Le desktop est mort, bébé, le desktop est mort

John Herlihy, le grand patron de Google Europe, affirme que les ordinateurs de bureau seront obsolètes dans trois ans.

C’est précisément la raison pour laquelle Apple et Google cherchent à s’étriper mutuellement pour la domination du monde mobile.

Les deux entreprises savent que l’informatique mobile est le terrain sur lequel les choses se jouent et se joueront désormais. Lors de sa présentation, Steve Jobs insistait sur le fait que l’iPad était la continuation de la bataille qui avait commencé avec l’iPhone, et il a répété à plusieurs reprises qu’Apple était « une entreprise de produits mobiles« .

Google est d’accord, ce qui explique que John Herlihy ait fait écho aux propos d’Eric Schmidt au GSM 2010 de Barcelone: tout ce que fait et prépare Google est centré autour du mobile, du nuage et de la connectivité omniprésente.

Tous deux ont raison: votre ordinateur de bureau va dispatraitre. Peu importe les hurlements de la geekosphère. Les souris sont aussi vouées à la disparition. Préparez-vous, la prochaine génération arrive. Bon peut-être pas tout de suite avec l’Enterprise, mais on finira par y arriver. [Silicon Republic]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. plutôt d’accord !

    vivement la fin de la souris !

    web 3.0 signera la fin de l’ordinateur de bureau ! OUI OUI OUI !

    mais n’oubliez pas le développement des réseaux dans les zones rurales !

  2. Mais bien sûr… tous les pays vont avoir une couverture mobile qui déchirent et qui justifiera de se passer de stockage local ; et toutes les entreprises vont faire héberger leur données confidentielles par des multinationales américaines…

  3. Clairement, ptiJo.

    Pour l’utilisation quotidienne et personnelle, oui, le desktop ne sert a rien. Surtout pas d’ailleurs les PC avec 3 ou 4 Go de RAM qui sont vendus au pequin moyen.

    Mais pour une utilisation professionnelle… Avec les donnees confidentielles (et les entreprises considerent TOUT comme confidentiel)…

    Perso je travaille sur des images pour le cinema, chacune pese environ 1Go (ce n’est pas une faute de frappe) et il y en a donc 24 par secondes. Allez, bon courage pour faire ca en wireless. Oh, j’ai precise qu’on est 300 a travailler en meme temps sur ces donnees?

  4. Je suis d’accord avec ptiJo aussi, personnellement, en tant que geek associable, je n’ai jamais eu l’utilité d’un ordi portable, ni même l’utilité réelle d’avoir un smartphone 3G (j’en ai un, mais c’était plus un plaisir geekien qui me sert à regarder les horaires de bus, qu’un truc super-tweeter-relié-au-monde-entier-gps-machin-chouette).

    De plus il y a le marché du jeu vidéo. Il suffit de voir les jeux sur iphone, on a les mêmes en Flash, mais ils sont gratuits. Les vrais jeux nécessiteront encore un pc desktop puissant (ou un pc portable à + de 2000€ :p) dans 3 ans.

    C’était pas Bill Gates qui disait « Nobody will ever need more than 640k RAM! » ?

  5. @ ptiJo

    +1

    La meilleure sécurité restera toujours un ordinateur fixe déconnecté d’internet. Le nuage n’y pourra rien.

  6. Oui, bien sûr, le desktop reste la meilleure garantie d’indépendance. Etre aussi dépendant d’un truc aussi instable qu’une bête connexion réseau, c’est plus que risqué. Et le fait de me retrouver totalement isolé et incapable d’utiliser mon matériel parce que ma connexion internet a sauté me fait froid dans le dos.

    En attendant, quand on nous proposera plus que le nuage, ce sera l’accepter ou partir élever des chêvres en Ardèche. Gesticuler n’y changera rien.

  7. La mort du desktop !

    Au bout de 3 ans les portables sont soumis à des pannes sévères pour 30% d’entre-eux (20% au bout de 2 ans seulement). Sans tenir comptes des risques d’accidents, de pertes et de vol plus important.

    L’avenir raisonnable c’est le réseau à domicile avec un NAS et un Desktop + un ensemble varié de terminaux mobiles selon les usages et les besoins de chacun. Mais tout le monde sait que les hommes ne sont pas raisonnables :-) Alors disons que cela reste une solution comme une autre. Tout comme l’informatique dans les nuages…

  8. Faudrait qu’ils arrêtent avec leur vision du « minitel » google et apple .C’est insipide leur machine .Où est le plaisir de la bricole là ? Sans compter le fait que ca fait vivre des fabricants de composants dans des pays comme taiwan par ex. genre asus & co. .
    Où sera l’intérêt de leur projet vu que ce seront des appareils encore plus jetable qu’actuellement vu qu’ils pourront être dévalués technologiquement plus rapidement car aucune possibilité d’évolution, pas d’upgrade .
    Les normes comme le HDMI déjà évolue à une vitese fulgurante , en début d’année le hdmi 1.4 était sortie 3 mois après le hdmi 1.4 a .
    En plus il n’ y a plus d’évolution technologique vu que celle ci risque d’être axée sur un seul élément , un tout en un , pas sur des éléments différents ( processeur , ram etc… ) .
    Je commence à regretter les années post 2010 .

  9. Mais bien sur ! Etant étudiant ça me ferai bien chier de faire mes rapports de TP sur iPad ou sur un HTC ! Le desktop est mort pour ceux qui utilisent leur ordinateur juste pour aller sur internet, lire leurs mails et chatter sur msn !

  10. Tout à fait d’accord avec personne ici !
    AUCUN changement dans trois ans du coté des desktops (à part 64 Go en standard) ! (quelques GADJETS en plus) 😉

  11. Annoncer, la mort du desktop me semble pas une hérésie.

    Y a bien les nettop qui prennent peu de place, mais généralement un desktop ca veut dire un gros « machin » a qui il faut réserver un espace, sans parler de l’écran, du clavier, de la souris…
    Les geek des années 90 ont pris l’habitude de ce monolithe, organiser une piece autour de celui-ci ne les gênes pas.
    Mais a part pour une utilisation pro (et je parle pas de bureautique) un desktop a de moins en moins de sens.
    Pour la bureautique un bête nettop ou laptop fait aussi bien qu’un desktop pour moins de place, moins de consommation et plus de mobilité pour le laptop.
    Pour le multimédia, nos écrans tv vont certainement se transformer de plus en plus en media-center, avec une fonction super-minitel qui conviendra a la majorité des utilisateurs actuels d’internet.
    Pour le jeu, entre les projets de cloud-gaming, les appareils mobiles qui gagnent en puissance, les consoles de jeu…avoir desktop pour le jeu va vite devenir has-been.

    Le pc sait tout faire, mais de plus en plus d’appareil peuvent en faire tout autant avec d’autres avantages.
    Il restera quelques desktops puissants, pour des utilisations bien précises.

    Mais tout simplement, allez voir en magasin, les desktops se font bouffer sur les rayons par les laptops. Même Microsoft a changé de politique pour son os, avant il fallait changer de machine pour faire tourner correctement un nouvel os, maintenant Microsoft fait des os plus légers et moins gourmand. Et les jeux sur pc, les meilleures ventes se font sur des jeux qui tournent sur un maximum de machines. Crytek spécialiste des moteurs qui font pleurer les cartes graphiques à 800€ changent lui aussi de stratégie pour faire un moteur plus léger.

    La course à la toute puissance va ralentir, les consommateurs moyens veulent de la mobilité, de l’autonomie, de la simplicité, des produits qui consomment moins…ils s’en fichent des Ghz et de la DDR…

  12. Ok seul souci une seule marque aura le monopole .A savoir celle qui fournira le plus d’options et de service en une seule machine .
    Hors c’est mauvais car cela limitera la concurrence tout le monde cherchant la facilité qui est synonyme de compatibilité induisant donc à l’uniformité des formats .
    C’est le cas d’apple , ils ont developpé itunes, leur propre format audio , ils ont le monopole sur ca .Ca va etre le cas avec l’ ipad et son service en ligne .Tout le monde se focalisera sur deux , trois entités tenant sur le nombre de doigts d’une main.
    Ca veut dire aussi qu’ils vont pouvoir avoir la main mise sur n’importe quel brevet ( monopole = argent = achat de brevets ) en lien direct ou indirect sur leur secteur d’activité , verrouillant ou prêtant ce dernier à une entreprise menaçante car concurrente .
    A long terme on risque de ralentir au niveau technologique , chose qui n’aurait pas été possible jusqu’ici , juste parceque le marché n’est plus stimulé.

  13. La fin de la modularité (que semble sous-entendre celle du « desktop ») n’a de sens que dans un environnement technologique stabilisé. Or, on a justement l’air d’être à la fin d’une période de stagnation.

    Les écrans-PC (tout en un), c’est très joli sur une table, mais ça force à tout changer (y compris l’écran) à chaque fois.

    Les mini-PC sont pas mal aussi (genre eeeBox Asus), mais il vaut mieux ne pas avoir de besoin spécial (besoin d’une résolution qui ne passe qu’en dual DVI, alors que les seuls ports proposés sont le HDMI 1.3 et le VGA).
    Mais je reconnais que ça suffira à la majorité … qui n’a que les besoins qu’on lui distille dans les médias (et jusqu’à ce qu’on décide à lui donner de nouveaux besoins).
    USB3 ? –> nouvelle machine.
    3D ? –> nouvel écran, nouvelle baie optique.
    Ou alors, peut-être s’imagine-t-on que la généralisation des connexions externes plus rapides (eSata, USB 3) va transformer les desktops monolithiques en un empilement de boitiers externes ?
    Donc oui, le desktop, c’est fini pour ceux qui acceptent de s’arrêter au 16/9 en 1920×1080, USB 2 et BlueRay mono.

    Pour le reste, je crois pas mal au cloud computing, mais plutôt pour les entreprises et en version intranet (+ de l’extranet sévèrement authentifié et cloisonné). Parce que c’est une sorte de client-serveur inter-opérable (un webservice a le mérite d’être spécifié … et son accès est standardisé). Il y a donc de la réutilisabilité informatique à gagner dans le nuage (sans parler du partage de données/traitements).
    Il faut se méfier des aprioris qu’on peut avoir à propos du nuage : ça ne veut surement pas dire que le client n’a plus aucune donnée chez lui et qu’il doit être connecté en permanence. Il y a des paradigmes de cloud computing qui ne font que « synchroniser » des données entre les clients et le serveur (quand c’est possible) dans le but de permettre collaboration, sauvegarde et disponibilité des données. C’est en fait de la gestion de version améliorée (granularité inférieure au fichier, distribution de droits à modifier). De nombreux traitements continuent de s’exécuter sur le poste client (à commencer par les éditeurs en tout genre, la collecte et la représentation de l’information).
    Mais tout ça ne prendra peut-être pas la place les logiciels/usages qui n’ont que faire d’une centralisation des traitements/données (comme les usages des particuliers qui ne passent pas leur journées à « socialiser »).

  14. J’oubliais de préciser que les autres significations du cloud computing (du genre mémoire distribuée, client léger, etc) je n’y crois pas (nulle part).
    La portabilité qui tue le matériel sédentaire, je n’y crois pas non plus.

  15. Il me semble que par la mort des desktop faut juste entendre la mort du de l’ordinateur dans le sens actuel du terme, pas le passage sur de pc portables ou des ipad :)

    On aura juste un écran avec tjrs un clavier et une souris (ou leurs successeurs) et tout le reste passera effectivement par notre connexion web via le cloud computing.

    Ce que Google oublie, c’est que nous en Belgique on a Belgacom (ahah), et que donc c’est pas demain qu’on pourra se passer de nos machines personnelles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité