A partir de quand le cyborg n’est plus humain mais devient une machine ?

Oui, c’est la question Robocop. Quelle quantité de corps humain faut-il remplacer par des machines pour que vous cessiez d’être humain ? Divisons ça en pourcentage : votez !

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Je ne crois pas que l’humanité se définisse à la présence ou non d’un bras bionique. Le cerveau, puisqu’il pilote le reste du corps (cyborg ou non) donne une humanité à la machine.

    J’irai même plus loin, au cours de sa vie, l’humain ne fait que transmettre son patrimoine génétique (en faisant des enfants). C’est une des seules raisons de notre existence et certainement un point commun avec tous les autres êtres vivants. Notre humanité, qu’on le veuille ou non, est réduite à cette transmission. Depuis que l’homme est sur Terre, le seul sacrifice qu’il consent est pour la survie de l’espèce. Un robot qui contient notre patrimoine génétique et s’il est capable de se répliquer est alors tout aussi humain ? Fondamentalement.

  2. a partir du moment ou on nait humain, et que la conversion ne change pas notre personalité, sentiments, etc, alors qu’on ait un corp 10 ou 100% machine ne change rien

  3. Nous sommes humains, homo sapiens sapiens, parce qu’on a les deux consciences, après, notre corps n’est qu’une enveloppe, si on met notre cerveau dans un corps robotique, je vois pas le problème; on garde l’essentiel, le sapiens sapiens.

  4. D’accord avec Président : tant qu’on a un pénis ou un vagin pour se reproduire + le cerveau , on est humain, le reste ne définit pas l’humain. On peut avoir une jambe robotisé et être humain. Le coeur aussi, on peut avoir un coeurs artificiels et être humain.
    Mais je mettrais quand même plus d’importance sur le cerveau que sur l’appareil génitale.

  5. Pour chercher une réponse, je pense qu’il faut déjà définir correctement les mots du sujet :

    – Un cyborg est un être humain — ou à la rigueur un autre être vivant intelligent, en science-fiction — qui a reçu des greffes de parties mécaniques.

    – Humain, l’adjectif relatif à l’être humain est le nom vernaculaire de l’espèce nommée Homo sapiens, et dans un sens plus large à un terme évaluatif qui déploie cette acception dans le terme Humanité.

    – Une machine (signifiant : astuce, invention ingénieuse, dispositif) est un produit fini mécanique capable d’utiliser une source d’énergie communément disponible pour effectuer par elle-même, sous la conduite ou non d’un opérateur, une ou plusieurs tâches spécifiques, en exerçant un travail mécanique sur un outil, la charge à déplacer ou la matière à façonner.

    Partant de là, on a donc un premier élément de réponse, un cyborg est une entité vivante et doté de réflexion, une machine est un outils qui nécéssite l’action d’une personne en amont de la fonction réalisé (fonction limité à l’utilité de la machine)…

    Ce qui différencie donc un cyborg d’une machine est sa capacité à réfléchir, agir, etc… (tel un humain le ferai)
    Donc l’humanisme du cyborg n’est pas obligatoire pour le différencier de la machine, on peux ainsi dire que le cerveau, ou bien l’organe génitale n’est pas « la solution magique ».

    Le fait qu’un cyborg puisse agir par sa propre réflexion l’empêche d’être une « machine », bien qu’il puisse ne pas être humain.

    Ce qui fais que nous sommes humains est « grossièrement » le fait que nous ayons pris conscience de notre conscience ! (je sais, c’est assez flou)
    Je pense donc qu’un cyborg doté d’une conscience est tout aussi humain que nous, puisqu’au sens large, il peux/pourra vivre, se mélanger, s’intégrer en société, etc.. c-à-d « vivre » tel que nous l’entendons.

    (ps: prout, je m’amuse juste, je n’impose pas mon point de vue)

  6. Moi je vous invite a lire Gunnm, parce que y’a le dilemme des gens à qui on remplace le cerveau par une puce qui leur sert de cerveau.
    Pour moi je pense que c’est le cerveau qui compte, et aussi si le gars se sent humain ou machine.

  7. la question que je me pose lorsque l’on parle de différence entre homme et machine est la suivante : comment faire la différence ?
    partons d’un robot qui intègre une base de donnée immense lui permettant d’avoir une intéligence Artificielle très complète…nous somme donc dans le cas d’une superbe machine capable de résoudre un tas de pb..mais elle reste une machine est n’a donc pas franchement de liens avec l’humain. et si le passage de l’IA à la concience artificielle ne se réduirai qu’a  » j’ajoute à cette machine une ligne de code »…..laquelle ? me direz-vous  » une ligne de code du style  » ton système ne doit jamais être égale à 0″ et la comme par magie votre machine deviens un être humain artificielle, et à donc une concience artificielle, ne jamais être = 0, c’est ce que l’on appelle l’instinct de survi, le fait de se défendre lorsque l’on nous attaque, de chercher des endroits meilleurs pour vivre de faire des guerres pour se sentir moins vulnérable face à tout un tas de choses…mais c’est surtout comprendre que si notre système ne doit jamais être égale à 0 mais que notre système à ses limites dans le temps trouver la parade, et cette parade c’est la procréation, la survie de l’espèce, l’amour,la peur,la joie, l’humain, ou l’homo sapiens sapiens…articielle ?

    bon je retourne bosser !!
    tchus.

  8. Cela pourrait être le prochain sujet de philo pour le BAC. Déjà un peu abordé dans Matrix, Blade Runner et Clones. Jusqu’où ira la de-humanisation de l’humanité? Qu’est-ce qui nous fait humains? C’est quoi un sentiment? Comme demandait le T-800: pourquoi vous pleurez?

  9. Dans « ma » religion, une homme est composé de trois éléments : le corps, l’esprit et l’âme. L’esprit étant ce qui représente notre part rationnelle, l’âme notre part raisonnable. L’esprit = la science ; l’âme = la conscience.

    Je suis fondamentalement contre les thèse « post-humaniste » ou « trans-humaniste » (qui consiste à vouloir « améliorer » le corps et l’esprit) car, elle enlèverai, à terme, toute notion de responsabilité, donc de « véritable » liberté. Car la « cyborgisation » sortirait l’homme du monde réel, en lui permettant de faire ce qu’il désire dans une durée infinie (l’immortalité en somme), et rendrait l’âme inutile.
    De plus, l’Homme est un animal politique, autrement dit qui a besoin des autres et d’une société pour vivre. La cyborgisation à outrance enlève cette interdépendance qui fait de nous des humains.

    Le soucis n’est pas de savoir à quelle proportion nous ne sommes plus des humains (même si c’est intéressant de voir – enfin – des gens se mettre des limites), mais plutôt de savoir si rêver de telles choses (en quelque sorte rêver de divinité…) fait encore de nous des humains. Car une fois la course démarrée, il ne sera plus possible de l’arrêter, lorsqu’un individu se sera amélioré de 10, un autre le sera à 11, puis un autre à 15, etc… Cette course se terminera lorsque nous serons totalement « robotisés » et que les Humains n’auront plus besoin de vivre ensemble pour vivre. Lorsque chacun d’entre nous vivra, grâce à la robotique, dans sa propre tête, sans limite, comme vivant dans un rêve lucide et ce, toujours grâce à la robotique, pour l’éternité…

    Bref, tout ça pour dire que l’Humanité restera humaine tant que sa vie sera rendue précaire par le monde réel tout en étant rendue supportable par la société. (Donc les thèses pseudo-libérales du genre : « la vie est précaire, l’amour est précaire, alros pourquoi pas le travail ? » sont des insultes.).

    Donc la déshumanisation commence, pour moi, à partir du moment où l’on rêve de cyborgisation…

    Edilyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité