Comment Apple a égaré le futur iPhone

How Apple Lost the Next iPhoneLe Gourmet Haus Staudt. Un joli endroit pour savourer des bières allemandes.

Et si vous êtes un ingénieur logiciel et que vous vous appelez Gray Powell, un joli endroit dans lequel oublier par inadvertance un prototype d’iPhone nouvelle génération.

Agé de 27 ans, Gray Powell est diplômé de la North Carolina State University en 2006. C’est aussi un photographe amateur talentueux et un ingénieur logiciel chez Apple. Un job de rêve pour ce fan d’Apple dont le rêve était de rencontrer Steve Jobs.

How Apple Lost the Next iPhone

Dans la soirée du 18 mars, il savourait des bières allemandes d’importation au Gourmet Haus Staudt, un sympathique biergarten de Redwood, en Californie. Il était heureux. L’endroit était superbe, la bière excellente. « J’ai sous-estimé à quel point la bière allemande pouvait être délicieuse », a-t-il écrit sur l’iPhone nouvelle génération qu’il testait dans la nature, bien déguisé en iPhone 3GS. Ce texte a été la dernière update de son profil Facebook avec l’iPhone secret. C’est la toute dernière fois qu’il a vu le téléphone, puisqu’il l’a oublié en quittant le bar pour rentrer chez lui.

Un banal oubli. Qui aurait pu arriver à n’importe qui. Même à Steve Jobs ou à Jonathan Ive. Mais connaissant le goût prononcé d’Apple pour le secret, ces quelques bières ont dû laisser à Gray un goût particulièrement amer.

La sécurité (habituellement) impénétrable d’Apple

Jusqu’à présent, la sécurité légendaire d’Apple a parfaitement fonctionné. Peut-être une photo floue ici ou là, ou quelques infos de dernière minute chuchotées stratégiquement à des médias complices. Mais pour l’essentiel, rien ne filtre. Sur leur campus de Cupertino, tout gadget ou ordinateur un peu sensible est protégé par des portes blindées avec des serrures à codes. Les prototypes sont boulonnés aux bureaux. Tapis dans des labos secrets, des elfes travaillent pour certains sur le matériel, d’autres sur le logiciel, d’autres encore sur le design, sans jamais avoir une vue globale du produit final.

Et en embuscade dans tous les coins, la police secrète d’Apple, un groupe de gens dédié à une seule mission: s’assurer que personne ne parle. Lorsqu’il y a une fuite, le traitre est pourchassé, capturé et escorté hors des bâtiments pour ne plus jamais y remettre les pieds. Tout cela au service d’un seul but: contrôler la diffusion de l’information sur les nouveaux produits, le pire cauchemar de Steve étant une fuite prématurée. Et c’est précisément ce qui s’est produit cette fois-ci.

Perdu et trouvé

La sécurité d’Apple a failli dans la soirée du 18 mars. A ce moment là, Gray Powell était au Gourmet Haus Staudt, à une trentaine de kilomètres seulement du quartier général d’Apple à Infinite Loop. Tout autour de lui, l’atmosphère était joyeuse, tout le monde festoyait et la bière coulait à flots.

How Apple Lost the Next iPhone

La personne qui a fini par récupérer l’iPhone oublié était simplement assise à côté de Gray, et ne le connaissait pas. Elle n’a pas remarqué tout de suite qu’il avait oublié son téléphone. Au moment où elle l’a réalisé, Gray était déjà parti.

Comme il n’était à personne à la ronde, le voisin de Gray a simplement conservé l’appareil en attendant un possible retour de son propriétaire dans le bar. Et en l’attendant il a pu jouer avec le téléphone, pensant d’abord qu’il s’agissait d’un modèle normal. « J’ai cru que c’était juste un iPhone 3GS, » nous a-t-il déclaré. « Il lui ressemblait. J’ai essayé la caméra, mais elle a planté trois fois ».

L’iPhone n’avait apparemment pas de fonctionnalités particulières, et juste deux codes barres collées au dos sur la coque: 8800601pex1 et N90_DVT_GE4X_0493. Et à côté des touches de volume un autre autocollant indiquait: iPhone SWE-L200221.

Le téléphone comportait six pas d’applications. L’une d’entre elles était Facebook. Et là, sur l’écran Facebook, figurait Gray Powell, ingénieur chez Apple.

How Apple Lost the Next iPhone

Gray n’étant pas revenu, il a fini par rentrer chez lui avec, pensant le rendre le lendemain. Mais lorsqu’il s’est réveillé, le téléphone était mort. Neutralisé à distance via MobileMe, le service Apple pour localiser et effacer à distance les iPhone perdus. C’est alors qu’il a réalisé que le téléphone avait quelque chose d’étrange. La coque ne paraissait pas tout à fait normale, et il y avait une caméra frontale. En bidouillant un peu, il est alors parvenu à ouvrir le faux 3GS. C’est alors qu’est apparu un objet brillant, complètement différent de ce qu’on connaissait jusqu’à présent.

Il a décroché son téléphone et appelé plusieurs numéros d’Apple, essayant de trouver au moins quelqu’un qui puisse transférer son appel à la bonne personne, mais sans succès. Personne ne l’a pris au sérieux et tout ce qu’il a obtenu a été un numéro de suivi pour son appel. Mais il a attendu en vain et personne ne l’a jamais rappelé.

Les retombées

Quelques semaines plus tard, le téléphone est arrivé dans les mains de Gizmodo. L’appareil était bien authentique. Lorsque nous avons vu l’intérieur et l’extérieur, nous avons su que nous tenions entre nos mains un prototype de la nouvelle génération d’iPhone. Nous avions entendu parler de l’histoire, mais nous avions besoin d’une ultime confirmation. Elle est venue d’un appel téléphonique passé par John de Gizmodo.com à Gray Powell:

Gray Powell: Allo?

John Herrman: Vous êtes Gray?

G: Oui.

J: Salut, c’est John Herrman de Gizmodo.com.

G: Hey!

J: Vous travaillez chez Apple, n’est-ce pas?

G: Heum, c’est à dire que je ne peux pas trop parler en ce moment.

J: Je comprends. Nous avons un appareil, et nous pensons qu’il se pourrait que vous l’ayez oublié dans un bar, et nous voudrions vous le rendre.

G: Oui, j’ai transféré votre email [dans lequel nous lui demandions si c’était son iPhone], quelqu’un devrait vous contacter.

J: OK.

Il avait l’air fatigué et brisé. Mais au moins il est en vie, et apparemment il semble toujours travailler chez Apple. Après tout, ce n’est jamais qu’un satané iPhone, et tout le monde peut faire des erreurs: Gray Powell, Phil Schiller, vous, moi, et même Steve Jobs.

La seule vraie erreur serait de virer Gray au nom de la légendaire sécurité impénétrable d’Apple, battue en brèche par la puissance de la bière allemande et d’une seul erreur humaine.

Tags :