Google Wave retrace l’année 2009

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=XyoGbd1iJIw&feature=player_embedded[/youtube]

Même si Google Wave n’est peut-être pas la révolution escomptée du côté de Mountain View, il permet de composer des présentations joliment animées. C’est le cas de cette rétrospective de 2009, qui vous résume en deux minutes et demi une sélection de l’actualité de l’année écoulée.

L’outil collaboratif de Google est certes plus compliqué que la métaphysique, mais il a le mérite de permettre la création de présentations un peu plus dynamiques que le bon vieux Powerpoint du siècle dernier.

Et vous, avez-vous déjà eu recours à Google Wave? Si oui, pour quoi faire? Quel avenir lui prédisez-vous? [Lifehacker]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Bonjour,

    J’ai la chance d’avoir reçu une « invitation » pour tester Google Wave. C’est ce que je fais depuis plus d’un mois maintenant.

    Jusqu’à présent, je l’utilise pour tchater (y compris en vidéo) avec les membres de ma famille qui demeurent à l’étranger.

    En résumé, Wave fait tout ce que font les autres outils de tchat de Google (Talk, tchat dans GMail) mais en s’affranchissant du temps puisqu’il est possible de revenir sur des propos déjà échangés, de les modifier ou de les supprimer. La conversation n’est plus linéaire car elle peut être créée, modifiée ou complétée que le correspondant soit présent ou non.

    Pour l’instant, il y a trop peu d’outils / gadgets réellement utiles. Pouvoir afficher la météo dans une wave ou des « sondages » est appréciable mais pas déterminant.

    Il manque aussi la possibilité de pouvoir définir à l’avance la police de caractère et la taille / couleur du texte que l’on saisit. Cette possibilité permettrait de visualiser plus rapidement qui saisit quoi (car le paramètrage à postériori n’a pas grand intérêt pour du texte qui s’affiche en direct).

    Malgré cela Wave apporte une liberté presque totale pour échanger du texte, des photos, etc, avec deux, trois ou davantage de personnes.

    A côté d’une utilisation familiale ou amicale (ludique), Wave a un autre avenir pour l’accomplissement de tâches professionnelles ou, en tout cas, permettre de travailler de manière collaborative sur un projet (texte, tableau, rapport, etc…).

    Malheureusement, pour le moment, l’équivalent de Google Docs n’est pas intégré dans Wave. Vu que le travail « dans les nuages » est à la fois l’avenir et un gigantesque marché, cela ne devrait pas tarder, j’espère. Google l’a bien compris…

    Lorsque ce sera fait, Wave sera en mesure d’assurer la totalité des échanges, qu’ils soient d’ordre privé ou de travail. Google Wave deviendra alors indispensable / incontournable.

    Bien sûr, pour que cet avenir radieux se réalise, il faut qu’il y ait le plus grand nombre possible de personnes qui utilisent Wave (et ont un compte Google). L’intérêt de Wave sera proportionnel au nombre d’utilisateurs et de contacts dans son carnet d’adresses. Conquérir ou attirer de nouveaux utilisateurs devra donc être l’objectif principal de Google, avant même l’ouverture du service au grand public. Pour paraphraser Francis Pisani (voir son blog sur Le Monde), le nombre fera la richesse du service (et permettra d’avoir de plus en plus d’outils intégrés).

    Pour conclure, avec de très nombreux utilisateurs, Wave a un potentiel énorme. Tant pour un usage privé que « de travail ». Wave remplace avantageusement les outils de tchat actuels et, tôt ou tard, disposera des outils (type Google Docs) pour y travailler. Mais il faut des utilisateurs.

    Le premier contact est un peu déconcertant… mais on s’y fait très très vite. C’est un véritable changement et un plus par rapport à ce qui existe actuellement. Quand on mesure bien ce que permet et permettra Wave et si le public adhère, il n’est pas faux ou abusif de dire que ce sera l’outil de ce début de XXIème siècle.

    D’autres utilisateurs de Wave pensent-ils comme moi ?

  2. remarquable analyse que celle de WdF.

    Pour ma part, je commence tout juste à l’utiliser pour du travail collaboratif. L’outil est puissant, mais trop peu de gens l’utilisent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité