Un jour quelqu’un publiera la version Blu-ray de cette vidéo

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=PyIklbmfRJw&feature=player_embedded[/youtube]

En 1985, les gens pensaient que le Laserdisc serait le futur du cinéma. Après tout, ils proposaient une qualité d’image inégalée, étaient virtuellement indestructibles, et comportaient d’autres avantages encore.Les doux rêveurs. Tout le monde sait que l’avenir est au Blu-ray. [Obsolete]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Bonjour

    Dommage que la promotion du Laserdic ne fut pas à la hauteur de ses qualités :-(
    Il avait une qualité d’image très bonne (bien qu’en analogique) et un son numérique.
    Il est arrivé trop tard ou le DVD est arrivé trop tôt…

    Je suis nostalgique de cette époque bénie où quand on avait acheté un matériel il suffisait de le brancher sur le secteur pour qu’il fonctionne tout de suite.
    Pas besoin de tout racheter pour bénéficier des améliorations techniques.
    Pas de MAJ du firmware pour corriger un produit mal fait et vendu non terminé.
    Pas de standard qui change tous les quatre matins.

    Il faut noter que chez certaines personnes le même film a été vendu quatre fois : VHS, Laserdisc, DVD, BR !!!
    Et l’industrie du cinéma ose se plaindre ???

    A+

    Olivier

  2. Entièrement d’accord avec Olivier.
    J’ai acheté (et possède/utilise toujours) des Laserdiscs. Le lecteur (autoreverse) m’a coutè environ 1000€à l’époque!!!
    Je pense qu’on a la même nostalgie envers les laserdiscs qu’envers les vinyls.
    Il m’arrive même de préférer un film en Laserdisc qu’en DVD bien que l’image soit analogique. Les films anciens ont souffert de la conversion en numérique (saccades , artefacts, pixelisation….)
    Et puis le plaisir de manipuler un disque d’un kilo qui parait bien plus pérenne qu’une galette de 12cm….

  3. King-Kong a bien évolué aussi!
    Le Pb des CD et DVD c’est l’emballage qui gâche tout.
    Je préfère les pochettes en carton imprimé, il faut en prendre soin, donc on s’y attache…

  4. Bonjour à tous,

    Ce qui a laminé le succès potentiel du Laserdisc, c’est surtout les prix scandaleux qui étaient pratiqués à l’époque : environ 35-40 euros pour le disque lui-même, 400-500 euros pour un lecteur d’entrée de gamme… et encore… ce sont des tarifs qui ne furent disponible qu’après que ce support ait trouvé un certain succès (tout relatif ceci dit).

    Par contre, comme le dit Olivier, on branche, on appuie sur lecture, et hop, ça roule, pas de menus DVD dont l’utilité reste parfois à démontrer, faut juste faire attention à ne pas se tromper de face. ^^

    Autres avantages incontestés du Laserdisc : pas de zonage, et surtout pas de DRM, (rien que pour ça le LD a ma préférence), un son de qualité identique au CD alors que bien souvent sur un DVD, le son est encodé en AC3 (donc format de compression avec pertes, les DVD avec piste LPCM n’étant pas trop répandus :/).

    Bien évidemment, des pochettes dignes de ce nom, et puis l’objet que je trouve beau. ^^ Ce dernier point est subjectif, mais une belle galette argentée (ou dorée), ça en jette ! Bien plus qu’un pauvre fichier vidéo perdu au fin fond d’un disque dur. Bon en même temps, je pense que les deux sont complémentaires. :-)

    Je ne m’attarderai pas sur le blu-raie, je pourrais devenir méchant…!

    Sur ce, bonne journée à tous et vive le Laserdisc !

    AUGUSTUS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité