Prévision d’homicide informatisée

En temps normal, une commission délibère sur le sort des prisonniers pour déterminer si une remise en liberté est envisageable. Un professeur propose une autre solution: des ordinateurs capables de prendre cette décision. Il affirme que des machines ont non seulement les capacités de faire ce type de choix mais qu'en plus, elles sont capables de le faire avec plus de justesse.  "Ce système peut prédire quels sont les détenus qui vont récidiver" explique Richard Berk, professeur à l'Université de Pennsylvanie. "Grâce aux données informatiques, je peux séparer les détenus récidivistes des autres".

Le système informatique du professeur est déjà en place dans plusieurs administrations pénitentiaires de Philadelphie et de Baltimore. Pour le moment, il n’est limité qu’à la détection de détenus potentiellement problématiques. A ce jour, aucune décision de remise en liberté n’a été prise avec l’aide des ordinateurs.

Ces derniers prennent des décisions basées sur des modèles prédéfinis pour chaque criminel, prenant en compte différents facteurs comme l’âge, la nature du crime ou bien même les armes utilisées. Plus les ordinateurs disposent d’informations, meilleures sont les chances de déterminer si un condamné risque de récidiver. Le profil établit est comparé aux statistiques historiques disponibles dans la base de données.

Un tantinet Minority Report, un petit peu oracle de Delphes, mais surtout grandement effrayant.

[Dvice]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Moué je suis pas convaincu du tout on ne peux pas prévoir le futur comme dans les film hollywoodien faut revenir a la réalité !

    Donc si l’ordinateur dit que le mec n’est pas apte a sorti de prison il y reste ? c’est vraiment du n’importe quoi, alors qu’il a peut être compris la leçon avec sont séjour en prison… c’est pas parce qu’il tué 10 personne qui va recommencer

  2. Et pourquoi on ne demanderait pas à Paul le Poulpe ?! Ca serait plus sur je pense …
    Ca va etre dur de savoir qu’on doit rester en prison parce qu’un programme informatique a dit qu’on aurait de fortes chances de récidiver …

  3. C’est un choix déterminé par des statistiques prenant en compte un très large nombre de paramètres, bien sûr qu’il faut que cela reste un outil destiné à aiguiller l’être humain, mais ce n’est pas pour autant qu’il n’est pas intéressant de l’utiliser.

  4. En même temps, ça ne sert à rien de s’enflammer pour ça car d’une certaine façon, ce genre de machines régentent déjà la vie de milliards ce citoyens. C’est en effet le même type de programmes qui décident si untel se voit accorder le crédit pour sa maison ou non, combien il doit payer pour assurer sa voiture, s’il risque de tomber malade…

    En fait on s’offusque dans ce cas précis car l’atteinte a la liberté individuelle de l’Homme est flagrante. Pourtant, ce n’est pas forcément la plus injuste et la plus omniprésente dans nos société.

    Attention toutefois, je ne cautionne pas ce genre de choses… Je tente juste de montrer que cela fait malheureusement bien longtemps que de tels systèmes sont déployés et dirigent nos vies en prenant des décisions automatisées.

  5. @calibanproject : moi ce qui me défrise, c’est le fait que ce soit mes pantalons (objets inertes) qui dirigent ma vie le matin : certains refusent carrément de se laisser fermer.
    A croire qu’ils ont droit de vie ou de mort sur mes en-cas … c’est scandaleux cette dictature des automatismes !
    Dans le même genre, je trouve scandaleux de confier la décision de me laisser entrer ou pas dans un parking à un ordinateur (ce même ordinateur qui compte le nombre de voitures à l’intérieur).

  6. La réponse de l’ordinateur dans le cas du parking sera la même pour monsieur X ou monsieur Y.
    Dans le cas d’un prêt bancaire la réponse se fera en fonction de Monsieur X et/ou de monsieur Y…

  7. Une autre solution pour éviter les récidives des violeurs et criminels : une fois leurs peines exécutées en prison, ils seraient remis en liberté mais sur des iles qui leur seraient réservées. Rien à voir avec l’ancien bagne car ils pourraient vivre tout à fait normalement.
    Inconvénient pour les éventuels récidivistes : ils s’en prendraient à leurs semblables et là ce serait beaucoup moins facile !!!
    Dans ce cas, on ferait l’économie d’ ordinateurs et de beaucoup de psys car il ne serait plus nécessaire de jouer à la roulette russe pour chaque sortie de criminel.

  8. On sort un peu du sujet. Là, ce qui est déplaisant à la « Minority Report », c’est que les taulards sont regroupés en fonction de ce que les statistiques prévoient : ce système s’auto-justifiant, parce que celui qui voudra s’en sortir et changer va devoir commencer par être encore plus hargneux, dangereux et paranoïaque pendant toute la durée de sa peine et donc aura toutes les malchances de replonger en sortant, ne sachant rien faire d’autre.
    Si le criminel arrive à s’amender dans ces conditions…

    Quand un ordinateur nous refuse un prêt, on peut quand même vivre et se loger, ou partir dans un autre pays, on reste libre. Là l’ordinateur risque amene à enterrer encore plus certains criminels en tant « prévus pour être des futurs récidivistes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité