Microsoft corrige enfin un bug vieux de 17 ans

Quand il s'agit de procrastination (ou plutôt, de l'ignorance d'une faille fondamentale dans son système d'exploitation depuis deux décennies), certains battent des records: un ingénieur de Google a en effet récemment découvert une vulnérabilité dans le noyau 32 bits de Windows qui rôdait là depuis1993.

Il est amusant que ce truc ait pu vivre suffisamment longtemps pour passer son permis de conduire en conduite accompagnée. Ce qu’il l’est moins c’est que la faille a exposé tous les systèmes d’exploitation de Microsoft pendant tout ce temps.

Des hackers auraient pu exploiter cette faille (et certains l’ont peut-être fait sans le crier sur tous les toits) pour exécuter du code, installer des programmes, visualiser, modifier ou supprimer des données et même créer des nouveaux comptes avec tous les droits utilisateurs.

Celui-là ne nuira plus, mais quid de tous les autres bugs teenagers qui traînent peut-être encore dans les ruelles sombres du code de Redmond? [ComputerWorld]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Faut pas oublier de souligner le fait que pour exploiter ce bug, la personne doit être physiquement sur le pc en question, ça ne fonctionne pas à distance…
    Tout de suite ça en jette moins :p

  2. – Théorie de l’évolution de Darwin : Il en va comme des espèces, les bugs naissant et mourant au gré des évolutions de leur environnement.

    – Principe d’Andy Warhol : Tout bug du genre découvert par un ingénieur lui apporte promotion (…ou pas), argent (…ou pas), gloire et beauté (…ou pas). Pendant un quart d’heure (…voire même pas).

    – Théorie du complot version NSA : Le bug était volontaire et a été comblé parce qu’il en existe un nouveau récemment introduit, plus efficace et moins détectable

    – Théorie du complet version CIA : Le bug était volontaire et très utile, mais le réseau a dû être démantelé, son existence ayant été découverte par des puissances ennemies

    – Pensée du Geek-clubber : Un de perdu, dix de retrouvés

    – Esquisse de l’archéo-technologie : Les bugs sont les témoins de l’évolution technologique des espèces, et en cela doivent être recherchés, référencés, détaillés, pour mieux comprendre comment les développeurs pensaient et décrivaient leur monde de l’époque. Celui-ci est un magnifique spécimen du siècle dernier.

    – Conclusion de Rimbaud : « On n’est pas sérieux quand on a 17 ans ». La preuve, il s’est fait chopper pour une bêtise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité