L’imprimante 3D en ligne

Lorsque je me suis promené dans les allées de la Japan Expo le mois dernier, je suis tombé (doucement) sur Clément Moreau, le directeur du site Sculpteo. Il en a profité pour me montrer une des imprimantes 3D qu’il utilise pour imprimer les fichiers qu’il reçoit via son site.

En bref, pour imprimer en 3D, l’imprimante étale des couches de poudre très fine, puis elle injecte de la colle et de l’encre de manière très précise, et recommence l’opération autant de fois que nécessaire jusqu’à ce que l’objet soit entièrement imprimé. Pour imprimer une petite pièce qui ne fait qu’un centimètre de hauteur, il faut compter au moins 1/2 heure.  Le résultat donne des objets légèrement granuleux sous les doigts, mais un petit coup de papier de verre lisse le tout très bien.

Sculpteo est donc un site français qui essaie tant bien que mal de démocratiser l’impression 3D pour les simples mortels qui n’y connaissent rien en 3D. Car les fichier à envoyer sont des fichiers 3D qui représente le personnage ou le logo dans les moindres détails. Sur le site, ils proposent quand même une galerie communautaire de figurines 3D à commander (certaines sont pas mal du tout). Par contre, le prix peut être un frein à votre créativité, puisqu’une pièce de 3x3x3 cm coûte déjà dans les 35€, et une pièce de 10x10x10 dans les 300€. La taille maximum d’une pièce est de 25x25x25 cm, mais je ne vous dirais pas le prix. [Sculpteo]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Dans la catégorie imprimantes 3D mais pas directement couleur comme ici, il y a la reprap – Medel à http://reprap.org et la MakerBot à http://www.makerbot.com/.
    Ces deux imprimantes sont partiellement auto-réplicantes, c’est à dire qu’elles peuvent imprimer leurs propres pièces. C’est permis et encouragé, au moins pour la reprap (l’autre, plus aboutie d’ailleurs, je ne sais pas).
    Ce qu’elles ne reproduisent pas encore ce sont les pièces élastiques (les courroies), les parties métalliques et les circuits électroniques.

  2. Ce qu’elles ne reproduisent pas encore ce sont les pièces élastiques (les courroies), les parties métalliques et les circuits électroniques.

    l’essentiel quoi….

  3. Facile de critiquer ; au début, le noyau (kernel) de Linus Torvalds ne faisait rien de terrible non plus… Il n’avait pas d’ambition dévorante mais allié au outils GNU, ça a donné Linux. Qui n’intéresse pas tout le monde certes… C’est une question de caractère.

    Et quand bien même ça ferait tout, il y aura encore des gars pour dire « Oui mais ça ne va pas chercher soi-même les éléments nécessaires dans la nature »…

    Probable que les imprimantes à 30000 euros feront toujours mieux, d’ailleurs les professionnels font le plus souvent mieux que les bricoleurs du dimanche, encore heureux pour eux – mais pour le même prix ni pour la même satisfaction. Ce sont des postures différentes dans la vie, commander ou faire soi-même.

    Il reste que pour les pièces élastiques, il y a des solutions, pour les pièces métalliques, certaines peuvent être évitées ou imprimées en 3D et pour la partie électronique, la fabrication du circuit imprimé et peut-être des résistances pourrait bien être prise en charge un jour ou l’autre.
    Evidement, pour la fabrication des circuits intégrés et des semi-conducteurs en général, difficile de faire aussi bien que des usines à un milliard de dollars…..

    Actuellement ces imprimantes 3D permettent de réparer et de compléter des objets en plastique, de faire des figurines, de créer des objets nouveaux à partir d’une modélisation 3D. En partageant les modèles sur le net, une idée d’objet circule très rapidement, en étant librement modifiable.

  4. @EnPassantParLa : tout à fait d’accord avec toi, au début on commence par une imprimante qui dessine des têtes de mort en 3D et on finit avec des usines autonomes à la Skynet.

  5. @n3ox : ce n’est pas tout à fait ce que je désire dire. Ca dépend de ce qu’on voudra en faire. Les robots tueurs existent, plus ou moins autonomes. Mais des robots chirurgiens aussi, et des nanomachines pour soigner sont en préparation… Tout dépend de ce qui dominera dans l’humanité et aussi un peu du hasard, heureux ou malheureux, je pense. C’est un peu comme la bombe : si un pays se lâche et nous envoie tout son stock, l’humanité toute entière sera très mal.

    Ce qui est fou, c’est qu’il est impossible d’arrêter le processus : de toutes façons ça ira en se perfectionnant jusqu’à quoi, guerre ou pas, je ne sais pas. Avec un peu de chance, on va se répandre dans le système solaire, puis ?

    Einstein a dit : « Je ne sais pas avec quoi se fera la prochaine guerre mondiale mais une chose est certaine, la quatrième, si elle a lieu, se fera au lance-pierres »
    Et aussi :
    « Il y a deux choses qui sont infinies. La bêtise humaine et l’univers. Quoique pour l’univers je n’en suis pas certain. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité