Il n’est jamais très sain d’ignorer la concurrence

Il n'y a pas si longtemps, Jon Rubinstein se vantait de n'avoir jamais utilisé un iPhone. Mal lui en a pris.

En général, ce n’est jamais très bon d’ignorer la concurrence. Surtout celle du leader.

Que les nokiafficionados respirent un grand coup, car ce qui suit risque de les picoter un un peu: Nokia est certes le leader mondial de la téléphonie mondiale, mais pour les smartphones, ils sont aux fraises. C’est Apple qui mène la danse. Si ça picote encore, vous pouvez toujours vous moquer de Windows Mobile pour vous détendre. Mais en revanche vous avez raison de craindre Android. Sur ce, revenons à nos moutons…

Que les défenseurs de la francophonie respirent un group coup, car ce qui suit risque de les picoter un un peu: il va être question de marketing, de benchmarking, de lobbying et de merchandising. Oui il existe des traductions officielles, mais qui aujourd’hui pratique la mercatique? Hmmm? Donc nos moutons…

Dans toutes les écoles de commerce, on rabâche aux étudiants qu’il faut impérativement étudier de près la concurrence afin de pouvoir se positionner en connaissance de cause. Ignorer le leader peut faire partie d’une stratégie de communication, mais pas d’une stratégie de développement.

Ne pas tester les produits de la concurrence est une faute professionnelle. C’est aussi se priver d’informations précieuses sur les choix offerts aux consommateurs. Comment en effet contrer les arguments de la concurrence si on n’a pas soigneusement étudié ses forces et ses faiblesses. Et pour ça, rien de tel que de la pratique: Jon Rubinstein aurait dû acheter un iPhone et l’user jusqu’à la corde. Titiller ses équipes techniques et commerciales avec. Et aussi les titiller sur le marketing d’Apple. Car avoir un bon produit ne suffit pas.

Un marketing efficace est primordial pour lancer un produit. Ce n’est pas Microsoft qui dira le contraire. Le géant de Redmond s’est souvent imposé sur des marchés avec des produits moins aboutis techniquement que la concurrence, mais avec une stratégie marketing aux petits oignons qui a porté ses fruits. Brillant codeur, Bill Gates était surtout un génie du marketing et un fin stratège.

Palm avait pourtant des cartes en main, et après une présentation en fanfare de WebOS l’an dernier, tous les espoirs étaient permis. Sur le plan technique, tout le monde en était convaincu. La plateforme était crédible, et capable de tailler des croupières à Apple. Mais il aurait fallu enfoncer le clou au lieu de le laisser en équilibre précaire sur sa pointe. Car les chiffres ne mentent pas: l’herbe est restée rabougrie dans le pré.

Entre nous, ignorer à ce point la concurrence était de la pure folie. Il était donc finalement assez logique que cela se finisse à l’HP.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Moi je pense au contraire qu’il a utilisé et bien plus que cela un/des iPhones(s).
    C’est justement ce que vous dites, niveau com’ on dit qu’on l’utilise pas, qu’il est pas assez bien, qu’on fait mieux, qu’on en pas besoin.

    Par derrière je suis sûr que leur ingé planchais dessus, ne serais-ce que pour les proto de communications avec iTunes qu’ils ont réussi à reproduire.

    Le souci du Palm c’était surtout le marketing je pense et la politique de diffusion.

  2. C’est pas forcément le CEO d’une boite qui fait la veille concurrentielle.
    Il faut être légèrement attardé pour ne vouloir y voir que l’expression d’une politique de l’autruche.
    N’avez vous jamais envisagé le fait que Rubinstein ait voulu dire qu’on pouvait refuser un gadget sans même considérer ses fonctions intrinsèques ? (sur la base d’autres éléments, connaissables bien avant d’avoir le produit en main).
    Si on vous montre des chaussures fabriquées par des chinois de 10 ans fouettés à longueur de journée, allez-vous les essayer pour « voir si on est bien dedans » ?
    Et bien là, toutes proportions gardées, on a un type qui nous dit qu’il n’a jamais foutu ses pieds dans une paire de pompe à fric d’Apple.
    Moi ça me va.
    Mieux que quand je vois des fabricants de systèmes d’exploitation singer la pomme de travers sans innover. Il n’y a pas de « fatalité iPhone ». Il faut savoir dépasser ce « standard » technologiquement arriéré que les médias (même les grands rebelles comme gizmodo ! 😉 ) ont toujours poussé vers nous.

  3. Euh Gizmodo se prend pour un prof d’éco maintenant ? Gizmodo donneur de leçons. Les chevilles ne vont pas en s’arrangeant j’ai l’impression.

    Surtout que l’intégralité de cet article repose sur une provocation réfléchie de Nokia, qui peut bien croire, à part Gizmodo, qu’il n’a vraiment jamais utilisé un iphone … :/

  4. Article qui sert à rien :)
    je pense même que Palm a testé plus d’appareils que vous ne l’imaginez et ptet même des appareils dont personne n’a jamais entendu parler !

  5. +1 Dalprod

    La majorité d’utilisateur d’iphone utilisent des applis kikolol.

    Mais en tant que vrai smartphone, avec des applications professionnelles et réellement productives, le blackberry est de loin mieux/plus/ implanté dans les entreprises.

    Ce genre de discours commencent réellement a me faire marrer 😉

  6. Je suis étonné que vous ne vendez pas encore les produits apple sur votre site.parceque la ce n’est plus de l’amour mais de la rage.A bon entendeur..

  7. Je lis « un lancement en fanfare » prometteur…
    Personne n’en a entendu parler, ils n’ont même pas réussi à attiser l’envie des anciens possesseurs de Palm (qui regrettent pourtant encore à l’heure actuelle certaines fonctions de leur bon vieux PalmOS).

    Rubinstein n’a jamais eu l’étoffe d’un CEO. C’est quelqu’un de très bien à la R&D, pas à la tête d’une entreprise.
    Ses choix quant à la synchronisation détournée d’iTunes étaient une erreur monumentale : ils ont sous-estimé Apple, et pris les consommateurs pour des cons.
    Aussi, le SDK complet a mis trop longtemps à sortir.

    Je serai donc étonné qu’il soit reconduit à la tête de Palm par HP. Il devrait rester en tant que responsable de la R&D à la limite.

    Quant à l’avenir de WebOS chez HP, je suis dubitatif.
    HP a toujours été très Microsoft, et WebOS n’a pas su s’imposer ni conserver l’ancienne aura de Palm, alors qu’Android est désormais le nouveau challenger.
    Je ne serai pas surpris que HP ait racheté Palm pour leurs brevets…
    Mais espérons qu’il n’en est rien et que ce rachat permette à WebOS un développement mérité (c’est un bon OS, et la concurrence a toujours du bon).

  8. Dalprod, Ahmed, qui vous parle d’utilisation en entreprise ?
    Apple est le leader pour l’instant (et se développe fortement en entreprise, bien qu’il leur manque pas mal de fonctionnalités professionnelles – mais visiblement pas indispensables pour les décideurs).
    Android prendra peut-être le dessus (mais il y a du boulot), et de toute façon BlackBerry meurt petit à petit (infrastructure coûteuse et peu d’apports au final).
    Reste à voir ce que proposera Microsoft dans le prochain Windows Mobile (visiblement très orienté grand public).

  9. Ce qui me parle d’une utilisation en entreprise ? Simplement le mot smartphone ou PDA. qui est souvent destiné a une utilisation professionnelle. (voir la définition du mot smartphone).
    Leader oui, mais toujours pas en entreprise.

    Blackberry meurt petit a petit ? regarde le cours de leur actions 😉

    Les entreprises, et plusieurs multi-nationales avec qui je traite utilisent des blackberry dans la plupart des cas, pour son efficacité et la haute disponibilité de ses services, car le blackberry est du software avant d’etre du matériel.

    Ce qui m’attriste surtout, c’est que tout le monde part dans cette vague de l’eldorado de l’iphone, qui se cassera certainement la gueule dans pas longtemps. car ce n’est qu’une mode.. L’efficacité est une chose qui perdure et qui ne sera jamais dispo sur le téléphone de la pomme.

  10. « Ce qui m’attriste surtout, c’est que tout le monde part dans cette vague de l’eldorado de l’iphone, qui se cassera certainement la gueule dans pas longtemps. car ce n’est qu’une mode.. L’efficacité est une chose qui perdure et qui ne sera jamais dispo sur le téléphone de la pomme. »

    [:rofl], rdv dans 5 ans.

  11. Le BlackBerry n’apporte plus grand-chose depuis des années, à part leur soi-disant « clavier physique super pratique » (finalement pas plus efficace qu’un bon clavier virtuel). Le BB est quand même l’ignominie qui justifie depuis des années l’envoi de mails expéditifs, incompréhensibles, sans accents ni ponctuation, excusés par un « Envoyé depuis un BlackBerry » en fin de signature…

    Les notifications Push sont désormais accessible à quasiment tous les « smartphones », et simulées efficacement par des pull réguliers sur les autres.

    L’interface est dépassée, l’ergonomie également, et je ne parle pas de l’offre logicielle.

    Donc, oui, le BlackBerry meurt petit à petit.
    Et RIM par la même occasion, puisqu’ils n’ont à ma connaissance pas d’autres produits pouvant les sauver lorsque le BlackBerry sera en fin de vie.

    Quant au cours de la bourse, il n’est plus une valeur sûre de nos jours quant à la solidité d’une société, car il est plus lié à la spéculation réactive à qu’une réelle confiance des investisseurs.
    Mais si tu veux t’y référer, observe justement le cours de RIM depuis 1 an : il est l’un des seuls du secteur des « smartphones » à ne pas avoir pris de la valeur (Palm mis à part, bien sûr).

    Sur ce, j’arrête le hors-sujet.

  12. Super les commentaires gratuits sur Apple ou Blackberry, non mais franchement vous ne pouvez pas parler d’autre chose un peu ? Et commentateurs de Gizmondo / analystes qui prédisent avec certitude quel sera l’avenir des télécommunications.

    Moi, tout ce que je retiens de cette news, c’est que WebOS est un OS très prometteur et qu’il n’est pas encore mort. Poussé par la bonne société, il pourrait devenir un excellent challenger, et avec un peu de talent, un leader.

    Palm est mort, mais vive WebOS !

  13. Android = iPhone OS bas de gamme, mais plus libre, donc beaucoup moins clair et moins intuitif. La meilleure solution pour combiner avantages & perfs, reste quand même l’iPhone jailbreaké, puisqu’on choisit absolument tout ce qu’on veut, en gardant l’intuitivité d’iPhone OS.

  14. Ne dicton pas « parabellum « : si tu veux la paix après la fin de la guerre, prépare la guerre) et aussi l’histoire de la fourmi à la cigale. en plus parabelum c’est une marque de flingue, super bien pensé ! comme l’iPad !

    Jon tu as simplement fait une erreur en n’achetant pas l’iPhone, sous un faux nom par exemple, ou bien au marché black ou tu peux payer en cash.

    Trop de confiance tue la confiance. Il aurait du utiliser un principe de précaution mais sans abuser trop quand même comme on a vu pour la grippe vacinale.

    Nokia n’est pas prêt de s’en remette, fallait pas essayer de faire le malin. Y’en a qu’on essayer de pas acheter l’iPhone, ils ont eu des problèmes comme toi.

    M’énerve de voir tous ces dirigeants avec si peu de flaire et qui ensuite vont devoir aller en Chine ou en Tchécoslavaqie pour pouvoir survive.

    Goggle essaie de copier l’iPhone et microdaube aussi, mais he sont pas arrivés ! j’ai bien fait de choisir Apple dès le début, miême si j’ai du changer le modèle au bout de 4 mois pour avoir la troisième G.

    Nokia c’est bien finlandais ? Sa m’étonne pas qu’en refusant de voir le progrès ils est laissé leur volcan blocker les avions (est-ce que les iPhone sont autorisés en avion, car ils sont pas un problème pour l’électronique on board, vue la qualité et le prix).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité