Ce faux pilote a transporté des milliers de passagers

Voici Thomas Salme, un ingénieur d’entretien, qui est devenu un pilote de Boeing 737 en volant pendant quelques heures sur un simulateur de vol et en imprimant une fausse licence de pilote d’avion.

Étonnamment, il a piloté des avions avec des passagers pendant treize ans sans aucun incident.

Treize ans d’allers-retours entre la Suède et partout ailleurs en Europe sans qu’on se rendre compte de quoi que ce soit. Il y a quelques mois, lorsque Salme a été arrêté par la police alors qu’il s’apprêtait à décoller, il était dans le cockpit d’un Boeing 737, avec 101 passagers à l’aéroport d’Amsterdam Schipol.

Il admet que tout cela était une idée folle.

J’ai eu l’idée farfelue de postuler en tant que copilote dans une vraie entreprise de transport aérien. J’ai fourni un faux permis suédois avec un logo et utilisé du papier blanc ordinaire. Il n’était pas laminé et il ressemblait à quelque chose que j’avais fait à la maison. Ce fut étonnamment facile; les documents officiels présentent un aspect différent selon chaque pays européen. Une compagnie aérienne italienne ignore à quoi ressemble une licence suédoise. Vous pouvez forger tous les documents d’identité dont vous avez besoin. Je me suis donc entraîné dans cette entreprise à raison de deux ou trois heures par séance et entre quinze à vingt fois sur une période de un an et demi.

Bien qu’il ait mis en danger la vie de milliers de personnes, Salme a simplement reçu une amende de quelques milliers de dollars et a été interdit de vol pendant un an.

Quand on y repense, ça semble raisonnable. Il a certes posé un geste un peu fou, mais il n’est pas seul responsable. Après tout, comment explique-t-on une pareille ineptie de la part d’une entreprise et des agences de vol impliquées? Comment, sur simple présentation d’un document écrit, peuvent-ils accorder leur pleine confiance à un candidat et le mettre dans le cockpit d’un avion de passagers sans vérifier ses antécédents? Une simple recherche Google aurait sans doute fourni suffisamment d’informations pour l’arrêter dès le début. Je peux imaginer qu’un imposteur comme Frank Abagnale Jr. pouvait faire un tel truc dans les années 60, mais maintenant, il n’y a aucune excuse.

Si quelqu’un a besoin d’être blâmé, ce sont les autorités incompétentes qui multiplient les mesures de sécurité stupides pour entrer dans un avion, mais qui échouent lamentablement pour vérifier l’identité et la qualification des pilotes aux commandes de l’avion.

[Focus]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ça en dit surtout long sur les soit disant capacités essentielles d’un pilote.

    Dans la vie tout le monde peu tout faire.

    Tout ce qui prévaux est l’envie et l’acharnement qui va avec.

    Ca me fait penser à Gattaca…

  2. Un « véritable » pilote se distingue par sa capacité à s’adapter à n’importe quelle situation dangereuse en plein vol.

    Certe l’équipement à bord est tellement précis que n’importe qui pourrait voler. De plus chaque outils de vol est doublé, voir triplé. Alors bien sur, facile.

    Seulement, ce Monsieur a tout de même pratiqué des entrainement sur simulateur. Et ça n’a l’air de rien, mais c’est quasiment aussi constructif qu’un entrainement réel. Celà lui a servit à se familiariser avec la multitude de commande.

    Malgré celà, il a peu être 13ans de pratique, mais les risques graves en vol ne respectent pas des lois de probabilités strictes. Il a pu n’avoir aucun soucis en 13ans comme un autre pilote aurait pu en avoir 1 tous les mois. Et c’est à ce moment là que l’expérience et la préparation d’un pilote professionnel est nécessaire.

    Alors respectons ce métier.

  3. @ Raf : respectons ce métier? C’est vrai que ça doit être super dur d’appuyer sur le bouton de vol automatique…

    Je suis désolé de te l’apprendre mais il y a à peine 10 ans, un pilote se servait de ce qu’on lui apprenait, aujourd’hui un pilote de ligne n’as plus grand chose à faire.

    Il suffit d’en cotoyer pour le comprendre…

    Maintenant j’ai beaucoup de respect pour les pilotes (d’avion de chasse ou d’hélicoptère) mais pour les pilotes de ligne, un peu d’entraînement sur simulateur et tout le monde peut le faire, d’ailleurs les pilotes de ligne sont formés comment d’après toi? Bah oui, sur des simulateurs…

  4. @Difock788

    Et moi j’ai du respect pour ta bêtise et ton ignorance haha :)
    T’a trop côtoyé le bistrot PMU du coin je crois…

    Allez va donc lire le manuel de ta renault c’est à ta portée je pense, et pas besoin de simu

  5. @Difock788 Cassé .)

    Mais bon quand tout va bien sur un vol de routine. je crois que avec l’informatique c’est a la porté de tout le monde.

    mais! si un incident surviens tel que la perte des 2 moteurs sur un Airbus A330 et quil faut atterir oubliez l’informatique!

    vous en parlerez a Robert Piché qui a subit exactement cet evenement et a sauver la vie de 300 personnes!

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Pich%C3%A9

  6. Ce qui me fait surtout marrer, ce sont les commentaires des gens qui n’ont jamais foutu leur cul dans un cockpit, ni fait décoller ou atterrir le moindre avion.
    passez votre license, et vous verrez si on peut apprendre à piloter uniquement sur simulateur.

    A quelqu’un qui me demandait un jour quelle différence il y avait entre piloter un modeste coucou (un cessna en l’occurence) et Flight simulator, la réponse est: dans un vrai avion, il n’y a pas de touche « pause »…

    Ce type est peu être un peu barré (si tout ça n’est pas un gros fake), mais tout sauf incompétent. A ce qui pensent qu’un pilote automatique fait tout, je leur conceille d’aller prendre quelques heures de vol, et de voir le nombre de paramètres (radio, radar, ticas, etc…) à prendre en compte, et à s’amuser à se poser sur un aérodrome avec un minimum de traffic.

  7. Je suis pilote, et pas un pilote de Flight Sim… Je suis co-pilot sur un Piper Navajo et commandant sur bon nombre d’autres machines. Je n’ai jamais volé un avion de ligne, je n’ai pas encore atteint ce stade dans ma carrière, je totalise 1000 heures de vol. J’ai donc un certain sens critique dans ce domaine et de le niveau de compétence pour répondre à un ou deux commentaire concernant le métier d’un pilote de ligne.

    En effet le pilote automatique est utilisé peu après le décollage et désengagé avant certaines phases d’approches plus complexe que l’habitude. Je l’utilise moi même dans un twin de 7 passagers, pas parce que je ne sais pas piloter ou parce que je suis feignant ou mauvais pilote, tout simplement pour le confort des passagers.

    Concernant les pilotes de lignes, il est vrai que désormais ils gèrent plus des cockpits qu’ils ne pilotent (comparativement à un pilote de chasse qui effectue de nombreuse manoeuvre aussi complexes les unes que les autres), néanmoins ils sont amenés à effectuer des approches aux instruments dans des conditions IMC souvent aux minimums des approches, et tous les différents systèmes de bord sont là pour les guider et leur permettre de mener à bien l’approche aux instruments sans que la sécurité ne soit compromise. Cette phase du vol constitue la fenêtre critique, elle intervient à la fin du vol, et est la plus compliquée à mettre en oeuvre. A tous ceux et celles qui pensent que le métier de pilote est facile, je vous répondrai que cela dépend de l’habilité et et de l’expérience du pilote volant, mais détrompez vous, tout ne se fait pas tout seul, et la prise de décision en tant que telle constitue un élément parfois bien plus compliqué à mettre en oeuvre que d’atterrir un avion. Les incidents n’interviennent que très rarement à cause d’une erreur de pilotage, mais plus à cause d’une mauvaise prise de décision ou par une mauvaise conscience de la situation dans laquelle se trouve l’aéronef. Je pourrai parler de ce sujet pendant des heures, c’est une passion de tous les jours, mais je voulais simplement répondre à ceux, qui par certaines remarques, manque de considérations envers tous mes confrères.

  8. @ Raf: + 100000 !

    Oui tout le monde pourrait faire décoller un avion, à condition quand même de savoir comment ça marche, mais un pilote est là pour faire ce qu’un calculateur ne peut pas faire: prendre des décisions adaptées à la situation.

    @Difock788: tu cotois des pilotes, bien, mais quels genres ? Parce que la nouvelle génération qui lis plus l’équipe que les instruments de bord n’est pas ce qui a de mieux niveau référence… Et je pense que tu bases sur eux aux vues de tes dires…

  9. Je crois qu’il y en a certains qui devraient visionner quelques atterrissages « de routine » par vent de travers ou sur des aéroports bien cachés … 😉
    N’empêche, j’imagine le tollé en cas de crash aérien avec ce gars aux manettes …
    Genre l’assurance qui dit « le pilote n’ayant pas son permis, nous refusons de dédommager les familles ».

  10. ….. ce n’est pas si facile que cela !!! une formation de pilote ne consiste pas en seulement quelques heures de simulateur !!! c’est complètement faux. je ne sais comment a fait ce type mais quelque part (bien que je condamne cette inconscience et la mise en danger d’autrui) je le trouve formidable.

    Allez programmer un FMC ou CDU (ordinateur de bord) …. de plus, pour des raisons météo ou autres de circulation, les pilotes doivent très souvent reprogrammer le FMC en plein vol. donc il est vrai que dès le décollage l’avion est sur pilote automatique….. qui se gère par le module de pilotage automatique ainsi que par le FMC. il ne s’agit pas « d’appuyer sur un bouton » ! loin de là !

    par ailleurs la totalité des procédures (que ce soit le roulage au sol ou en plein ciel) c’est pas du gâteau, c’est énorme !

    pour finir, ce faux pilote, en treize ans, a dû se retrouver confronté à beaucoup de situations normales et très difficiles : en raison de la météo en tout premier lieu… réussir un atterrissage (par exemple) par « vents de travers » ou grosses turbulences au niveau du sol c’est très difficile à réaliser !

    les mises en attente sur circuit, la gestion du carburant (prises de décisions essentielles en cas de détour de route) etc…

    on est pas pilote comme ça d’un claquement de doigt !!! par ailleurs un des plus grands plaisirs des pilotes c’est quoi????? : c’est atterrir manuellement !!!!! (le pilote automatique est en mesure de « tout » gérer dès le train rentré/ avion décollé et ce jusqu’à s’aligner en ILS sur une piste d’atterrissage et gérer tous les paramètres et « poser » l’avion, mais même dans ce cas il y a des procédures manuelles!)… et j’en passe… !!!

    alors ce qu’à fait ce type est tout bonnement exceptionnel, il a dû être autodidacte sur une tonne de choses !!! c’est « une tête » !

    ne laissons pas croire que « de nos jours » grâce aux ordinateurs de bord les pilote ne font presque rien, n’ont qu’à appuyer sur un bouton et que n’importe qui ayant des heures de pratique sur simulateur peut piloter en réel !!!! respect à la profession, respect aux pilotes !!!!

  11. Il y a un énorme fossé entre savoir pousser des boutons et des manettes, et avoir le cran et l’assurance de prendre en charge la vie de plusieurs centaines de personnes. Moi je dis chapeau bas à ce pilote non-officiel..

  12. Moi, en lisant cet article, je réalise tout à coup qu’il a pu très bien être l’un des co-pilotes (ou pilotes car c’est pas clair dans le sujet) d’un des vols AR lorsque je suis parti à AMSTERDAM l’année dernière !

    Délire quand j’y repense !!!! Brrrrrr.

  13. Dans un livre relativement récent et traitant de sécurité aérienne, il est relaté des crashs aériens ayant pour origine les défauts de licence des pilotes, certains même alcooliques notoires. Il n’est donc pas si étonnant que cela de rencontrer ce genre de situations, encore que c’est rarissime dans le cas qui est relaté ici (s’il est vrai) d’un « pilote de ligne » avec plus de 100 passagers et ce durant plus de 13 ans sur un Boeing 737.
    Savoir piloter un avion, tout avion d’ailleurs, ce n’est pas extrêmement compliqué dès lors que certaines notions de base sont acquises (et l’on peut supposer que ce type « ingénieur d’entretien » les possède de par sa formation initiale) dans la même mesure où toute personne ayant de bonnes notions d’anatomie et de parfaites connaissance des procédures peut prétendre à effectuer une opération chirurgicale.
    En revanche, et la comparaison avec un chirurgien en salle d’opération est assez représentative de ce qui se passe dans le cas d’un pilote dans le Cokpit) tout autre est la gestion des situations difficiles, des situations urgentes où les décisions doivent être prises à la seconde près, où seule la formation, non seulement initiale, mais aussi la formation continue et spécifique à un appareil, permettent de piloter avec un maximum de sécurité possible. On peut imaginer que ce type durant 13 ans n’a jamais rencontré de situations compliquées, il est vrai aussi qu’un avion de ce genre se pilote à 2 et parfois à 3, mais je reste ébahi qu’il a pu ainsi gruger tout le monde durant aussi longtemps, et que ce type soit un bon pilote, certainement pas :
    un bon pilote est celui qui ne met pas en jeu la sécurité de ses passagers.
    Et c’est là toute la nuance qui existe entre « savoir piloter » et « piloter ».
    PS : je remercie tous les pilotes qui ont atterri sans problèmes dans tous les avions que j’ai empruntés.

  14. Pour info, travaillant et ayant travaillé dans plusieurs centres de training de grands constructeurs d’avion européen, au plus près des simulateurs en question, je peux vous affirmer que les pilotes repartent avec des qualifications de pilotes de lignes en « Zero Flight Training ».
    D’autre part, les simulateurs recréent pas seulement des vols tranquilles mais aussi à peu près toutes les situations de vol les plus critiques pour un « pilote ».
    Ce faux pilotes a en plus eu la chance de faire plus de session d’entrainement qu’un pilote normal de compagnie en ccq (cross crew qualification).Il n’a donc pas mis la vie de passagers en danger plus qu’un autre, ne serait-ce par son acharnement a vouloir le devenir.

  15. « Une simple recherche Google aurait sans doute fourni suffisamment d’informations pour l’arrêter dès le début. »

    Google a été fondé en septembre 1998 ! soit il y a moins de 12 ans http://www.google.fr/intl/fr/corporate/facts.html et http://fr.wikipedia.org/wiki/Google

    quand bien même on aurait utilisé un autre moteur de recherche, les réseaux sociaux et autres blogs n’existaient pas encore, tu n’aurait pas pu trouver beaucoup d’info sur un particulier.

  16. a l’epoque c’est sur http://www.altavista.com/ et Yahoo que je fesais mes recherches
    souvenir souvenir mon premier pc apres mes amigas.. K6 II 233MMX Ati RAGE PRO 4mo etendu a 8MoAGP , 64 mo de ram et DD de 2.1Go (oui je sais mais a l’epoque j’avais mis 1 mois a construire une machine homogene et evolutive)

    Sinon chapeau bas pour le pilote, le plus dure pour ca du etre les premiere heures pour se familiariser sans se faire griller

  17. Aprés 13 ans de vol et des milliers d’heures de pilotage, je ne pense plus qu’on puisse dire que c’est un faux pilote.

    Un faux pilote ne fait pas atterrir sans encombre un appareil de plusieurs milliers de tonnes.

    Il le crash !

    Un bou de papier ne fait pas tout.

  18. @ Raf

    « Seulement, ce Monsieur a tout de même pratiqué des entrainement sur simulateur. Et ça n’a l’air de rien, mais c’est quasiment aussi constructif qu’un entrainement réel. »

    >> permet moi d’en douter, on voit ce qui est arrivé au world trade center avec des gugus qui avaient appris le pilotage sur un simulateur…

  19. @Raf

    Un point de vue:

    « Un « véritable » pilote se distingue par sa capacité à s’adapter à n’importe quelle situation dangereuse en plein vol. »

    Vrai.

     » n’importe qui pourrait voler. »

    Vrai, à nuancer: n’importe qui peut voler, à condition d’apprendre. L’expérience est un facteur essentiel dans ce domaine. Ce type a été un imposteur les premiers temps bien entendu, mais je reste persuadé que l’expérience qu’il a acquise au fil des ans n’est pas étrangere à la longévité de son escroquerie. Maintenant, comme pour tout savoir faire, il y a des gens plus ou moins doués pour le pilotage, je le suspecte d’avoir tt de même de bonnes capacités.

    « De plus chaque outils de vol est doublé, voir triplé. Alors bien sur, facile. »

    Les redondances ont toujours existé ds l’aviation, ça rend pas le vol plus facile, mais plus sur. Faut pas tout confondre,c’est pas prce que tu as une roue de secours ds le coffre que ta voiture est plus facile à conduire…c’est simplement que t’es moins emmerdé si tu crèves un pneu.

    « Seulement, ce Monsieur a tout de même pratiqué des entrainement sur simulateur. Et ça n’a l’air de rien, mais c’est quasiment aussi constructif qu’un entrainement réel. »

    Rien ne remplace le réel. on n’a ni les capacités de calcul, ni les connaisances pour reproduire parfaitement les conditions de vol, les phénomènes météos, l’atmosphère du réel.
    Comme l’a dit justement qlq’n plus haut, tu peux faire un « reset » sur un simu, ou le mettre sur pause, ce qui change pas mal la donne. De plus, le simulateur de vol est un outil d’entrainement aux pannes, ce qui signifie que l’on y évalue les capacités d’analyse, de communication, de réaction puis de décision des pilotes essentiellement. Si ces entrainement sont fait au simu et pas en réel, ce n’est pas pour rien. Encore une fois si c’était si simple, on ne prendrait pas autant de précautions…

    « Celà lui a servit à se familiariser avec la multitude de commande »

    Très certainement.

    « Malgré celà, il a peu être 13ans de pratique, mais les risques graves en vol ne respectent pas des lois de probabilités strictes. Il a pu n’avoir aucun soucis en 13ans comme un autre pilote aurait pu en avoir 1 tous les mois. Et c’est à ce moment là que l’expérience et la préparation d’un pilote professionnel est nécessaire. »

    Vrai.

    « Alors respectons ce métier. »

    Vue ce que tu as écrit juste avant, je doute que ce soit ton cas, l’hypocrisie n’enlève rien à la tenue de tes propos.

    Maintenant mon bilan: J’ai rarement vu autant de préjugés en si peu de mots, et ce qui m’inquiète c’est que beaucoup de gens se basent sur les mêmes que toi.Le pire, c’est que ce sont des extrapolations basés sur une part de vérité. C’est grave.
    Dans un avion, tu ne pousses pas un « bouton » sans savoir ce qui se passe d’un bout à l’autre de la chaine. Si les automatismes sont apparus, c’est qu’auparavant, il fallait etre 3, 4 voir 5 à bord pour faire voler un avion. Tous ces acteurs ont étés remplacés par des automatismes, ça ne signifie pas que la charge de travail et de connaissances requises pour voler un avion de ligne ait diminué.

    Maintenant, tu as le doit de dire ce qui te passe par la tête, c’est sur.
    Si tu penses que les pilotes sont trop bien payés pour un job vraiment simple, ben j’ai envie de te dire que t’es trop con de pas devenir pilote à ce moment là. Ben oui, c’est tt bénéf’.

    Parole d’un pilote.

  20. @rodo

    j’enttends par faux pilote celui qui n’est pas en possession d’une réelle qualification de pilote.

    Mais quel est donc cet avion qui fait plusieurs milliers de tonnes ? :)

    l’a380 = 560 tonnes.

  21. Il serait intéressant de savoir à quel point cette nouvelle est inexacte (gizmodo n’est pas un site fiable), et s’il s’agissait d’un simulateur de vol au sens « jeu sur PC » ou d’un vrai simulateur d’avion de ligne, qui sert aux entraînements de pilotes professionnels.

  22. J’ai toujours su que l’etre humain n’as comme limites que celles qu’il se fixe lui meme.

    Finalement, on devrait tous en faire autant, peut etre qu’il y aura moins de chomage…bon pour les faux papiers, faut voir encore…

    :o)

  23. euh dites il a obtenu ces licences de pilote, mais les a perdus. C’est un peu léger comme article car ces quelques heures de simus sont en fait une formation de qualification sur type et de l’apprentissage du travail en équipage.
    On apprend les systèmes de l’appareil en long et en large. puis ensuite on apprend a piloter l’avion.

    Après autre précision, dans le temps il fallait plusieurs personnes qualifié comme navigants technique. 2 pilotes un mécano et un navigateur. Cela voulait dire que le pilote pilotais l’avion sans soucié d’autre chose… C’est effectivement les mécanos qui s’occuper de la parti e technique et le navigateur de la partie navigation. Le pilote on lui disait ou aller… Au fait le pilote automatique existe depuis 70 ans donc pour les incultes on s’en servait depuis bien des lustres…
    Donc la charge de travail d’un pilote moderne ne fait pas plus ni moins que le pilote du temps de l’aéropostale. Les mécanos et les navigateurs on était remplacé par les ordis. Mais il doit maintenant acquérir des connaissances dans tout les domaines qui autrefois étaient géré par les mécanos et les navigateurs.

    Dickfock, le 15 janvier 2009 le vol US Airways 1549 au départ de la Guardia avec 150 passagers et 5 membres d’équipage ont amerri avec succès dans l’Hudson River après avoir connu deux panne moteur simultané sur les deux réacteurs de l’avion. Eh oui… Les 155 personnes on toutes survécues après un amérissage forcé l’un des exercices les plus compliqués…

  24. interdit de vol pendant un an….
    heu , c’est comme retirer le permis à quelqu’un qui ne l’a pas.. je vois pas l’intérêt… ou alors, on ne nous dit pas tout.. :))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité