Exclusif: les dessous de l’invasion de New York

Voilà ce qui se passe lorsqu'on laisse carte blanche à un réalisateur pour jouer avec les icônes des jeux vidéo des années 80 et les effets spéciaux virtuels: la ville de New York a été envahie par des pixels.

Le court métrage PIXELS que nous vous montrions cette semaine a déjà fait plusieurs fois le tour de la toile, et certains habitants de New-York ont ressorti leurs vieux Atari 2600 pour mieux apprendre à défendre leur ville contre les attaques des Space Invaders, les barres de Tetris ou les tonneaux de Donkey Kong.

Mais saviez-vous que les créateurs de ce chef d’œuvre étaient Français?

Figurez-vous que ceux qui ont secrètement planifié l’invasion de New York habitent près de chez nous. En menant notre enquête, nous avons en effet découvert que ces conspirateurs alienoïdes et pixelivores ont établi leur avant-poste non loin de la Gare St Lazare, à deux pas de nos propres bureaux. Mieux encore, ce sont des lecteurs de Gizmodo!

Nous avons donc établi le contact, en formant à la hâte un monticule avec plusieurs bonnes grosses louches de purée et en émettant des signaux lumineux et sonores produits à l’aide d’un Simon hacké sur un coin du bureau et relié à un ghetto-blaster et à plusieurs dalles 22 pouces. Voici le récit de nos échanges une fois le contact établi avec Patrick, réalisateur et Benjamin, producteur:

Marqué dans sa jeunesse par les jeux vidéo des années 80 (et on le comprend), Patrick Jean a choisi cet univers pour exprimer sa créativité et ses talents de réalisation dans un court métrage truffé de références aux icônes les plus emblématiques de cette période.

Nous ne résistons pas au plaisir de vous proposer à nouveau les 2:35 de PIXELS dans sa version originale:

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=ugV6cLgwomo&feature=player_embedded[/youtube]

C’est la version originale, mais de nombreuses adaptations sont rapidement apparues sur la Toile. Très surpris par l’énorme buzz autour de PIXELS, Patrick a trouvé marrant que les gens s’approprient son oeuvre et décident de l’habiller de la musique de leur choix avant de la rediffuser. Il a également été très étonné que les plus jeunes connaissent aussi bien les icônes pixelisées du siècle dernier qui ont imprimé notre inconscient collectif.

Patrick considère les jeux vidéo comme l’un des bénéfices majeurs des temps modernes, mais ne joue pas aux superproductions actuelles, préférant le minimalisme propre aux jeux vidéo des années 80, qui met plus en valeur le côté ludique.

Il nous a l’a brillamment exposé en réalisant PIXELS. On y retrouve les jeux auxquels il jouait enfant: vous aurez notamment reconnu, outre Space Invaders et Pacman, Frogger, Tetris, Donkey Kong ou encore Arkanoïd et sa fameuse raquette collante. Et comment résister à l’évocation de Ghostbusters, Ocean  ou Commodore au détour d’un plan?

Patrick ne rejette pas le modernisme pour autant, et il nous a confié que son gadget préféré du moment était… son iPhone (promis juré, nous ne l’avons pas soudoyé).

Vivement que quelqu’un lui confie la réalisation d’un jeu vidéo: ce gars là serait tout à fait capable de nous inventer le Pacman ou le Space Invaders du vingt-et-unième siècle.

En attendant, Patrick et Benjamin s’envolent en milieu de semaine pour Los Angeles, car le buzz a porté PIXELS jusqu’à Hollywood, et les studios s’arrachent déjà nos talentueux frenchies. [OneMoreProd] Merci et bon vent à Patrick et Benjamin!

Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Daft Punk à marqué un tournant dans la musique électronique de qualité, Pixels deviendra t’il une référence du court métrage ? je l’espère.

  2. Et oui, il suffit de mater le bas de la page de leurs site pour voire qu’elle renvoi en adresse … « PARIS ».

    En tout cas, ça fait plaisir de voire que la French Touch a encore la côte à l’International, bravo les gars.

  3. Brillantisime, ingenieux, original, bravo a Patrick et Benjamin et a une connaissance proche et talentueuse (Matias le DOP), bravo messieurs et bons vents aux US, amicalement, josé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité