Un parachutiste héroïque sauve une femme dont le parachute ne se déploie pas


Si vous faites du parachutisme et que votre parachute ne se déploie pas, vous pouvez toujours compter sur parachute de secours. Mais que faire si la réserve échoue, elle aussi? Alors, priez et souhaitez sauter avec un héros comme Dave Hartsock, qui a risqué sa vie pour sauver quelqu'un d'autre.

Hartsock était l’instructeur jumelé avec Shirley Dygert pour son premier saut — un défi qu’elle relevait pour célébrer pour son 54e anniversaire. Mais le saut a pris une tournure cauchemardesque quand le premier parachute ne s’est pas déployé complètement et que le second s’est emmêlé avec le premier.

En chute libre vers la Terre à une vitesse de 40 mph, Hartsock a tiré les poignées du harnais de son parachute pour se positionner en dessous de Dygert, dans l’espoir de briser sa chute quand ils frappent le sol. Son plan a fonctionné: Dygert est repartie avec des blessures mineures alors qu’Hartsock se retrouvait en état de choc. Il récupère lentement de son aventure et se montre fort un héros fort humble.

Les gens n’arrêtent pas de me dire que j’ai accompli un geste héroïque… À mon avis, j’ai fait ce que je devais faire. J’avais l’entière responsabilité d’assurer sa sécurité. Avais-je d’autres choix?

Je me trouve devant un dilemme. D’une part, je me questionne sur le parachutisme. D’autre part, je suis vraiment optimiste quant à la capacité des individus d’agir avec un courage extraordinaire lorsque des vies sont en jeu.

[CBS News et Daily IQ]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Oops: «Please wait while loading video player.
    If no content appears within 15sec, you may need to download or upgrade the free Adobe Flash Player.»
    je repasserais plus tard 😉

  2. En chute libre vers la Terre à une vitesse de 40 mph

    Google me dit que 40 mph = 64,37 km/h..

    En chute libre ?
    Ca doit venir de l’ostéoporose …

    André, je te laisse relire le post original et corriger…

  3. @Bidul La news précise que les deux parachutes sont partiellement déployé et emmêlé, il ne s’agit pas vraiment de chute libre…

  4. @Bidul:

    Et c’est quoi la vitesse d’un corps en chute libre pour toi?
    La chute libre parfaite n’existe pas, tu as toujours des frottements avec l’air, parachute ou non. Un corps assez large en chute libre totale, s’il se tiens a l’horizontal, ne va pas plus vite que 80km/h.

  5. Moi qui est fait de la chute mais qui ne parle pas anglais j’en déduis que c’était une PAC (procédure accélérée en chute) où la fille sautait accompagnée de 2 moniteurs pour la stabiliser dans sa chute. L’ouverture du parachute principal se passe mal et elle actionne le parachute de secours. Seulement, elle aurait du auparavant libérer le parachute principal pour éviter l’entremêlement des 2 voiles. Le fait de libérer le 1er lui aurait suffit pour ouvrir le second car une liaison mécanique existe entre le 1er et le second. Le 1er file vers le haut et entraine l’ouverture du second.
    Donc mauvaise manipulation de la fille due à son inexpérience.
    Pour la suite il apparaitrait que le moniteur se soit placer en dessous de la chute sous voiles de cette fille pour amortir le choc. Donc sa voile en 1er a du amortir la chute de la fille puis son corps à lui.
    C’est pourquoi on voit qu’il est tétraplégique car son cou a du prendre le choc.
    D’autre part en chute horizontale on descend approximativement à 180 Km/h suivant les gabarits et l’étalement des membres. En piqué, tête vers les bas, on atteint les 270 à 300 Km/h. Mais on ouvre toujours à plat.
    La vitesse de chute donnée de la fille sous voiles correspond à une « torche » plus ou moins déployée.
    Conclusion: bel exploit de sacrifice de ce moniteur.
    Toujours libérer sa voile principale avant d’actionner la réserve.
    C’est pour çà aussi qu’on transporte un cutter accroché au harnais pour palier à des situations abracadabrantesques qui se retrouve de temps à autre dans le voile contact.
    Mais ceci est une autre histoire…

  6. @alain64 merci pour tes précisions basées sur la retranscription tronquée de la vidéo. Avant de la regarder et de lire l’article original j’avais compris la même chose que toi.

    En fait c’était un saut en tandem. Regarde la vidéo et tu y verras des photos prises du sol au moment où ils sont avec les deux voiles ouvertes.

    Astuces pour les Adblockers, désactivez le plugin juste avant de cliquer sur la vidéo et vous pourrez la voir tranquillement.

  7. @Jérémy :
    Effectivement, la news a mal été traduite…

    @fifounette :
    Vitesse d’un corps humain « normalement constitué », sans parachute, ni artifice style costume de batman ou airbag = entre 160 km/h mini et 350 max

    Dans la pratique, la position standard des parachutistes en chute libre (stable, sur le ventre, coudes et genoux pliés) donne environ 190 km/h, et environ 300 km/h en « piqué ».

    Google est mon ami…

  8. Merci Aomapes,
    Effectivement, après avoir regardé plusieurs fois la vidéo, c’était un saut tandem où l’ouverture du parachute principale s’est mal déployée. Il a actionné le parachute de réserve qui est un parachute de la même dimension, normalement, pour les sauts tandem au contraire des parachutes individuelles où la réserve est plus petite d’un tiers en général.
    On voit effectivement les 2 parachutes ouverts qui ont le risques de se mettre en miroir, c’est à dire tous les 2 faces du bord d’attaque vers le sol et d’accélérer dangereusement la vitesse.
    Comment se fait-il qu’un parachutiste pilote tandem se retrouve dans cette situation?
    Il est tout à fait improbable normalement, qu’il est actionné la réserve sans libérer le principal.
    Donc, on pourrait conclure à un pb matériel dans la libération du principal comme une asymétrie au niveau des élévateurs qui bloquent la libération. Ce sera à la commission d’enquête de rechercher la problématique du moment. Mais en règle générale, c’est souvent une erreur humaine: mauvais pliage, mauvaise manipulation, règle de sécurité non respectée…
    Dans tous les cas, son principal parait parfaitement déployé ainsi que la réserve sur la 1ère image, sur la 2ème on voit la réserve rentrait à l’intérieur du principal: solution avalait la réserve avec ses mains et la bloquait entre ses jambes ou autre moyen pour ne pas subir d’interférence avec le principal.
    Je vais essayer de trouver un ami qui cause anglais pour amener plus de renseignements.
    Sinon en final, pour le poser, il a actionné les commandes de façon à se placer sous sa passagère comme pour un poser normal, Ce qui veut dire qu’il avait assez de portance sous voile pour réaliser cette manœuvre donc qu’il n’était pas en torche complète.
    La vitesse de poser + le poids de la passagère se sont chargés des traumatismes du rachis du pilote.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité