Un cocon moelleux pour votre futur iPad

Vous n'avez pas vraiment besoin d'être un pro de l'origami pour envelopper vos gadgets avec ce cocon moelleux conçu par Skooba Design.

Ce sont des carrés de tissus rembourrés qui forment une enveloppe molletonnée autour de votre iPad ou de tout autre gadget de cet acabit. Une version de taille moyenne capable d’accueillir un iPad vous coûtera environ 15 $. [Skooba Design]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Un bon test avant d’acheter un truc : demandez vous si vous l’achèteriez s’il coutait 100 ou 200 € de plus ou de moins.
    Si la réponse est « non, vraiment, c’est le bon prix » alors vous êtes membre de la secte.

  2. J’aime particulièrement les français et leur aptitude à respecter les autres : ceux qui ne sont pas comme eux, ne font pas comme eux, n’ont pas les mêmes idée qu’eux ni la même religion. On est – heureusement – libre de penser ce que l’on veut sur l’iPad et l’exprimer par contre quel intérêt à insulter ses acquéreurs ?
    Ne vous viendrez-t-il pas à l’esprit qu’ils peuvent être différent de ceux de vos petites personnes, avoir une d’opinions et d’autres besoins (voir même – ô comble de l’horreur – être plus intelligent et/ou avoir un rang social plus important que le votre) ?
    Pour ma part, je pense que l’iPad ne fait rien de nouveau mais contrairement à un notebook, il le fait différemment. L’ergonomie des applications est adaptée à son interface : écran tactile de petite taille.Ce n’est pas le cas pour les notebooks qui exécutent les mêmes applications que les PC classiques sans en avoir la puissance ni la taille. Le principal intérêt est là : les applications sont en adéquation avec le support.

  3. Pourquoi généraliser aux français ? Pour intégrer des thèmes de politique intérieure ?
    Pourquoi voudriez-vous que je m’intéresse au rang social ou à l’intelligence de consommateurs ? Je m’intéresse à leurs arguments (dans le cadre d’un forum contradictoire) et c’est déjà bien suffisant. On peut-être m’a-tu-vu dans n’importe quelle couche sociale.
    Je n’insulte pas les acquéreurs. D’ailleurs personne n’a acheté d’IPad à ce jour (que je sache). Je ne fais que tourner en dérision une attitude que j’ai identifiée comme caractéristique de ceux qui, autour de moi, envisagent l’acquisition d’un IPad.

    Dans la suite, je suppose que vous employez « Notebook » en pensant « Netbook ».

    Pourquoi comparer l’Ipad à un Netbook ? Pourquoi pas à une autre tablette ?
    J’ai été le premier à me moquer de la tendance netbook à l’époque où ils ne servaient vraiment à rien. Mais ils s’améliorent peu à peu (tandis que les tâches qu’on leur demande stagnent) et il faut à présent avoir des idées bien arrêtées pour se convaincre qu’un processeur à 1Ghz n’est pas capable d’afficher une page web avec son contenu flash ou Java … ou qu’aucun système d’exploitation multi-tâche ne peut s’en satisfaire. 1Ghz … est-ce trop peu pour laisser l’appareil ouvert sur des applications développées sans le contrôle du constructeur ?

    Les netbooks n’exécutent (le plus souvent) qu’un sous ensemble des applications que les PC classiques exécutent … mais, au moins, on est libre de les pousser plus loin si on est patient et si on accepte d’attendre un peu : on a cette liberté, personne ne prend la décision pour nous.

    Vous dites que « les applications sont en adéquation avec le support » … qu’en savez vous ? ou plutôt : n’est-ce pas un peu dommage d’en être si sûr ? N’y avait-il pas moyen de concevoir un hardware un peu moins limité, susceptible d’étendre un peu l’emploi et de solliciter un peu plus l’UC ?
    Je croyais que qui pouvait le plus, pouvait aussi le moins (n’oubliez pas que le contraire est faux). Vous ne faites que me répéter (comme toujours, mais à mots couverts) que les limitations de design sont un bienfait. Que faites-vous de la portabilité ? Pourquoi une portabilité avec l’Iphone (plutôt qu’avec Mac OS X) ? Le nombre d’applications et leur nature « immédiatement adaptée à l’IPad » ? (il y aurait moins d’applications « utiles » sous Mac OS que sur Iphone ?) Réduire le risque de voir la moindre application « pas conçue pour un écran tactile » débarquer ?
    Ou alors cette filiation est-elle motivée par le mécanisme de vente de contenu qui rend Apple incontournable sur Iphone mais pas sur Mac OS X ?
    La « proximité conceptuelle » qui est établie entre une tablette et un téléphone n’est-elle pas (volontairement) un peu exagérée dans cette première version (dans le but de pouvoir ensuite raccrocher les wagons à la locomotive qui rapporte le plus) ?

    Certes, on a tout de suite un matériel qui n’a aucun problème pour réaliser ce qu’on lui demande … mais cette phrase est au présent … et n’a-t-on pas un peu « nivelé par le bas » les demandes (et le potentiel) ?

    En informatique, on est habitué à cette dégradation progressive de l’expérience utilisateur qu’on appelle « ramer ». C’est le prix à payer pour continuer à fonctionner avec un matériel figé dans un environnement en évolution. Faut-il éviter le ramage au point de rendre impossible l’exécution concurrente ? Faut-il figer l’environnement ? Interdire Flash et Java partout parce que le plus petit appareil se réclamant capable de surfer sur le web ne sait pas le traiter ?

    Dernier paradoxe : On nous montre une suite bureautique développée spécifiquement pour l’Ipad … ça vient de quel monde ça ? De l’Iphone ou des desktops ? Pourquoi développer des applications desktop sur un produit que l’on veut aussi « différent » d’un netbook ? (qui sait exécuter sans problème plusieurs suites Office … au fait, quel netbook rame avec une suite comme open office ?)

    Pour être juste dans ma critique, je finirai en précisant que je ne voudrais pas plus d’une tablette fonctionnant exclusivement sous androïd … (pour certaines des raisons que je viens d’invoquer : portabilité mal placée et tendance à « l’autosatisfaction hardware »)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité