Un scientifique infecté par un virus informatique


L'homme sur cette vidéo est le docteur Mark Gasson. C'est un humain qui a réussi à contracter un méchant virus informatique.

Ne le plaignez pas trop quand même: il s’est infligé ça tout seul.

Ainsi que l’explique le Dr. Gasson dans cette interview à la BBC, s’inoculer un virus informatique avait pour objectif de faire la démonstration du concept.

Voyez-vous, il arrivera fatalement un jour où nous serons porteurs de puces d’identification. Il serait dommage que des hackers puissent s’y attaquer. A ça ou à nos pacemakers.

S’il vous fallait vraiment une raison pour craindre ce puçage numérique, là voici. [BBC via TechWorld]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Je conçois que l’on puisse faire quelques fautes, j’en fais beaucoup.
    Je conçois que l’intérêt d’écrire en phonétique même si je trouve cela insultant pour le lecteur.
    Mais réussir à faire cinq fautes en une ligne…

  2. Pour info pour les pacemakers il faut être à quelques cm pour pouvoir le (dé)régler, on a pas encore fait le pace maker wifi…
    Et pas la peine de faire des programmes compliques, un simple aimant peut le désactiver.

  3. J’ai rien compris à son explication (nul en anglais) mais par contre j’adore son Dalek (les robots de la série TV « Doctor Who »)

    j’aime bien aussi le commentaire à ledinj 😀

  4. C’est surtout un gros poisson d’avril, non ?

    Z’en connaissez beaucoup des scientifiques avec des Robots de Dr Who dans leur labo ?

    Et il ne doit pas être trop difficile de faire que le lecteur RFID n’interprète pas le code contenu dans la puce…
    Bref, pour moi il ne s’agit que d’alarmisme à 2 balles !

  5. Jouer sur les mots pour faire du sensationnel, c’est bien là le thème de ce genre d’articles. On ne peut être « contaminé » par un virus informatique, pas plus que l’on est contaminable par le virus de la poésie.

    Si vous souhaitez faire d’autre articles de ce genre, demandez- moi de mettre quelque images de la nasa sur un clé usb, et je selon le même principe, après que j’ais mis cette clé usb dans ma bouche, vous pourrez titrer : « le premier humain à avaler la station spatiale internationale ». Et comme pour le virus soi-disant auto-inoculé par ce chercheur (se prêter à ce genre d’ânerie ne fait pas reluire l’image des chercheurs en l’occurrence, et les relayer ne fait pas honneur aux bloggeurs), on pourra aussi conclure que ca n’a aucun impact sur ma santé.

    Dans le dernier OSS 117, l’agent avale un microfilm avec les plan de la bombe atomique soviétique. C’est le premier humain à avoir une bombe atomique dans l’estomac. Etonnant non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité