Les humains sont tellement prévisibles

Vous vous croyez plus malin qu'une bactérie? Vraiment?

Pourtant votre comportement et vos déplacements sont prévisibles 93% du temps.Une étude menée sur les gens qui appellent en moyenne toutes les deux heures montre que les déplacements humains sont prévisibles 93% du temps. Publiée dans le magazine Science la semaine dernière, l’étude montre que peu importe la distance parcourue par les humains, on peut toujours prédire leurs mouvements avec une précision comprise entre 93% et 97%.

C’est assez logique dans la mesure où nous sommes des animaux qui aiment adopter certaines habitudes. Quel est l’intérêt de cette étude? Essentiellement aider les opérateurs de réseaux mobiles à dimensionner leurs réseaux et le maillage territorial en fonction des comportements de leurs clients. [Science via Ars Technica]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Qui est ce qui aime adopter ? c’est : qui, c’est à dire les animaux, on écrit donc « aiment » et pas « aimons ». Quand je pense que maman m’a toujours dit de tourner 7 fois ma langue dans ma bouche avant de parler….

  2. Cher Booble, puisque tu sembles si doué en grammaire, aurais-tu l’obligeance de nous donner la fonction du groupes nominal « des animaux » ? Allez, je t’aide, le verbe être ne peut en aucun cas commander un complément d’objet du nom. Mais il est vrai que toi, au moins, tu tournes ta langue en tout sens dans ta bouche.

  3. Euh les amis pas de frustrations !!! Seriez vous en train de dire qu’il aurait fallu écrire : » nous sommes des animaux qui aimons adopter  » ? Sérieusement ???

  4. Je ne vois nullement le rapport entre le lien que tu proposes (la confusion entre qu’il et qui, bref entre une conjonction de subordination et un pronom relatif) et le (faux) problème soulevé ici. « Animaux » dans cette phrase est un attribut du sujet, c’est-à-dire, en toute rigueur, qu’il fonctionne comme le sujet : il faut donc dire, contrairement à ce que tu continues d’affirmer, « qui aimons » et non « qui aiment ». Un lien sur les adverbes ou sur l’impératif pourra peut-être aider à éclairer la discussion.

  5. Chère Thomas, je reprends ton argument : « animaux » fonctionne comme le sujet. Relie mon premier message, c’est aussi ce que je dis en substance. Donc animaux est le sujet, il est au pluriel, on écrit donc « aiment » et pas « aimons ». Cela me semble pourtant évident, si on écrit « aimons » cela impliquerait que le sujet est « nous », ce qui est faux. Si tu ne parviens toujours pas à le comprendre, revoie tes cours de grammaire sur les subordonnées et les sujets.

  6. j’adore les fautes d’orthographe autour de la discussion sur la façon de conjuguer « aimer ».
    Bon sinon, Thomas a raison bien sûr…

    La phrase dit rien d’autre que « nous sommes des animaux qui aimons ».
    (et « ce sont des animaux qui aiment »)

    Quant à junkimp, tu es complètement à coté de la plaque !

  7. Ca critique sévère gizmodo depuis qq semaines pour son contenu, mais quand on voit vos réactions, c’est à l’image de votre niveau les mecs.
    Mais bon, « l’orthographe est la science des imbéciles » 😉

  8. Pourquoi se prendre la tête avec une langue déjà morte… qui nous demande d’écrire CDROM (un sigle) « cédérome » (qui n a aucun sens).

    donc WTF (vive le sms) avec vos hors sujet….

    Amier, Aimons, Aiment…. mais lol xptr…. PEACE LOVE AND HARMONY !!!!!

  9. Comment diable qui que ce soit aurait-t-il pu suivre la trajectoire indiquée sur l’image ? je veux dire a part Superman en volant et un passe muraille capable de traverser les buildings sans broncher ?

  10. @Kantozor : enfin une remarque interessante (outre celle de fred pour l’appli Bescherelle 😉 )

    Grosso modo, si on ne se doutait pas que les operateurs nous fliquent dans nos moindres deplacements, desormais c’est clair et au grand jour, mais rassurez vous ce n’est que pour renforcer les reseaux et que vous puissiez continuer de de passer vos appels sous ecoute sans coupures.

    Habituellement tout le monde s’offusque mais heureusement grace aux debats entre les 5/20 en dictee et ceux qui ont la moyenne (mais pas plus) le debat passe au second plan, un peu comme sur TF1 : un jour Laurence Ferrari nous fera passer des informations capitales que l’on ne remarquera meme plus tant on sera occupes a commenter sa baffouille …

  11. Pour les rois et reine de l’orthographe, Thomas, ben10002 et les autres; vos remarques m’ont fait réfléchir. J’ai donc écrit un mail à l’académie française hier soir, la rapidité et la présence d’un réponse m’a d’ailleurs assez surpris. En résumé, il est correct et juste d’écrire « aiment » et pas « aimons ». Pour ceux qui auraient encore des doutes, en effet il n’y a pas plus borgne que celui qui est aveugle, je peux vous faire parvenir une copie du mail que j’ai reçu. Enfin ben10002, corriger une phrase qui n’a pas de fautes pour en rajouter une n’a pas vraiment de sens à mon avis…

  12. Pour mettre toute le monde d’accord, « Le Bon Usage » de Grévisse :

    Lorsque « qui » a pour antécédent un attribut dont le verbe est à la 1re ou la 2e personne, l’usage hésite entre l’accord avec l’attribut (3e pers.) et l’accord avec le pronom de la 1re ou de la 2e personne. – Il est difficile de donner une vue simple des choses.

    1. Si le verbe principal est négatif ou interrogatif, l’accord se fait avec l’attribut :

    Ex. Êtes-vous celui qui A commis le crime ?

    2. Quand le verbe principal n’est ni négatif, ni interrogatif, l’accord se fait le plus souvent avec l’attribut, si celui-ci est un pronom démonstratif ou un nom précédé de l’article ou du démonstratif :

    Ex. Nous sommes ceux qui VONT tous les vendredis soirs chez Angèle.

    @ Frenssé : l’orthographe, c’est l’histoire d’une langue et une langue c’est le reflet de la culture d’un peuple.

  13. Merci pour l’éclairage, Thom,
    parce qu’avec les arguments alambiqués de booble on était pas sortis de l’auberge !
    Effectivement donc, c’est bien « qui aiment » et pas « qui aimons » (le bordas qui est certes moins réputé dit la même chose).
    Mes excuses à fred.

    Et puis c’est l’usage qui fait la langue (et pas l’Académie, qui elle a toujours un train de retard même si c’est passionnant de s’y référer).

  14. Voici la copie de la partie intéressante du mail :

    La règle générale d’accord du verbe dont le sujet est le pronom relatif qui est simple : le verbe de la proposition relative introduite par qui s’accorde avec l’antécédent de ce pronom; on aura ainsi : Il connaissait bien la femme qui arrivait; Moi qui suis tellement timide, j’ai osé lui parler.
     
    Les choses se compliquent lorsque qui a pour antécédent un élément (pronom ou nom) qui est attribut du sujet de la principale. Deux cas d’accord sont alors possibles : le verbe de la proposition relative s’accorde soit avec l’antécédent (donc à la 3e personne), soit avec le sujet de la principale. Le problème se pose en fait lorsque ce sujet est de 1re personne (je ou nous) ou de 2e personne (tu ou vous).
     
    Lorsque le verbe de la proposition principale est interrogatif ou négatif, le verbe de la proposition relative s’accorde avec l’antécédent, nom ou pronom.
     
    Exemples :
     
    – Êtes-vous celle qui a reçu le premier prix?
    – Nous ne sommes pas ceux qui l’ont invité.
    – Suis-je l’homme qui te rendra heureuse?
    – Es-tu la personne qui saura m’aider?
     
    Lorsque le verbe de la principale est affirmatif, le verbe de la relative s’accorde généralement avec l’antécédent de qui s’il s’agit d’un pronom démonstratif (celui, celle, ceux ou celles) ou d’un nom précédé de l’article défini ou du déterminant démonstratif; le verbe s’accorde alors à la 3e personne.
     
    Exemples :
     
    – Nous sommes ceux qui ont fait cette proposition.
    – Vous êtes de celles qui ont du talent.
    – Vous êtes la journaliste qui a dénoncé ce scandale!
    – Je suis cette femme qui vous répond chaque jour au téléphone.  
     
    Dans tous les autres cas, l’usage est indécis mais l’on préconise l’accord du verbe à la troisième personne :

    Exemple :

    – Nous sommes des êtres qui errent sur Terre

    A votre question, nous vous répondrons simplement que l’accord du verbe ‘aimer’ à la troisième personne nous semble le plus approprié.

    Quant à Ben, le fait que l’usage fasse la langue est difficilement justifiable; tu faisais parti de ceux qui soutenaient corps et âmes qu’il fallait écrire ‘aimons’ , ce qui est faux ton bordas te l’a prouvé… Tu as le droit de trouver mes arguments alambiqués, mais j’ai au moins le mérite de savoir parler français, ce qui n’est pas toujours ton cas apparemment. A défaut de vouloir passer ta frustration sur moi ou sur les autres et les inciter à faire des fautes uniquement dans le but de satisfaire ton égo, relie tes cours de grammaire.

  15. @booble,

    je m’amuse beaucoup de ces questionnements sur la langue. Et laisse mon ego à sa place, moi je n’en fais surtout pas une affaire personnelle… J’aime apprendre.

    Tes trois premiers post sont complètement à coté de la plaque.
    Thomas, s’il avait plus ou moins tort avait un argumentaire…

    Par ailleurs, j’ai beaucoup de mal à croire quelqu’un qui écrit :

    « par ailleurs tu faisais parti », « Relie mon premier message »
     » la rapidité et la présence d’un (de la) réponse m’a d’ailleurs assez surpris »
    puis « égo » et enfin « relie tes cours de grammaire »

    C’est comment dire… peu crédible.

    Enfin tu peux aussi relever qu’il est écrit (même précaution que pour le Grevisse d’ailleurs) :
    « Dans tous les autres cas, l’usage est indécis mais l’on préconise l’accord du verbe à la troisième personne… »

    Dois-je t’apprendre ce que signifient les mots : « indécis » et « préconise » ?
    Allez je t’aide : cela veut simplement dire qu’il n’est pas erroné d’utiliser l’autre possibilité.
    La preuve ? Quelques jolies phrases d’auteurs célèbres qui ont dû écrire de cette façon juste pour t’énerver :

    « Vous êtes une nymphe antique qui vous ignorez » (Nerval).
    « Vous êtes un enfant qui prétendez agir comme un homme » (Fromentin).
    « Je suis un paresseux qui ne me plais qu’à dormir au soleil » (Aymé).

    ps : si tu n’es pas capable de comprendre que « c’est l’usage qui fait la langue », tu n’as vraiment rien compris à la langue !

  16. Ahhh mon cher ben, je n’en rajouterai pas plus, je ne voudrai pas que la frustation t’étouffe !!!
    Pour ce qui est des phrases d’auteur, je te remercie elles sont très belles; enfin pour « l’usage fait la langue » n’ayant pas de règles écrite, je pense que j’aurai toujours tort avec toi alors je n’insiste pas … Sans rancune au pays des schtroumpfs !!!

  17. @booble

    « je ne voudrai pas que la frust(r)ation t’étouffe »
    « ‘n’ayant pas de règles écrite »

    Mais « c’est pas possible » !
    Tu n’es pas capable d’aligner deux phrases sans faire de faute !

    A part ça, tu as regardé ce que signifie « indécis » ?

  18. Tout le monde connaît la dyslexie du grec dys voulant dire : qui foire et lexis signifiant mot. Traduction : Qui a les mots qui foirent.

    Certains spécialistes connaissent aussi la dyscalculie dont les symptômes sont un foirage systématique dans les calculs. Et les personnes souffrant d’embarras dans leurs relations sociales sont communément appelées dysjoncteur : en raison de leur difficulté a assurer un point de jonction stable avec une tierce personne.

    Pour ma part je souffre, entre autre, d’un mal étrange nommé dysconjuguïe. Les plus fidèles de mes patients l’auront remarqué, il m’est quasiment impossible d’écrire une phrase sans l’entacher irrémédiablement d’une erreur de conjugaison.

    Et pourtant, je passe parfois des heures penché sur ma prose a traquer la moindre faute et souvent l’air épanoui et la conscience sereine, j’expédie à la face du monde mes divagations pour me rendre compte avec douleur et stupéfaction 2 minutes plus tard que j’ai encore confondu le subjonctif passif du preterit avec l’inconditionnel passé du futur parfait.

    Dans ma quête de reconnaissance, vais-je maintenant arriver à me faire entendre comme une « minorité apparente » susceptible de toucher des subventions et de passer dans une émission pathos à la télé ?

    L’angoisse m’étreint !

    PS : Bon là j’ai tout relu 8 fois et je crois que cette fois j’ai rien laissé passer ! Non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité