Un nouveau véhicule spatial qui va se prendre pour un bateau

Un nouveau vaisseau spatial va bientôt être mis en fonction, dans approximativement un an, afin d'explorer notre système solaire. Mais au lieu d'utiliser des propulseurs classiques, ce vaisseau va utiliser des voiles poussées par... la lumière.
Les rayons lumineux ne transportent pas seulement la lumière proprement dite (les photons) mais aussi de l'énergie cinétique. Cette énergie n'est pas très importante, mais est en tout cas suffisante pour propulser un vaisseau munit d'une grande voile. La vitesse atteinte grâce à ce système permettrait de traverser notre système solaire en seulement 5 ans et de pouvoir en atteindre un autre en "seulement" 100 ans. [NY Times]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Etrange, comme dans le livre de Bernard Werber intitulé LE PAPILLON DES ÉTOILES. A lire…

    Synoptique:

    Cette planète est notre berceau mais nous l’avons saccagée. Nous ne pourrons plus jamais la soigner ni la retrouver comme avant. Quand la maison s’effondre, il faut partir.
    Recommencer tout, autrement et ailleurs.Le Dernier Espoir, c’est la fuite.

    Décidant d’aller voir si l’aventure humaine peut recommencer ailleurs, un jeune ingénieur en aéronautique conçoit et fabrique un gigantesque voilier solaire, capable de se propulser dans le vide interstellaire. A son bord, 144.000 passagers, dont la descendance aura une chance de parvenir à destination, après un voyage de 1000 ans.

  2. En effet, déjà dans Star wars, les vaisseaux Gonosiens ont des voiles solaires. Idem, dans Star Trek : Deep Space Nine.
    Cordwainer Smith en parle dans ses livres en 1950 aussi.
    Ensuite, les premiers travaux sur la propulsion photonique, datent de 1915 en Russie réalisés par Yakov Perelman, puis poursuivis par Fridrikj Tsanker.
    La propulsion photonique entre dans une véritable phase opérationnelle lorsque la NASA en 1973, envisageant le rendez-vous d’une sonde spatiale avec la comète de Halley, engage un programme de recherche sur les voiles solaires. Pour de multiples raisons, le projet est abandonné en 1977.

    Bref, Werber, comme toujours, n’a rien inventé.

  3. Si la voile ne se fait pas déchiqueter par les millions de détritus de 50 ans d’envoi d’engins dans l’espace qui se promènent en orbite de la terre, souhaitons que ce ne soit pas le cas lors de la traversée de la barrière d’astéroïdes

  4. Je suis également perplexe, il faut certainement de très grandes voiles pour que ce soit efficace, surtout si on s’éloigne du Soleil. Et il y a de nombreux objets qui peuvent percer ces voiles (micro météorites par exemple). Ils prévoient de mettre au point un matériau auto-cicatrisant ?

    PS: Vous avez écrit « Le vitesse » dans la dernière phrase.

  5. Malheureux !!!

    La poussière les gars, la poussière, déjà dans ce bas monde c’est une calvaire de faire le ménage, je crains que la poussière cosmique soit domptable par nos lingettes swi….

    Brrrr.

    Charpie, c’est le mot qui me reste dans les méninges …

  6. @Dam et NuNuRs

    Les corps de la ceinture d’astéroide sont en fait éloignés de plusieurs centaines voir millier de km entre eux, donc aucun soucis :). Et quelques trous dans la voile n’auraient aucune incidence sur le fonctionnement de cette dernière.

  7. Un projet de course entre les véhicules spatiaux produits par les différentes agences spatiales avait été lancé au début des années 90 sur un trajet terre-Lune terre-Mars, je ne me rappelle plus. Le Cnes d’ou provient ces souvenirs, l’agence japonaise et d’autres était dans le coup. Faute de moyens/participants il fut arrêté. Alors ont-ils ressortis leurs cartons ?

  8. Inutile d’attaquer Werber, qui n’a jamais prétendu avoir eu la primeur de l’idée sur ce système de voile solaire.
    Pourquoi toujours critiquer ? Les gens ont des idées, d’autres les mettent en pratique, d’autres les exploitent pour des romans… Je ne vois pas ce qui vous dérange…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité