Steve Ballmer peut aussi s’exprimer sans vociférer

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=1OpRQMRa270&feature=player_embedded[/youtube]

Il y a quelque chose de désarmant, de presque humain, quand Steve Ballmer reste calme et posé, assis face à une webcam à boire du café glacé de chez Starbucks, à expliquer qu’Apple ne peut dominer que des marchés de « niche », comme les baladeurs, mais pas plus gros.

Il explique que les marchés ultra-gros —les « non-niches » comme ceux des PC ou des téléphones qui représentent 300 millions d’unités vendues chaque année— ne peuvent pas pas être dominées par un seul acteur. Il y aura plusieurs gladiateurs dans l’arène, et il pense que « le logiciel qui sera le plus populaire sera le logiciel qui sera vendu par quelqu’un qui ne fabrique pas son propre téléphone ».

Oui, aussi étrange que cela puisse paraitre, c’est bien le Steve Ballmer qui reconnaissait avant hier que Microsoft a sérieusement foiré avec Windows Mobile et qui s’apprête à sortir des téléphones de marque Microsoft pour les jeunes.

C’est juste une petite partie d’une interview qui couvre de nombreux sujets et mérite qu’on la regarde: elle révèle des facettes de Steve Ballmer que vous n’aviez probablement jamais vues auparavant. [TechCrunch]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est toute la particularité de cette guéguerre entre fans d’Apple et fans de Microsoft, idolâtres de Steve Jobs et pro-Ballmer : elle cache les vrais enjeux et fait oublier les proportions.

    Steeve Ballmer est une vraie tronche, un vrai capitaine d’industrie (tout comme Steve d’ailleurs, même si leurs angles d’attaque sont différents)
    Qu’il joue le jeu avec Steve Jobs des affrontements de genre, c’est du pur marketing de part et d’autres, et une bonne façon d’entretenir le buzz, pour que chacun dans le public ne soit pas indifférent et ai à prendre partie.

    Mais à la base, la séparation du marché nait d’une entente entre Microsoft et Apple : Apple sait qu’il ne peut pas concurrencer Microsoft sur son marché traditionnel, et n’essaie même pas. Il n’en a ni les moyens, ni la volonté.
    Son positionnement marketing est très différent, mais fait une large part au pseudo « Tout Sauf Microsoft » pour assoir sa communication (le fameux I’m a Mac / I’m a PC).

    Microsoft sait que sans Apple, il se retrouverait (et se serait déjà retrouvé) en situation de Monopole notamment aux Etats-Unis, avec le risque d’être morcelé. D’où la volonté de ne pas attaquer Apple sur son propre marché, et de rester sur celui de masse professionnel quand Steve Jobs se concentre sur celui du « luxe ».
    La communication « I’m Mac / I’m a PC » n’a quasiment aucun effet sur Microsoft, son marché principal étant les entreprises (et par extension les pc à la maison pour ceux qui utilisent du Windows déjà au travail) et les administrations.

    En bons communicants, ils ont donc parfaitement compris qu’une opposition de façade leur permettrait de garder chacun leur fan, et de s’assurer une sorte de marché captif, des fidèles consommateurs. (à part peut-être un ou 2 bas-de-plafond qui changent de tatouage comme on change de chemise, mais bref.)
    Le côté « Excité permanent » de l’un « Cool et illuminé » de l’autre n’ont rien à voir au hasard, ça fait partie du discours marketing, et c’est travaillé soigneusement, comme tout le reste.

    La niche haut-de-gamme et branchée « vs » la diffusion de masse et de production.
    Aucun affrontement donc, sauf à la marge, juste histoire d’entretenir un peu l’illusion d’une vrai guéguerre.
    Et pendant qu’on parle de ces 2 là, les autres ont beaucoup de mal à faire entendre leur voix et à pénétrer le marché. Tout bénéfices pour eux 2, donc…

  2. @ Gasp : je trouve ton analyse plutôt intelligente ^^

    De là à savoir si elle est parfaitement juste, ce n’est pas facile, mais elle doit être assez proche de la réalité :)

    Ca fait plaisir ce genre de commentaires constructifs ^^

  3. @ Galork : il y a toujours des incertitudes, et une analyse part toujours d’hypothèses plus ou moins « démontrables ».

    Quelques points saillants de « l’histoire Apple / Microsoft » sont à mon sens très significatifs :

    > Le marché de masse et de production inaccessible à Apple
    La période 1990-1998 est très significative pour Apple : ce sont précisément les années où Apple a tout fait pour pénétrer ce marché (PowerPC puis Performa), et le résultat a été cinglant.
    Perte de qualité, impossibilité de produire en si grande quantité, banalisation des produits, marges réduites à la portion congrue et entreprise frôlant le dépôt de bilan.
    Le retour de Steve Jobs marquera un changement radical de stratégie, la niche haut de gamme et branchée, avec l’iMac en tête.
    (Wiki pour une fois explique assez bien cette période)

    > Relations Apple / Microsoft – point 1 : les procès
    Extrêmement peu de procès sont réellement faits entre les 2 entreprises, bizarrement, contrairement à ce que sous-entendrait le débat systématique « C’est Apple qui a commencé / non, c’est Microsoft l’inventeur ».
    Hors on sait ces 2 firmes très jalouses de leurs brevets. Il existe donc un « pacte de non-agression » manifeste.
    La seule vraie fois où il y a eu procès sur le fond, c’était au sujet de l’ergonomie de Windows… 2 ! (soit bien avant les difficultés d’Apple, et à l’époque en concurrence frontale)

    > > Relations Apple / Microsoft – point 2 : Steve Jobs – Bill Gates

    Steve Jobs, au travers du rachat de sa société NeXT, revient chez Apple en 1997.
    Je rappelle qu’Apple est à l’époque tout près de couler, purement et simplement.

    La Macworld Boston de cette année-là montre un évènement tout à fait inédit :
    Steve Jobs, en animateur de cette convention, accueille Bill Gates sur scène. Ils annoncent en commun un « partenariat temporaire » avec une aide de Microsoft vers Apple de 150 millions de dollars à la clé.
    Bill Gates n’est pas un saint, il y a des intérêts : Certains parlent d’éviter des poursuite concernant le code de QuickTime, d’autres pour pousser IE sur les Mac.
    Le public de la Convention l’a assez mal pris à l’époque, parce qu’il n’a probablement pas compris le pourquoi de ce « pacte avec le Diable ».
    Quoiqu’il en soit, le résultat est là : le « pseudo » ennemi juré apporte son aide, des fonds, et ouvre à Apple l’accès à ses logiciels à succès en entreprise (IE et suite Office notamment).
    Or ce sont précisément ces logiciels qui favorisent le désenclavement d’Apple sur le marché middle-pro et users-multimédia. De quoi faciliter le retour d’Apple sur ces marché, avec de nouvelles armes, et Microsoft éviter de se retrouver définitivement avec un monopole en évitant à Apple de passer sous les 10% de part de marché aux USA.

    Je renvoie également à un post de Gizmodo sur une célèbre vidéo de Bill Gates assurant à Steve Jobs pendant une convention que MsOffice restera bien disponible pour Mac, et continuera d’être développé en ce sens.
    Ce ne sont pas les clients Apple qui font la différence sur ce marché des licences, et Apple n’a jamais cherché à développer un standard de fichiers bureautiques lui-même.

    Le reste, les chiffres annuels des différentes parts de marché l’expliquent très bien, et marquent clairement l’absence d’affrontement directs, ou sur des domaines très spécifiques.

    Dont acte :
    Entente (réellement) cordiale, pacte de non-agression, politique marketing.
    La relation Apple / Microsoft est tout sauf un affrontement sur le terrain, mais un superbe exercice de style marketing et d’intelligence de positionnement au(x) marché(s).
    Du moins tel que je l’analyse.

  4. Gasp t’écris bien et tu présentes bien mais tes arguments c’est **, c’est balo.

    Il y a entente entre Apple et Microsoft parce qu’Apple fait des ordinateurs et ne fait pas d’OS universel, et que comme sur tout les ordinateurs de la planete, microsoft veut etre dessus puisqu’il en a les moyens.

    Pour tout le reste ou il y a lieu d’en avoir(marché similaire) il y a une concurrence féroce. Telephonie, baladeurs, logiciels, …
    Je te signale en passant qu’Apple a une suite bureautique.

    Je shématise ton raisonnement mais pas de procès = pacte de non agression = entente cordiale c’est pas une analyse c’est une emission d’hypothéses parmi tant d’autres possibilités.

    Et sur ton premier post, tu dis que le marché de Microsoft c’est avant tout celui des entreprises alors que c’est justement le marché par opposition avec celui des particuliers, ou ils dominent le moins avec la quantité de serveurs sous linux et le mac qui a été longtemps considéré comme un ordinateur plus axé « travail ».
    C’est sur le marché des particuliers ou Microsoft pulverise toute la concurrence..

  5. Merci Acheve d’avoir su lire mes 2 posts de travers.

    Félicitations, je suis impressionné par la performance, y compris par ta vision de l’informatique en entreprise (et tant pis si on mélange allègrement monde PC et serveurs, Unix et Linux, Mac et … euh… enfin bref, quoi. Félicitations)

  6. il dit toujours autant de belles choses remarquable, avec une parfaite analyse du marché sans jamais la moindre contradiction avec des choses dites quelques jours plus tôt, quel grand homme, il mériterai bien un prix Nobel…

  7. Gasp, comme d’habitude, bravo pour le niveau de qualité de tes interventions, dans lesquelles certains rouspéteurs* n’ont pas retenu qu’il s’agissait de ton analyse.

    * Bas de plafond … tu m’as juste fait trop rire !

  8. Excellent post. I used to be checking constantly this blog and I’m inspired! Extremely useful information specifically the last phase :) I handle such info a lot. I used to be looking for this certain info for a very long time}. Thanks and good luck.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité