les députés UMP suivent Mr. Sarkozy comme des chèvres sans même savoir ce qu’ils votent… Enfin c’est un peut HS.

    Mais j’en profite pour dire que les jeunes sont les plus gros consommateurs d’offre culturel et ce sont eux qui ont le moins de moyens! Moi si on me donnait des sous pour acheter de la musique j’en acheterais tous les jours!! Seulement comme pour faire du beurre il faut la crème, bha c’est pas demain que le piratage vas s’arrêter.

    De plus, et là je m’adresse a Mr. Sarkozy directement: n’espère pas faire un deuxième manda, là tu viens de te plombé auprès de tes futures électeurs (en plus des autres mécontents).

    Et puis une dernière chose: NOUS NE SOMME PAS DES VOLEURS DE SUPER-MARCHE!!!

  8. ouais c’est vrai ca apple ne gagne pas assez d’argent, ils ont des problemes de fin de mois tout le monde le sait.
    je propose d’ailleurs une souscription pour sauver apple
    des preneurs?

  9. Un seul commentaire.
    Si la culture est gratuite = elle n’a pas aucune valeur.
    CQFD
    Je n’ai pas trop envie de voir ça. Ni pour moi, ni pour mes enfants.

  10. Un seul commentaire.
    Si la culture est gratuite = elle n’a plus aucune valeur.
    CQFD
    Je n’ai pas trop envie de voir ça. Ni pour moi, ni pour mes enfants.
    Car si elle n’a plus de valeur, elle disparaitra.
    Cet article et la plupart des com me semblent cruellement manquer de nuances dans leurs anathèmes.
    je note le commentaire :
    « Et puis une dernière chose: NOUS NE SOMME PAS DES VOLEURS DE SUPER-MARCHE!!! »
    Si. Bien sur que si.

  11. @ Ben :

    Wahou Ben, bravo ! Une etroitesse d’esprit pareille, cela fait longtemps que l’on n’en avait pas vu (en dehors des rangs UMP).
    Rien que pour l’incroyable stupidite de votre commentaire vous meritez une medaille.

    Alors je resume :

    « Si la culture est gratuite = elle n’a plus aucune valeur. CQFD »
    Epoustouflifiant ! Donc selon vous, la seule valeur d’une oeuvre culturelle se resume a sa valeur marchande… Les artistes apprecieront.
    Et donc selon votre analyse, elle disparaitra si elle n’est plus marchandable ?! Diable, la vous faites vraiment tres tres fort. Allo la Lune, vous m’entendez ? Ici la Terre.

    « Si. Bien sur que si » (au sujet des voleurs de supermarche)
    Non. Bien sur que non.
    Le seul fait que vous nous ressortiez ce cliche de maintes fois debattu montre que vous n’avez rien saisi ni suivi du debat. Vous avez 3 metros de retard, et ce n’est meme pas sur que vous reussissiez a attraper le 4eme.

    Allez, Christophe Lameignère, c’est bon, on t’as reconnu, pas la peine de te faire appeler « Ben » pour brouiller les pistes…la stupidite tu sais, c’est un peu comme les empreintes digitales…

  12. Ben, à titre d’info, l’art (et donc notemment la musique) existe depuis la nuit des temps. Bien avant qu’on invente notre ruine heu… l’argent pardon.

    Donc si tu mesures avec l’argent, plus le CD est cher, meilleur est l’album ?
    J’ai connu pas mal de groupes sur Angoulême, et la plupart faisait de la bonne musique, se produisaient même pour sauver certains bars concerts. Probablement les meilleurs artistes qu’il m’ait été donné de voir.

    Ah oui, ils ne faisaient pas ça pour l’argent, mais pour le plaisir. Après, je ne dis pas qu’on ne peut pas en vivre. Mymajorcompany.com à bien pigé (même si c’est Warner qui presse les CDs) le topo. Je te laisse le soin d’aller voir ce site.

    Il faut savoir vivre avec son temps, une nouvelle époque arrive, adieu les majors (bien qu’ils sauront se recycler j’en suis certain, ce serai trop beau…)

  13. moi, ce qui m’interpelle, c’est comment ces types arrivent à des postes aussi avancés ?
    Franchement !
    Y’a bien qqu’un qui les met en place ?
    QUI ?
    La bêtise peut elle grimper aussi haut dans l’échelle sociale ?
    La réponse est OUI !

  14. Et si on offrait un tabouret Ikea à notre (petit) président , peut-être serait-il de meilleure humeur et peut-être nous lacherait-il avec hadopisse ?

  15. Je me demande pourquoi on confonds toujours l’art et la culture avec l’industrie du disque et du cinéma? ça ne recouvre pas exactement la même chose…On a des produits d’un coté et des oeuvres d’un autre qui coexistent sur des supports communs reproductibles et posts diffusables (CD et DVD notemment). Les enjeux chiffrent plus que le livre, mais c’est le même débat, la sculpture, le théatre et la danse c’est un autre débat…et d’autres modèles économiques. Tout cet « art » est subventionné par les différents pouvoirs, dans une espèce d’envie « d’art d’Etat » inspiré envieusement d’une période d’avant la chute du mur de Berlin…
    Pour nos « chères majors » je me demande pourquoi on ne pourrait pas acheter sa licence d’écoute soit en ligne soit dans les magasins et la référencer facture à l’appui sur un site en ligne pour en acquérir les droits d’utilisation privée sur tous supports de façon illimitée?
    Les clients choisiraient ensuite leur support plus ou moins payant : CD copié pourri sans pochette, simple fichier mp3 ou pressage d’usine haute qualité…ça permettrait de copier ses CD pour les écouter dans sa voiture déjà…ou d’acheter des albums disparus des catalogues et des bacs…

  16. +1 avec Ben.
    Avant d’insulter les gens et de dire qu’ils n ont rien compris au problème il faut réfléchir deux secondes:
    pourquoi Internet devrait être une zone de non droit?
    Lorsqu’on telecharge un album on vol le travail d’ un artiste. Il a bosse pour ça, dépense de l argent fonc il faut le rémunérer. C’est tout a fait normal.
    Avec la loi hadopi ils essayent de mettre des règles sur Internet. Même si au final ça changera rien pour les geeks, ça risque de faire peur a une partie de la population. Il ne faut pas que les enfants pensent que la musique c’est quelque chose de gratuit.
    Je telecharge depuis que j’ai 12 ans. J’ai commence sur napster et ça a ferme donc j’ai trouve quelque chose d’autre. Les maisons de disques n’ont pas compris qu’il fallait s adapter et proposer des offres attractives pour contrer le piratage.

  17. @ Kotaro,

    attention aux amalgames. Dans votre commentaire, vous allez un peu vite en besogne, et certains amalgames sont dangereux.

    Tout d’abord, personne ici ne revendique le fait qu’internet doit etre une zone de non droit.
    Ben a profondement tort dans son analyse puisque sa vision est biaisee et depend d’un seul point : la valeur marchande des creations.
    Et ca, c’est le point de vue des majors, qui marchent avec des oeilleres depuis 20 ans, qui refusent, ou n’ont pas reussi a se moderniser a temps.

    Pour le coup, comme l’illustre cet article, elles font tout verrouiller et essayent de grapiller tout ce qu’elles peuvent…mais personne n’est dupe quant-a l’image du gentil patron de maison de disque, amoureux de la culture et de ses artistes, qu’essayent de se donner les patrons d’Universal, Sony Music & co.

    Non, ce sont avant tout des commercants. Ils ne sont pas la pour promouvoir la culture, ils sont la pour faire de l’argent…Certes comme tout commercant qui se respecte, mais un commercant se doit avant tout de s’adapter a son marche…et pas forcer la main des politiques pour faire adapter le marche a sa convenance.

    Faisons une legere digression sur Hadopi, pour dire que le « remede » est pire que le mal : son effet le plus spectaculaire sera d’etablir une vraie fracture entre les artistes et le public.
    La musique, les films, ou toute autre oeuvre ne sont pas gratuits. Et il n’y a pas de raison qu’ils le soient, car ils coutent cher a produire.
    Il faut cependant cesser cette hypocrisie qui consiste a laisser les majors tondre la laine sur le dos des artistes, tout en montrant du doigt Internet comme coupable universel a tous les maux de la creation.
    Les majors ont ete trop gourmandes, elles n’ont pas senti le vent tourner et elles en payent aujourd’hui les consequences. Seulement elles refusent de l’admettre, et on assiste aujourd’hui a une croisade sans bornes contre Internet qui frise le pitoyable.

    Facturer les 30sec de preview d’un morceau que l’on s’apprete a acheter, c’est tout simplement grotesque et d’une stupidite sans faille, et cela montre bien a quelle espece de rapaces nous avons a faire.

    Le meilleur moyen de luter contre le piratage, ce n’est pas celui qui le punira le plus fort, c’est celui qui le rendra ininteressant.
    Pascal Antoine PERRIN, dans un post precedent propose un debut de solution intelligente que les majors devraient creuser…mais je doute qu’elles aient l’intelligence de le faire un jour.

  18. Je suis tout a fait d’accord sur l analyse faite sur les majors. Elles n’ont toujours pas compris Internet et n arrivent pas a s adapter a un nouveau mode de distribution de la musique.
    La loi hadopi est la pour adapter la loi a Internet. Elle ne règle pas du tout le problème de la rémunération des artistes mais elle permet d’ avoir des règles plus adaptées. Elle est la pour dire qu’on ne peu pas agir en tout impunité juste parce qu’on est derrière un écran. Après c’est sur quelle va être difficilement applicable et que c’est facile de la contourner mais c’est déjà un premier pas.
    On se plaint toujours du prix et de l offre légale insuffisante mais ce que 95% des gens telecharge est dispnible en version légale et a un prix raisonnable. Moins 10€ un album sur iTunes c’est plus qu abordable.
    Après il faut trouver des solutions pour réussir a rémunérer les artistes. La licence globale pourrait être une solution mais cela rendrait la rétribution des artistes difficile.

  19. @Kotaro :
    Je télécharge illégalement depuis que j’ai 9 ans. 10 € c’est trop cher pour des chansons que j’ai déjà aquises via iTunes Store. Le jour où le musique et culture règnera, c’est lors on aura un moyen en même temps nous consommateur le vrai prix du CD et non pas le prix du major plus les 2 % qui vont à l’artiste

    Pour revenir au sujet, c’est un peu comme si l’état faisait payer une taxer au vendeur pour proposer de la dégustation des ses produits ? Non ?

  20. Un jour Apple et Microsoft en auront marre des maisons de disques arriérés et pathétiques, (qui ressemblent plus à des mafias qu’a de réelles entreprises d’ailleurs), et produiront eux même les artistes. Ce jour là, pas si lontain, elle mourront.

  21. à propos de
    « Si la culture est gratuite = elle n’a plus aucune valeur. CQFD »
    Epoustouflifiant ! Donc selon vous, la seule valeur d’une oeuvre culturelle se resume a sa valeur marchande… Les artistes apprecieront.
    Et donc selon votre analyse, elle disparaitra si elle n’est plus marchandable ?! Diable, la vous faites vraiment tres tres fort. Allo la Lune, vous m’entendez ? Ici la Terre. »

    je précise donc. Si la culture est gratuite = elle n’a plus de valeur = elle disparaitra.
    On peut pérorer indéfiniment, mais la réalité concrète est là, simple, inéluctable.
    « Les artiste apprécieront. »
    Permet moi simplement de donner mon humble expérience. Je travaille (ou du moins tente de survivre) comme musicien depuis 30ans.
    Je vois quotidiennement certaines musiques qui perdent de leurs valeurs marchandes… et disparaissent. Et leurs valeurs artistiques du même coup (puisque que tu y sembles tellement attaché).
    C’est un fait. Indéniable.
    Les responsables sont les gens qui pillent et pirate la musique. Il faut cesser l’hypocrisie et rejeter la responsabilité sur ces « majors », qui seraient responsables du vol des oeuvres. Ben voyons.
    Il faut assumer ses actes, et leurs conséquences : la disparition annoncée et déjà amorcée d’une diversité musicale.

  22. @ JB :

    Vous écrivez :

    « l’image du gentil patron de maison de disque, amoureux de la culture et de ses artistes, qu’essayent de se donner les patrons d’Universal, Sony Music & co.

    Non, ce sont avant tout des commercants »

    Je ne connais pas les autres, mais j’ai bien connu Christophe Lameignère quand il avait l’âge de la plupart des gens qui l’insultent aujourd’hui. C’était un véritable amoureux de la musique, il s’occupait d’un groupe, vivait de rien, faisait le roadie pour faire tourner son groupe, prenait le ferry pour Londres dès qu’il avait trois sous… Désolé, mais c’est la vérité. Je ne le vois plus aujourd’hui, mais je doute qu’il ait profondément changé. Vous êtes prompt à l’insulte, bardé de certitudes, mais je doute que vous viviez votre passion aussi pleinement que lui. Il n’est pas à son poste par hasard, et certainement pas parce qu’il est bon commerçant. Et non, je ne suis pas Christophe Lameignère déguisé sous un pseudo.

    Vous êtes englués dans vos clichés. Patron =méchant, cynique, âpre au gain. C’est tellement puérile. Tellement bête, au fond.

    Bref.

  23. @ben:
    fait de la bonne musique, elle ne disparaitra pas…
    c’est pas de la faute d’internet si tu fais de la musique de m**** et que personne l’achète.

    allé bisous

  24. Ca ne sert peut-etre a rien de reposter un commentaire 5 jours apres le dernier, mais bon comme je n’etais pas la mais que j’ecoute ce que me disent les gens, je laisse quand-meme un message ici.

    @Ben :
    heu, ben oui desole mais tu m’excuseras d’etre un tant soit peu plus attache a la valeur artistique d’une oeuvre qu’a sa valeur marchande…ou alors j’ai du hiberner pendant un sacre bout de temps.
    Je ne suis pas artiste, mais j’ai travaille assez longtemps avec des auteurs-compositeurs ou de jeunes groupes et musiciens, et ce que je constate de ma -non moins humble- experience est que la tendance est plutot a l’inverse de la situation alarmante que tu decris. Je ne compte plus les jeunes groupes qui montent tout en s’auto-produisant et qui reunissent une base de fans de plus en plus importante.
    Et cela j’ai pu le constater jusque… dans ma famille, ou partis de rien ils sont arrives en meme pas 3 ans a faire les premieres parties de grands artistes de renom…toujours en s’auto-produisant. Pourquoi ? Parce que le public qui les a decouvert a reconnu leur valeur artistique.
    Je serai moins extreme dans mes propos que spt, mais il faut reconnaitre que, comme on le dit : « la bonne marchandise ne se vend pas ». (= n’a pas besoin de pub pour se vendre). Ce qui est bon ne disparait pas, quel que soit son prix.
    Relis bien un de mes posts : je dis bien qu’il n’y a pas de raison que la musique soit gratuite. Il n’y a pas de raison que son createur ne soit pas remunere. Mais je soutiens par contre que les majors sont le premier moteur du piratage, de par leur gourmandise. Le principal souci des auteurs-compositeurs avec lesquels j’ai bosse n’etait pas le piratage…mais bien les cotisations de la SACEM et les maigres retombees de leurs editeurs.
    Les majors sont aussi les premieres responsables de l’echec des boutiques de musique en ligne, a tout vouloir verrouiller avec des DRM. Resultat, ca n’a enchante personne, et les boutiques qui suppriment les DRM sont en train de grimper tres vite…preuve que la majeure partie des internautes n’a aucun probleme avec le fait de payer pour de la musique…a partir du moment ou on ne se moque pas d’eux.
    Si tu fais de la tres bonne musique, ton editeur doit vous remunerer environ 2 euros par cd vendu 20 euros. Et bien je suis desole, mais si je suis vraiment un de tes fans, je prefererais voir mes 20 euros atterir dans ta poche, pour t’encourager a continuer.

    @Melanie:
    je n’ai pas la « chance » de connaitre M.Lameignere, mais je note :
    1- « mechant » : je n’ai jamais dit qu’il etait mechant
    2- « cynique » : « les [anti-hadopi] auraient vendu du beurre aux allemands pendant la guerre »…moui, ca colle
    3- « apre au gain » : cf l’article dont il est question…moui, ca colle aussi
    Desole pour vos certitudes, mais je ne vote pas Besancenot, et j’ai toujours eu d’excellentes relations avec mes patrons. Je ne suis pas un anticapitaliste qui crache sur tout ce qui s’appelle « patron », mais je sais reconnaitre quand on me prend pour un pigeon.
    Le pouvoir corromp…l’argent aussi.

    Et desole de vous decevoir tous les deux, mais je ne suis pas un mechant pirate qui mange des bebes. Quand on se moque de moi, je ne pirate pas…je boycotte. Et ca, ca n’engage que moi.
    La question a laquelle les majors doivent repondre, c’est « pourquoi les gens n’ont pas envie de consommer ? »…Et la reponse n’est pas forcement « parce que c’est gratuit sur internet » (cf ce que je disais sur les boutiques DRM-less)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité