Le lycéen a gagné contre Amazon qui avait supprimé son devoir à la maison

Le lycéen qui avait poursuivi Amazon pour lui avoir supprimé son devoir à la maison a obtenu gain de cause, et 150.000$.

Oui, Justin Gawronsk avait perdu toutes ses notes électroniques lorsqu’Amazon avait brutalement et massivement éradiqué les exemplaires de 1984 de tous les Kindle. Le jeune impertinent a obtenu gain de cause en justice, sous la forme d’un accord à hauteur de 150.000$ à partager avec un co-plaignant et le cabinet d’avocat, qui donnera sa part à des œuvres caritatives.

Suite à cette affaire, Amazon n’a plus le droit de faire n’importe quoi avec les livres électroniques, et a en particulier interdiction de supprimer ou de modifier à distance des livres électroniques.

Malheureusement comme il s’agit d’un accord entériné entre les parties et pas d’un jugement, cette interdiction ne s’applique qu’à Amazon, et ne fait donc pas jurisprudence. Les passionnés de droit trouveront des tonnes de détails juridiques chez TechFlash. [TechFlash]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. 150 000$ pour un livre et un devoir éffacé ça vaut le coup dis dc. Pour cette somme ils peuvent même m’effacer mon travail de toute une année si ca leur dit.

  2. ça veut aussi dire que tous ceux qui possède un appstore (ou equivalent) et un bouton tueur/destructeur risque de payer des dommages et interets s’ils l’utilisent.

    Va falloir rajouter « DO NOT PRESS, WHATEVER THE REASON » sur le bouton…

  3. Nop, c’est pas du tout le même cas de figure.

    Là, c’est Amazon qui a sciemment suprimé à distance le livre.

    Alors, que M$ n’est pas forcement responsable de tes crashs et perte de docs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité